AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

(aisling r.) emmène-moi dans les airs, aime-moi dans le vent.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Aisling Ryordan
LTTP Member


❖ STATUT : Conne comme ses pieds. Voilà. Plus ou moins haptophobe.
❖ ORIGINES : Irlandaises.
❖ RELATIONS : Gabriel ; time of our lives. nothing else to say.
(tu peux venir. si tu veux.)
❖ pseudo : J'sais pas j'en ai trop
❖ CELEBRITE : Kaya S
❖ AGE : 23
❖ MESSAGES : 34
❖ CRÉDITS : © glass skin. (avatar) & tumblr & ceriztoxic. (signature code.)
❖ PIEGE DEPUIS : 16/07/2017
❖ Clovers : 40
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: (aisling r.) emmène-moi dans les airs, aime-moi dans le vent.    Mer 19 Juil - 1:34

ton âge : vingt-six ans. ❖ tes origines : irlandaises. ❖ là où tu es né : Ici, à Dublin. Et d'ici, tu n'as jamais bougé. Tu es inamovible. ❖ ton job/tes études : Tu ne sais même plus trop vraiment, maintenant. Mais tu as été prostituée. ❖ infos complémentaires : Tu n'as aucun tatouage. Tu ne veux pas d'encre sur toi. Les piercings, tu détestes. Tu ne supportes plus les regards sur toi. Et les mots, les Toujours, y'a longtemps que tu leur craches à la figure. T'as peur d'être blessée. ❖ orientation sexuelle : Tu n'as pas eu le temps d'expérimenter. Tu aimes bien les hommes. ❖ statut : Célibataire.
Aisling Lihène Ryordan
Kaya Scodelario ❖ locals
Tu es introvertie. Tu es trop peu sûre de toi. Tu ne sais pas reconnaître le vrai du faux, tu ne sais pas quand les gens mentent, sauf quand ils disent t'aimer. Tu te dis indigne d'amour. Tu ne te prétends pas plus intelligente que les autres, ni plus belle, ni plus gentille. Tu as en toi cette douceur que tu caches. Tu n'imagines pas à quel point tu peux crever le coeur, avec ta sensibilité troublante, et ta voix un peu tremblante. Tu es fragile et obéissante, mais tu n'obéis qu'à Saen. N'obéissais. Tu n'es pas loquace. Tu préfères le silence. Tu détestes quand on te parle si on veut juste ton corps. Tu dis que tu n'as pas besoin d'être rassurée. Tu ne veux plus qu'on te protège. Tu peux être calme comme agitée. Tu peux être tendre comme tu peux être brutale. Tu es ce subtil mélange de dureté et de douceur. Ton image, tu la soignes. Ton inaccessibilité, tu la dis définitive. Mais tu sais bien que tu replongeras. Comme pour la drogue. Le reste. L'amour. Mais tu ne sais plus pour qui. Pour quoi. Pourquoi. Cette fêlure, en toi, ne se reconsolide pas. Chaque mot que tu sors n'est qu'une fausse note, et tu n'en as rien à faire. Tu as délaissé le reste. Tu penses que la vie c'est se déshabiller. Se coiffer. Faire briller ses cheveux. Faire pétiller ses yeux. Et user de son charme. C'est sourire, même si le tien est cassé.
pseudo /prénom : Mystère tiens ❖ âge : Ça aussi haha. ❖ activité prévue ici : Je ferai ce que je peux. ❖ où tu nous as trouvé ? : Par quelqu'un que je ne citerai pas mais qui se reconnaitra parce que je l'aime ! ❖ un commentaire ? : Très joli, chouette et tout. J'aime bien ! ♥
Il était une fois
Votre histoire & bien plus
wish you were here.
j’t'ai attendu 100 ans dans les rues en noir et blanc.
« T’es horriblement triste. Tu fais semblant. » Un petit air hautain, ou affirmé. Une casquette sur la tête, une cigarette au bec. Marlboro, Black Devil, Vogue ou Kent. Black Devil. Indubitablement. Tu reconnais le paquet duquel il tire sa faiseuse de fumée. Allumeuse, toi aussi tu peux l'être. Tu dois l'être. C'est d'ailleurs dans cette fumée que tu évolues aujourd'hui, à onduler sous les yeux de ceux qui te convoitent. Seulement ton corps. Toi. On s'en fiche. Tu as la valeur que l'on te donne. Combien vaux-tu. Combien vaut ton sourire. Tes cheveux. Tes yeux. Ta bouche. Tu ne sais même plus. Combien vaut ton temps, tes nuits et ton bonheur. Tu prends l'argent, d'un geste pratiquement machinal. Tu comptes, bien sûr. Mais tu ne réalises qu'à moitié. Tu n'oses pas le dire quand tu es mal payée. Ton sourire sera provisoire. Ton regard se porte sur l’homme en face de toi, qui te sourit, et qui te veut dans son lit. « Avec toi mon cœur s’envole. »Tu sais qu’ils te mentent. Qu'ils riraient presque de toi. A moins que ta paranoïa ne grandisse en même temps que ta résignation. Il n'y'a rien qui s'envole, ici. Sinon ta dignité. Encore une fois. Encore un soir. Un soir de plus. La même éternelle dérive. Au fond, tu ne regrettes rien. Ils n’ont même pas besoin de te charmer. Il te veut dans son lit. Un peu trop loin du cœur. Ta beauté lui suffit. Une barbe mal rasée, des cheveux en pagailles. Il n'y'a pas que de la laideur en lui. Mais à toi, on n'offre rien. Tu l’observes, il te juge. Tu le vois, il te mate. Tu le vois comme un pirate. Abordant ton navire. Devenir vide. Te fermer. Etre belle. Rien que pour ça. Tu gagnes si peu en échange de ta chaleur. Tu n’as aucun sentiment à ressentir. On te l’a interdit ; c’est fini. Il glisse ses mains dans tes longs cheveux roux, savourant chaque instant qu’il te vole. « Tu as les cheveux doux.» C’est tout ce qu’il te dira. Puis, tu fermes les yeux. Tu oublies.
♠ ♠ ♠
Tu es venue, les yeux blasés, en soupirant, près de lui. Tu ne le regardes pas. Ton cœur qui s’est arrêté, le jour où tu as posé cet enfant de toi, enroulé dans sa couverture, rouge comme le sang qui coulait de tes bras scarifiés, n’est jamais reparti. Ton cœur, encore blessé, par ton trop lourd passé, aura toujours connu pire. Tu te dis « Prostituée. » Tu en connais le sens profond. Tu te dis « Trop peu fière. » pour changer de métier. Tu te dis « Incapable. » Tu ne sais pas faire autre chose que d’offrir ton corps aux autres. Que de laisser les mains te caresser. Que de violence en toi que tu n’exprimes pas. Que de silences mortels. Que de hurlements de loups. Que de traitements de chien. Que de coups que tu supportes comme s’ils étaient les derniers. Que d’imagination quand tu diriges ton regard vers la fenêtre. Quelle évasion te promets-tu. Quelle promesse, la tiendras-tu ? Tes soupirs n’ont pas plus de sens que tes sourires. Des sourires, tu en fais, à longueur de journée, le soir venu, tu ouvres même tes bras. Tu invites le malheur à entrer. Tu lui ouvres la porte, d’un immeuble, ta maison, ton revenu, celui d’un homme qui « prend pour toujours soin de toi. » La porte s’ouvre, sur un monde interdit. Un monde toxique, où ta tristesse cesse enfin d’être abstraite, au bout de deux heures de jeu, au bout de deux heures d’un plaisir malheureux et forcé. Des larmes salvatrices. Des larmes après le vice. Prendre soin de toi. Comment le peux-tu. Et au moins, le veux-tu. Un monde devenu pervers alors qu’il était doux. Et la douceur des yeux de ta mère ne te manque presque plus. Tu n’as gardé en mémoire que le bleu de ceux de ton fils. Même si le bleu des nourrissons est universel. C’est le bleu de ton fils. C’est l’amour qu’il te reste, ton brin d’humanité. Ton raccord avec la réalité. Ta connexion avec le monde. Avec le réel. La tendresse. Monde envahi par la haine. T’en veux plus de ce monde-là. Mais si tu veux vivre, tu n’as aucun choix à faire. Tu obéis. Subis. Supportes. Souris. Parce qu’il le faut. Tu attires les clients. Etre belle pour n’importe qui, c’est ton quotidien, à toi. Tu n’es pas dénuée d’honneur, de talent, mais de ça, tu ne sais rien. Tu sais qu’il faut sourire. Sourire pour être aimée. Pour être payée. Pour être adulte, pour t’oublier. Le pire endroit du monde. Cette chambre mal décorée, que tu as toi-même définie comme « Ta vie ». Pas si mal, finalement. Mais elle est le berceau de tes cris. Berceau de ton ennui. C'est ici que tout se gagne ou se perd. C'est ici que tu vis. Ton enfance, tu ne t’en souviens pas. Tu te souviens de ton père. Citoyen pas modèle. Mais citoyen quand même. Tu as eu une sœur, un jour. Une sœur au regard vert. Une sœur plus belle que toi, plus timide, plus sensible. Elle aimait les poupées, les cheveux blonds et les roses rouges. Elle aimait faire comme toi, imiter tes faux-pas. Tes frasques d’adolescente, tu les cachais si mal. Il avait suffi d’un rien. Il avait suffi d’un frein qui n’avait pas marché, et de son corps contre le capot métallique de la Mercedes grise, alors ne restait rien. Il restait tes regrets. Remords tenaces. Tes larmes et ta tête sous les draps, prétextant que tu avais froid. Maman ne s’inquiétait pas. Maman s’inquiétait trop. Tu ne savais plus rien d’elle. Ses yeux, devenus vides, ne te disaient plus rien. Ses caresses sans conviction ne te faisaient aucun bien. Pourtant, tu la sentais, cette détresse, similaire à la tienne. Ce désir de tendresse. Alors tu souriais. Par plaisir d’être comprise. Par envie d’un câlin. Bonheur fugace. C’est ta vie qui s’écroule, quand tu rencontres Saen. « Je te prends sous mon aile. » Et de ça, tu n’as compris que cinq mots. Le dernier t’a échappé. « T’es sous ma protection. » Et t'y crois, quelque part. Tu t'autorises à fauter. Fleur vénéneuse. Tu es froide et détachée. Agressive, même, parfois. Tu as besoin d’argent. Et tu ne sais plus comment vivre. Tu as le désespoir des naufragés lointains qui ne rentreront jamais. Ta sœur a emmené tes parents dans un autre univers. Ils ne t’écoutent pas vraiment, ils sont peut-être inquiets pour toi. Mais toi, tu ne reviendras pas. En aurais-tu le droit. A quel prix, ta liberté. Tu finis par les croiser. Eux. Bande d’incapables, jeunes en perdition. Qui manquent un peu trop d’amour et qui attirent ta curiosité. Tu te demandes quel goût ça a. La drogue. L’alcool. Les plaisirs pourtant pas inusables, mais ceux qu’on aura toujours, malgré les lois, les convenances, les interdits. Ceux qui alimentent le chagrin mais le détruisent pour une heure. Et tu respires ce qu’on te donne à respirer. Tu bois ce qu’on te donne à boire. Tu oublies ce que tu dois oublier. Tu te surprends à aimer ça. Perte de naïveté brutale. Tu rejoins la jeunesse brisée de Dublin, sans te préoccuper des autres, des motards, des assassins, du reste. Tu troques ta chaîne en argent pour des chaines en acier inoxydable. Incassables. Invisibles. Tu traînes au milieu des ruelles, arpentant ton bitume, celui qu’on t’attribue. Celui sur lequel tu fais tes pas, à moitié gelée par le vent qui souffle sous ta robe que tu portes même en hiver. Tu ne sais plus comment tu es arrivée là. Il a dû se passer quelque chose dans ta vie, qui t’a fait chavirer. Il a bien dû se passer quelque chose en toi, pour que tu acceptes cette vie-là. Pour que tu renonces à tout, comme ça. Amoureuse de ce mec-là. Peut-être un peu. Mais il te donne autant de chaleur qu’il te donne de malheur. Tu sais que la ville est dangereuse. Tu sais que tout n’est que du temps que tu perds un peu plus. Tu es irrécupérable. T'es finie. T'es détruite. Comme les autres. Morte, ton innocence. Finie, ton insolence. Ta rébellion s'achève. Docile. Tu l'es. Malhabile, toujours. Tu as l’impression d’une boucle. D’un infini. D’une histoire qui se répète, inlassablement, sempiternelle tragédie. De larmes qui te viennent aux yeux quand tu retrouves ton calme. Tu ne connais plus grand-monde. Tu as arrêté les études trop tôt, et tu t'es isolée. Pourtant, tu aimais bien tes amis, avant que tout dérape. Tu n'as rien oublié d'eux. Mais tu ne les cherches même plus. Tu es là. Fidèle à celui qui veille sur toi, et si le mot n’a aucune signification pour vous, il n’en reste pas moins un mot, qui pourrait parler d’amour. Tu le laisses le soir, même, entrer, ce garçon, Saen, de qui tu t’es éprise, follement, éperdument. C’est presque un peu malsain, c’est même pas calculé. C’est votre vie. C’est de lui qu’est ton fils. Après des mois sans travailler, tu accouches. Il t’a laissée faire. Mais tu dois reprendre. Travaille. Sois obéissante. Tu pourrais t’extasier devant la pureté de ses traits, juvéniles et charmeurs, et son petit visage souriant, ses deux pupilles te fixant. Mais les tiennes se détournent. Détourne-toi. « Stop. » C’est comme quelque chose d’intérieur. Tu le mènes chez tes parents, où tu l’abandonnes, presque lâchement, comme tu l’as toujours fait. Tu leur confies, sans même te soucier de quoi que ce soit. De toute façon, il n’en veut pas. Tu as déjà oublié tes révoltes d’avant. Tu as oublié ton caractère insouciant. Tu as oublié que c’était ton fils. Tu penses à son père. A ce qu’il te fera si tu ne rentres pas vite. Au froid qui t’attend. A cette vie de débauche que tu mènes depuis onze mois. Tu n’embrasses même pas ta mère. Ses égards, ses baisers, ses suppliques, tu n’en as rien à faire. Ils ne savent pas ta vie. Ton père se fiche de toi. Ou tu te fiches de lui, tu ne sais plus vraiment, maintenant. Quel goût a-t-elle, la vérité. Amer. Acide. Elle te brûle la gorge, la langue, les lèvres. Tu passes six ans avec Saen. Tu te tais. Il te hait. T'es son investissement. Son objet. T'es comme de l'art abstrait. Ta vie c'est un brouillon, des ratures, une rupture avec les autres. Pour lui, tu ne comptes pas. Mais tu as une sorte de liberté. Tu passes une fois par semaine chez tes parents. Au départ. Tu finis par tout lâcher. Tu ne veux même plus leur parler. Tu ne veux aucune responsabilité. Tu ne veux pas d'un bébé. T'es encore qu'une putain égoïste. Tu sais bien que la violence peut être bien pire qu'ici. Bien pire que pour toi. Dublin. Ville que tu connais depuis toujours. Tu as des doutes sur ce qu'il s'y passe. Tu sais bien que la souffrance des autres devrait te concerner. Mais tu es là, toi. Perdue sur ton trottoir, toi aussi, t'es en vie. Et c'est déjà beaucoup.




Dernière édition par Aisling Ryordan le Ven 4 Aoû - 19:28, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gabriel Fitzpatrick
LTTP Member


❖ STATUT : a passé sa vie à ne rien ressentir, ne rien montrer. Commence à comprendre son père et sa mère. après l'avoir rencontré elle.
❖ ORIGINES : Irlandaises
❖ RELATIONS : - femme qu'il a sauvé
- son frère paria
- luca
- Sid, jolie plante utile
- Lorcan, freak like you
- Isleen
❖ pseudo : junkiie
❖ CELEBRITE : boyd h.
❖ AGE : 30
❖ MESSAGES : 696
❖ CRÉDITS : junkiie
❖ PIEGE DEPUIS : 12/04/2014
❖ Clovers : 156
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3121-gabriel-you-never-really-quit http://lttp.forumactif.org/t3213-gab-ex-tueur-a-gage-nettoyeur-b http://lttp.forumactif.org/t3212-mes-rps#39753
MessageSujet: Re: (aisling r.) emmène-moi dans les airs, aime-moi dans le vent.    Dim 23 Juil - 17:27

Mon ange showersex showersex showersex hug1
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Kieran O'Neal
LTTP Member


❖ STATUT : En couple et amoureux d'Isabella
❖ ORIGINES : irlandaises
❖ RELATIONS : Raven: Sa fille, son bébé
Max son fils (PNJ)
Isabella : Elle est entrain de changer la donne...
Danny : la mère de ses enfants, ex
Dimitri : Son père
Lena : Sa soeur
Sara : Sa soeur
Ella : La meuf de son père
Romy & Nikolai : Les jumeaux
Mariah : Sa mère adoptive.. Une garce en puissance
❖ pseudo : Jessmercu/Suz
❖ CELEBRITE : Charlie Hunnam
❖ AGE : 31
❖ MESSAGES : 371
❖ CRÉDITS : junkiie
❖ PIEGE DEPUIS : 20/07/2017
❖ Clovers : 547
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (aisling r.) emmène-moi dans les airs, aime-moi dans le vent.    Dim 23 Juil - 18:40

Bienvenue chez les fous Mad Dance coeur1
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: (aisling r.) emmène-moi dans les airs, aime-moi dans le vent.    Dim 23 Juil - 19:19

Bienvenue ici
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Isabella Alvarez
Membre du mois


❖ STATUT : Célibataire
❖ ORIGINES : Irlandaise & mexicaine
❖ RELATIONS : ♥️ Kieran - Elle sait pas trop pourquoi encore, mais il n'est pas comme les autres.
Casey - Sa bff, sa chérie d'amour.
Murphy - Bon ami & papa d'une jeune fille qu'elle adore.
Kellan - Son cousin, le frère qu'elle n'as jamais eu.
Danny - Elle vient de la rencontrer, mais elle lui plait déjà.
Sorcha - comme une deuxième maman.

❖ pseudo : PresleyCash
❖ CELEBRITE : Eiza Gonzalez
❖ AGE : 26
❖ MESSAGES : 221
❖ CRÉDITS : Blondie (ava)
❖ PIEGE DEPUIS : 24/03/2017
❖ Clovers : 311
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3197-isabella-make-it-rain http://lttp.forumactif.org/t3233-isa-barmaid-au-pussycat-club#39 http://lttp.forumactif.org/t3232-les-periples-d-isabella
MessageSujet: Re: (aisling r.) emmène-moi dans les airs, aime-moi dans le vent.    Dim 23 Juil - 19:41

Bienvenue par ici ooh
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Aisling Ryordan
LTTP Member


❖ STATUT : Conne comme ses pieds. Voilà. Plus ou moins haptophobe.
❖ ORIGINES : Irlandaises.
❖ RELATIONS : Gabriel ; time of our lives. nothing else to say.
(tu peux venir. si tu veux.)
❖ pseudo : J'sais pas j'en ai trop
❖ CELEBRITE : Kaya S
❖ AGE : 23
❖ MESSAGES : 34
❖ CRÉDITS : © glass skin. (avatar) & tumblr & ceriztoxic. (signature code.)
❖ PIEGE DEPUIS : 16/07/2017
❖ Clovers : 40
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (aisling r.) emmène-moi dans les airs, aime-moi dans le vent.    Dim 23 Juil - 20:38

Merciii à vous. love eyes Oui j'ai grandi entre temps, rien de grave hein mdr mdr
Oh, Gab. hug4
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Kalista Vengerberg
LTTP Member


❖ STATUT : Célibataire
❖ ORIGINES : Indienne
❖ pseudo : Nono
❖ CELEBRITE : Priyanka Chopra
❖ AGE : 27
❖ MESSAGES : 161
❖ CRÉDITS : Nono
❖ PIEGE DEPUIS : 11/07/2017
❖ Clovers : 98
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3230-k-a-l-i-s-t-a-v-e-n-g-e-r-b-e-r-g-dans-un-coeur-trouble-par-le-souvenir-il-n-y-a-pas-de-place-pour-l-esperance http://lttp.forumactif.org/t3311-kalista-en-recherche-d-emploi-a http://lttp.forumactif.org/t3312-kalista-dispo
MessageSujet: Re: (aisling r.) emmène-moi dans les airs, aime-moi dans le vent.    Dim 23 Juil - 20:56

Bienvenue sur le fow Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Aisling Ryordan
LTTP Member


❖ STATUT : Conne comme ses pieds. Voilà. Plus ou moins haptophobe.
❖ ORIGINES : Irlandaises.
❖ RELATIONS : Gabriel ; time of our lives. nothing else to say.
(tu peux venir. si tu veux.)
❖ pseudo : J'sais pas j'en ai trop
❖ CELEBRITE : Kaya S
❖ AGE : 23
❖ MESSAGES : 34
❖ CRÉDITS : © glass skin. (avatar) & tumblr & ceriztoxic. (signature code.)
❖ PIEGE DEPUIS : 16/07/2017
❖ Clovers : 40
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (aisling r.) emmène-moi dans les airs, aime-moi dans le vent.    Dim 23 Juil - 22:58

Merciii keur
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: (aisling r.) emmène-moi dans les airs, aime-moi dans le vent.    Dim 23 Juil - 23:06

Welcome! Cool
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Danny Sloan
LTTP Member


❖ STATUT : Célibataire
❖ ORIGINES : Italienne née à Rome, élevée ( enfin bref) à seattle.
❖ RELATIONS : kieran -père le son fils & sa fille
Nevan - joli jouet que tu n'aimes pas prêter
Casey & Isa ses choupettes
ella <3
❖ pseudo : junkiie
❖ CELEBRITE : josephine skriver
❖ AGE : 30
❖ MESSAGES : 534
❖ CRÉDITS : moi (junkiie)
❖ PIEGE DEPUIS : 04/11/2016
❖ Clovers : 690
Voir le profil de l'utilisateur En ligne http://lttp.forumactif.org/t3239-danny-pas-un-pet-d-irlandais-dans-la-madame-et-elle-vous-zut http://lttp.forumactif.org/t3241-danny-maman-5-7-mois-celibatair http://lttp.forumactif.org/t3212-mes-rps
MessageSujet: Re: (aisling r.) emmène-moi dans les airs, aime-moi dans le vent.    Mar 25 Juil - 3:25

Il te reste 24h pour finir ta fiche mis ! Un délai ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Danny Sloan
LTTP Member


❖ STATUT : Célibataire
❖ ORIGINES : Italienne née à Rome, élevée ( enfin bref) à seattle.
❖ RELATIONS : kieran -père le son fils & sa fille
Nevan - joli jouet que tu n'aimes pas prêter
Casey & Isa ses choupettes
ella <3
❖ pseudo : junkiie
❖ CELEBRITE : josephine skriver
❖ AGE : 30
❖ MESSAGES : 534
❖ CRÉDITS : moi (junkiie)
❖ PIEGE DEPUIS : 04/11/2016
❖ Clovers : 690
Voir le profil de l'utilisateur En ligne http://lttp.forumactif.org/t3239-danny-pas-un-pet-d-irlandais-dans-la-madame-et-elle-vous-zut http://lttp.forumactif.org/t3241-danny-maman-5-7-mois-celibatair http://lttp.forumactif.org/t3212-mes-rps
MessageSujet: Re: (aisling r.) emmène-moi dans les airs, aime-moi dans le vent.    Mar 25 Juil - 4:23

Bienvenue sur lttp
tu es validé, c'est parti pour le rp

Et voilà, t'as réussi, t'as fini ta fiche. A présent que t'es validé, c'est parti pour organiser tout ça ! Pour bien démarrer sur le fo, suis ces petites indications et hop ! Déjà, pour être pleinement validé, recense toi dans tous les bottins de cette catégorie. N'oublie pas qu'un profil bien rempli peut t'aider pour les liens et c'est plus joli !

Ensuite n’hésite pas à te créer un téléphone. Pour te lier aux autres ou commencer à rp, il te faudra poster ton journal de liens ainsi que ton journal de rp tu y trouveras des modèles type. Tu as une banque de codes si tu le souhaites. Pour un coup de pouce pour les rp suit ce sujet et fouine dans celui -ci. Et enfin pour gagner des clovers et les dépenser va voir dans le pawnshop.

Si tu veux des amis/amants/voisins/le facteur/, n'hésite pas à poster ce que tu souhaites dans les scenarios et si tu veux recruter du personnel, avoir des colocataires, faire un prélien quelconque, c'est dans les petites annonces. Une fois fait avec tes needles tu peux les valider et recenser par ici & ici

Pour suivre les nouvelles du forum passes par ici & ici mais aussi surveilles ATTENTIVEMENT cette catégorie pour ne rien rater !

Et bien sur pour que notre petit forum grandisse n'hésite pas à faire de la pub pour nous en ouvrant un nouveau sujet ce qui te permet de gagner des clovers ♥.
Tu as tout fait ? Alors vas y fonce, et amuse toi !

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (aisling r.) emmène-moi dans les airs, aime-moi dans le vent.    

Revenir en haut Aller en bas
 
(aisling r.) emmène-moi dans les airs, aime-moi dans le vent.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la tête dans l'cul, l'cul dans le brouillard ∆ LIBRE
» La grandeur d'un homme se mesure dans ses actes et non dans ses paroles
» Un coin sombre dans les Cachots
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» L'arrivée d'une Petite Bulle dans les airs..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Look through the pain :: Part of you :: Raconte ton histoire :: Validés !-
Sauter vers: