AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

shake, wind, and roll. let's lose control (hans)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
avatar

Victoria Walker
LTTP Member

Statut : mère célibataire d'une petite de quatre ans
Origines : anglaise, originaire de londres
Relations : hans katzman ; son yang
Pseudo : fatii
❖ CELEBRITE : alison brie
❖ AGE : 24
❖ MESSAGES : 631
❖ CRÉDITS : ranipyaarcreation
❖ PIEGE DEPUIS : 02/09/2017
Clovers : 1442
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3656-victoria-she-made-broken-look-beautiful-and-strong-look-invincible http://lttp.forumactif.org/t3678-victoria-nouvelle-dans-le-coin- http://lttp.forumactif.org/t3679-victoria-journal-des-rps
MessageSujet: shake, wind, and roll. let's lose control (hans)   06.09.17 20:36



the only thing you sometimes have control over is perspective. you don't have control over your situation, but you have a choice about how you view it.
— hans katzman, victoria walker




L’histoire humaine rappelle sans cesse à qui veut le savoir qu’une descente aux enfers pouvait être enclenchée à n’importe quel moment, sans prévenir, sans crier gare. Chaque événement de cette envergure avait certes des signes le préconisant, mais aucun d’entre eux ne pouvait être correctement interprété sur-le-champ. Souvent, l’être humain se retrouve livré à son sort, tentant de déchiffrer les éléments dans le but de mettre le doigt sur cette petite composante qui a tout fait basculer… Inutile. Car quand le mal est fait, peu importe la raison derrière. Aux yeux de la brune, l’attitude à adopter dans des situations pareilles était celle qui lui dicter d’aller de l’avant, attendre que la vague passe, à l’abri pour éviter d’être emportée également, et continuer. C’est ce que l’Anglaise tentait de faire aujourd’hui, bien qu’elle était encore à la première phase ; attendant que la vague passe.

Victoria s’était réveillée un matin à une troublante nouvelle ; Richard, un homme d'affaires associé à son dernier deal en date est retrouvé mort après que la police ait découvert ses liens avec des malfrats recherchés un peu partout dans le monde. Les détails sur sa mort subite n’étaient pas dévoilés au public, mais, c’était un signe suffisant l’ayant poussé, avec Hans, à se la couler douce pendant un moment. Pourtant, l’Anglaise ne s’inquiétait pas énormément, il y avait peu de chances que son nom soit entrainé dans toute cette histoire, or, par simple précaution, elle avait pris la décision de quitter Londres pour quelques semaines. Un séjour que la psychiatre espérait court, mais qui avait à l’heure actuelle toutes les chances de s’éterniser. Malgré sa réticence à mettre les pieds à Dublin en premier lieu, la trentenaire devait bien admettre le potentiel qu’un point pareil représentait parce qu’après tout, il fallait trouver et créer des opportunités n’importe où et n’importe comment.

Pour le moment en tout cas, la brune profitait de toute la distraction qu’elle pouvait avoir. Une distraction copieusement agréable qui prenait forme dans son corps blotti contre celui d’Hans, se mouvant sans relâche dans cette danse charnelle qu’ils avaient entamée, sensuelle, le rythme augmentant frénétiquement jusqu’à cette rupture recherchée. Un moment fugace, délicieusement comblant, effréné et terriblement désiré. Vicky avait utilisé la cravate du joaillier pour attacher les poignets de ce dernier à son lit, dans un instant d’impulsivité pure, un élan fougueux auquel le blond ne s’était pas opposé, au plus grand plaisir de sa partenaire, et à sa plus grande surprise également. Il n’était pas du genre à facilement lui céder les commandes, tout comme elle n’était pas du genre a facilement arrêté de tenter de les obtenir. Se laissant finalement tomber à ses côtés, la brunette reprenait calmement son souffle en laissant, pour l’instant, Hans dans sa position. « Qu’est-ce que ça te fait ? Perdre le contrôle ? », sourire aux lèvres, la brunette tourna légèrement la tête en sa direction. Sa question pouvait avoir tellement de sens… après tout, c’était leur situation actuelle ; une perte de contrôle sur leurs vies respectives, que le duo allait reprendre en main le plus rapidement et efficacement possible.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Hans Katzman
LTTP Member

Statut : con comme ses pieds.
Origines : Allemand d'Hambourg
Relations : Victoria Walker - Son Yin
Pseudo : //
❖ CELEBRITE : Ryan Gosling
❖ AGE : 27
❖ MESSAGES : 161
❖ CRÉDITS : calvaries
❖ PIEGE DEPUIS : 03/09/2017
Clovers : 581
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3662-hans-wer-rastet-der-rostet http://lttp.forumactif.org/t3687-hans-joailler-et-trafiquant-de-
MessageSujet: Re: shake, wind, and roll. let's lose control (hans)   07.09.17 23:10


shake, wind, and roll
let's take back control

La city semblait déjà loin alors que cela faisait très peu de temps qu’Hans s’était extirpé de la cité anglaise. Pieds et poings liés à ses activités illégales il avait quitté Londres sans se retourner avec Victoria pour atteindre ce point de chute temporaire. Une base arrière en attendant que la tempête se calme et revenir à terme au QG londonien. Une retraite stratégique nécessaire après le décès de Richard et toute l’agitation que sa mort avait entrainé. Une ambiance et une situation dangereuse qu’Hans et sa partenaire avaient quitté par précaution. Les deux craignant d’être entrainés dans la chute du vieux restaurateur au vu de leurs affaires récentes avec lui, comme un boulet attaché à leur cheville qui les entrainerait vers le fond à une vitesse folle. Quand le danger est trop élevé, mieux vaut partir. Hans était bien placé pour le savoir, voilà la deuxième fois qu’il était amené à le faire, cela devenait quasi une habitude. Au fond de lui, il aurait espéré que cela ne lui advienne pas de nouveau et être resté à Londres. Reconstruire une vie est difficile et voir une maison s’écrouler qu’il venait de rebâtir non sans difficulté était assez difficile. L’impression d’être pris dans un cercle sans fin était assez forte. Une nouvelle fuite encore fraiche qu’il avait un peu de mal à digérer, heureusement que c’était temporaire, en tout cas c’est ce qu’il se disait en essayant de conjurer le mauvais sort. Tout laissant penser que la situation londonienne n’allait pas revenir au calme rapidement.

Un exode forcé qu’il partageait avec la brune dans tous les sens du terme. Une mise au vert que lui et l’anglaise subissaient conjointement. Ensemble, à Dublin, dans une intimité encore plus forte et prononcée qu’avant. Les deux n’étant plus livrés qu’à eux-mêmes, tous les deux seuls loin de leur monde habituel. Une bulle dans laquelle ils s’engouffraient pour quelque part mettre de côté leur fuite dans de fugaces instants de plaisirs. Hans vidait son esprit dans ce genre d’instants à ses côtés, avec elle qui lui offraient une échappatoire à cette ville qu’il détestait déjà. Dans ce corps suave qui se mouvait contre lui, dans ces courbes sensuelles qui s’animaient sous ses yeux, dans ce regard azur qui le surplombait dans un rodéo enivrant. Une folie charnelle dans laquelle Hans s’abandonnait jusqu’à relâcher tout ce qui le caractérisait : le contrôle. Une folie jusqu’au point où il était littéralement poings liés.

Une position inhabituelle dans laquelle pourtant il prenait un plaisir certain. Dans ce déhanché endiablé dans lequel il avait atteint le moment de rupture avant que sa comparse ne décide de profiter de la situation comme il aurait pu s’y attendre. Lascive et pourtant incisive à ses côtés, l’allemand les mains toujours attachées se contenta de lui répondre « Si ça fini toujours comme ça, ça pourrait possiblement m’aller… » sa jambe entamant un petit mouvement latéral pour commencer à s’enrouler à celle de sa partenaire. « Mais tu sais bien que ce n’est pas mon genre de laisser ce genre de situation s’éterniser. » L’homme tracta alors la jeune femme avec sa jambe pour venir rapprocher son corps du sien avant de faire finalement basculer son visage vers elle. Sa seconde jambe venant finalement à son tour se joindre à la fête par-dessus le tout pour venir crocheter le tout et ne laisser aucune chance de reculer à la jeune femme. Comme dans leur business, le contrôle s’obtient et ne s’attend pas. Pour obtenir quelque chose il faut le conquérir et Hans ne se privait jamais d’aller au combat. « Il faut reprendre le contrôle rapidement avant même que celle en face ne pense qu’on l’a perdu. » pour faire dans l’analogie à leur situation particulière. Lui et l’anglaise devaient se remettre en selle avant que tout leur entourage ne les prenne pour des faibles et des fuyards aux premières difficultés abandonnant tout au passage. Le contrôle c’est aussi de la communication pour dire que l’on est présent et qu’on est l’homme de la situation. Ce même homme blond qui remontait légèrement sa jambe dans une lente caresse de celles de la brune.

egotrip



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Victoria Walker
LTTP Member

Statut : mère célibataire d'une petite de quatre ans
Origines : anglaise, originaire de londres
Relations : hans katzman ; son yang
Pseudo : fatii
❖ CELEBRITE : alison brie
❖ AGE : 24
❖ MESSAGES : 631
❖ CRÉDITS : ranipyaarcreation
❖ PIEGE DEPUIS : 02/09/2017
Clovers : 1442
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3656-victoria-she-made-broken-look-beautiful-and-strong-look-invincible http://lttp.forumactif.org/t3678-victoria-nouvelle-dans-le-coin- http://lttp.forumactif.org/t3679-victoria-journal-des-rps
MessageSujet: Re: shake, wind, and roll. let's lose control (hans)   08.09.17 23:22



the only thing you sometimes have control over is perspective. you don't have control over your situation, but you have a choice about how you view it.
— hans katzman, victoria walker




Le contrôle et ses aléas étaient un sujet fréquent de conversation entre les deux partenaires. Leurs caractères les poussaient continuellement à le rechercher, leurs vécus ne faisaient que contribuer encore plus à cette poursuite du pouvoir. Seulement, ils n’étaient en rien aveuglés par cette démarche, et cela faisait en partie leur force. Bien souvent les gens se perdaient en chemin, oubliant qu’une situation de force se mérite et ne s’obtient pas sans efforts. « Laisser l’autre plongé dans l’illusion d’avoir entièrement le contrôle est un bon moyen pour le déstabiliser davantage. » Et cela fonctionnait autant pour leur situation actuelle que pour leurs affaires illicites. Il n’était qu’une question de temps avant que Vicky ne reprenne les choses en main, décider du court que sa vie allait prendre. Que ça soit à Londres, à Dublin, ou ailleurs dans le monde, tout doit se préparer à l’avance. Bâtir quelque chose de solide tenait en majeure partie sur cela ; au même titre que cette étrange relation qu’ils avaient tous les deux, il ne fallait jamais rien empresser ou brusquer, et il fallait laisser certaines choses se faire en temps et en l’heure. Même quand le ciel semble nuageux, même quand l’obscurité et l’insécurité semblent envelopper actuellement leur existence… Il fallait patienter, prévoir, et agir au bon moment.

Alors que Hans finissait son nouveau move, la brunette se contenta de lui sourire, les babines se rapprochant de celles de l’homme pour l’embrasser, tandis que ses hanches se mouvaient lascivement contre lui, dans une friction qui n’avait pour but que de le rendre fou. « Si tu veux que je te relâche, tu devrais être un peu plus convaincant que ça. », ses mouvements étaient lents, vu l’emprise que le jeune homme avait actuellement sur elle, mais ils étaient tout de même efficaces. À l'image de leur situation d’ailleurs. Ce n’est pas parce qu’ils étaient en quelque sorte piégés qu’ils ne pouvaient plus agir efficacement. Victoria bascula finalement sur le joaillier, reprenant ainsi sa position initiale, sans pour autant se libérer de sa maîtrise sur elle. Ses fins doigts se faisaient baladeurs, glissant le long des bras du bel homme jusqu’au nœud de la cravate, qu’elle s’amusa à titiller, et ses lèvres pulpeuses lui cajolaient délicatement l’épiderme. Et doucement, la psychiatre relâchait la pression du tissu sur les poings de son partenaire un tantinet, sans entièrement le libérer avant de s’arrêter. Le regard plongé dans les opales de l’Allemand, une lueur de défi y brillant.

Quand une bête est relâchée, deux options, et uniquement deux options, étaient envisageables ; cette bête emportait tout sur son chemin, ou elle fonçait droit vers son achèvement. Dans leur situation aussi la même analogie pouvait être appliquée. Ils avaient toutes les chances de repartir de plus belle, tout comme ils avaient toutes les malchances d’aller directement vers un triste sort. Cependant, le risque en valait la chandelle, et graduellement, l’héritière Walker commençait à voir cette ville pour ce qu’elle était vraiment : un potentiel. Un éventuel lieu phare pour véhiculer les deals entre les différents fournisseurs, et l’entreprise de son père en Angleterre. Ici, les gens étaient plus facilement corrompus, capables de se voiler la face et de détourner le regard sans broncher. Un potentiel à risque, toutefois, car il était compliqué d’établir le bon réseau et éviter de piétiner sur les mauvais territoires.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Hans Katzman
LTTP Member

Statut : con comme ses pieds.
Origines : Allemand d'Hambourg
Relations : Victoria Walker - Son Yin
Pseudo : //
❖ CELEBRITE : Ryan Gosling
❖ AGE : 27
❖ MESSAGES : 161
❖ CRÉDITS : calvaries
❖ PIEGE DEPUIS : 03/09/2017
Clovers : 581
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3662-hans-wer-rastet-der-rostet http://lttp.forumactif.org/t3687-hans-joailler-et-trafiquant-de-
MessageSujet: Re: shake, wind, and roll. let's lose control (hans)   09.09.17 22:25


shake, wind, and roll
let's take back control

Entre ses doigts, Hans voyait le contrôle légèrement lui échapper. Jamais totalement bien entendu mais il ne se ressentait jamais en pleine maitrise des évènements. Sa partenaire si particulière arrivait toujours à être imprévisible et chambouler ses plans. Un contrôle ballant qui le challengeait constamment le poussant à trouver à chaque instant de nouveaux stratagèmes et tactiques pour arriver à ses fins. Un pur entrainement intellectuel et physique qui le préparait pour le reste du monde loin de leur cocon de confort, de leur petite parenthèse qu’ils partageaient actuellement. Ce monde qu’ils devaient de nouveau conquérir ici à Dublin après avoir tout quitté à Londres. Elle était son sparring partner dans sa préparation à retourner leur situation actuelle vers ce qu’elle était avant. Une médaille qu’ils allaient gagner dans un concours par équipe car depuis qu’ils s’étaient rencontrés ils tentaient de marcher en binôme. Tels le Phoenix, ils voulaient renaitre dans la cité irlandaise et imprimer de nouveau leur marque. Si certains les voyaient finis, ce n’était que pure illusion tellement leur volonté de retourner au top était forte.

Un retour au top que l’anglaise s’employaient à effectuer de façon littérale. Ses hanches envoutantes se déhanchant contre l’allemand afin de lui faire perdre de nouveau tout contrôle. Pas celui décrit plus tôt mais celui qui l’empêchait de relâcher sa partie la plus sauvage. Insufflant à travers ses lèvres et ses baisers juste ce qu’il était nécessaire pour embraser la situation. On top of him l’anglaise continua juste sa stratégie à travers ses doigts ciselés qui agissaient avec contrôle et volupté le long de l’épiderme du germain. S’amusant avec ses sens et ses attentes en défaisant légèrement les liens qui liaient ses poignets. Un mouvement auquel le blond répondit sans attendre. « La liberté se gagne toujours. » avant de faire éclater sa sauvagerie germanique en tentant sans succès de tirer sur ses bras pour se libérer et se projeter en direction de la brune avant d’être stoppé à quelques centimètres d’elle par le bout de tissu au bout de ses bras. Ses muscles en se contractant ne faisant au final que resserrer le lien autour de ses poignets, refermant l’emprise qu’avait l’anglaise sur lui à travers cette cravate.

Un effort inutile qui pourtant lui donnait des idées pour son prochain move, pour son prochain plan car dans toutes les situations, un plan qui échouait n’était pas un point final mais seulement le commencement d’un autre. Un plan qu’ils devaient élaborer pour conquérir Dublin, un plan qu’il avait déjà concocté pour reprendre le contrôle qu’il désirait sur cet échange avec la psychiatre. Si le bout de tissu l’empêchait d’atteindre la brune, c’est donc elle qui allait venir vers lui. Ses jambes toujours bien placées en crochet autour de celles de sa partenaire « C’est toi qui va vouloir que je te relâche. » le blond commença alors à se tracter lui et sa cible vers la tête du lit avec ses bras. Une pure épreuve de force qui faisait trembler le lit sur lequel ils se trouvaient. Une pure épreuve de force qui lui permettait d’atteindre la tête de ce lit sur lequel il pouvait poser son dos et s’appuyer et ainsi briser la distance entre lui et l’anglaise. Une distance qu’il rompu dans un baiser fougueux et une légère morsure sur la lèvre inférieure de son vis-à-vis qu’il maintenu en se reculant pour bien démontrer que dorénavant c’était elle qui devait lui échapper. « A force de ne rien faire j’ai bien trop d’énergie à dépenser… »

Comme dans leur business les retournements de situations sont toujours possibles. Surtout quand des adversaires comme eux avaient la forme nécessaire pour partir dans un combat terrible.


egotrip



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Victoria Walker
LTTP Member

Statut : mère célibataire d'une petite de quatre ans
Origines : anglaise, originaire de londres
Relations : hans katzman ; son yang
Pseudo : fatii
❖ CELEBRITE : alison brie
❖ AGE : 24
❖ MESSAGES : 631
❖ CRÉDITS : ranipyaarcreation
❖ PIEGE DEPUIS : 02/09/2017
Clovers : 1442
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3656-victoria-she-made-broken-look-beautiful-and-strong-look-invincible http://lttp.forumactif.org/t3678-victoria-nouvelle-dans-le-coin- http://lttp.forumactif.org/t3679-victoria-journal-des-rps
MessageSujet: Re: shake, wind, and roll. let's lose control (hans)   10.09.17 0:00



the only thing you sometimes have control over is perspective. you don't have control over your situation, but you have a choice about how you view it.
— hans katzman, victoria walker




Leurs moments d’intimités étaient des instants de répit personnels que l’héritière Walker savourait toujours sans retenue. À un moment ou un autre, les deux complices devraient revenir à la réalité, pour se poser dans la plus sérieuse des situations et discuter de ce qu’ils allaient faire pour la suite de leurs aventures. Pour l’heure, le passage à Dublin n’était pas censé s’éterniser, à moins qu’ils ne décident conjointement à aller dans ce sens-là, et faire de cette ville de malfaiteur un endroit de départ pour continuer de bâtir leur propre empire. Victoria aurait pu laisser Hans dès le début, mais, elle ne pouvait s’y résoudre. Au-delà de l’aspect sexuel de leur relation, qui n’était aux yeux de la brunette qu’un bonus agréable, il était avant tout un homme qu’elle respectait. Un homme à qui elle pouvait faire confiance, car la manière dont ils voyaient les choses, bien que différentes, les menaient toujours vers une même conclusion. Leurs intérêts communs jouaient largement en la faveur de leur partenariat que la trentenaire tenait à garder et à entretenir.

En un instant, la brune pouvait presque sentir le joaillier briser entièrement la distance les séparant, ses mains l’agripper, venir mourir sur sa peau frêle. Presque. À cette simple impression son corps frissonnait même s’il n’en eut rien. L’homme avait encore quelques manches à parcourir avant de pouvoir entièrement se défaire de ses ligotages, et le nœud improvisé avec sa cravate l’empêchait d’approcher la brune au-delà de ça. La psychiatre ne doutait aucunement des talents du blond, bien au contraire, mais sa nature joueuse la poussait constamment à aller jusqu’au bout des choses. Le fait que la parenthèse qu’ils partageaient actuellement s’apparentait plus à un jeu de séduction, d’enivrement de sensations, ne changeait en rien cette nature de Vicky. Cette même nature qui lui dictait de continuer à pavaner et provoquer, sans relâche, et sans jamais s’ennuyer.

Victoria se laissait emporter par Hans, non seulement parce qu’elle n’avait pas d’autre choix, mais aussi parce que sa curiosité de suivre le plan de l’Allemand jusqu’au bout l’emportait sur sa volonté de s’accrocher au contrôle de la situation. Ainsi, en un rien de temps, la brune se retrouvait prise au piège. Ses babines contre les siennes, puis sa lèvre inférieure agrippée entre les dents du blond, la brunette se recula légèrement, le tout pour accentuer l’intensité de l’instant, avant de lui rétorquer dans un souffle, « Je vois ça…Attention à ne pas casser le lit cela dit. », ses mains reprenant leur mouvement, la psychiatre desserra un peu plus la cravate, cette fois encore sans défaire le nœud complètement. Sa tactique se voulait lente et précise. Deux éléments nécessaires pour le chauffer toujours un peu plus, et attendre pour voir toute son énergie s’évaporer. « Par contre, je n’ai pas à te demander de me relâcher. », glissant doucement ses doigts le long du corps du germain, la trentenaire grappillait un nouveau baiser de ses lèvres tandis que la suite de son plan se dessinait, avec la tendresse de son toucher qui continuait de tracer un chemin jusqu’à la virilité de son partenaire, se glissant insidieusement entre leurs deux anatomies. Elle s’en saisit sans vergogne, son regard azur fixant celui de l’Allemand, alors que les mouvements de ses doigts reprenaient en main, et plutôt littéralement, le court de la situation. « J’ai d’autres moyens pour te faire baisser tes gardes. », un moyen comme une lente caresse intime, par exemple. Un effleurement tout sensuel, aguicheur, inquisiteur, et répété que l’auteur accélérait avant de joindre une nouvelle fois leurs intimités. « Mais surtout, qui te dit que j’ai envie que tu me relâches ? », son déhanché aguicheur reprenait, dans un mouvement lent et tentateur, car c’est tout ce que sa position lui permettait actuellement.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Hans Katzman
LTTP Member

Statut : con comme ses pieds.
Origines : Allemand d'Hambourg
Relations : Victoria Walker - Son Yin
Pseudo : //
❖ CELEBRITE : Ryan Gosling
❖ AGE : 27
❖ MESSAGES : 161
❖ CRÉDITS : calvaries
❖ PIEGE DEPUIS : 03/09/2017
Clovers : 581
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3662-hans-wer-rastet-der-rostet http://lttp.forumactif.org/t3687-hans-joailler-et-trafiquant-de-
MessageSujet: Re: shake, wind, and roll. let's lose control (hans)   24.09.17 18:41


shake, wind, and roll
let's take back control

L’osmose de ces instants représentaient bien la façon dont fonctionnait leur partenariat. Une animosité latente avec un goût de l’interdit et du challenge qui les poussaient à toujours allez plus loin, à repousser les limites, le tout avec une complicité qui leur permettait de garder l’objectif en tête à tout moment et à se défaire des situations inextricables. Une situation dans laquelle ils se trouvaient et de laquelle ils devaient se dépatouiller assez vite. Retourner sur leurs pieds le plus rapidement possible car Hans savait très bien que disparaitre de l’équation trop longtemps revenait à tout redémarrer d’une feuille blanche avec encore plus de contraintes que la première fois. Cette fois-ci les deux acolytes étant attendus au tournant. Au-delà de cette parenthèse sensuelle à travers laquelle l’allemand relâchait son surplus d’énergie sa tête étant déjà à la suite du plan et à la manière de conquérir de nouveau le monde. Tel Cortex qui irrémédiablement chaque soir concoctait une nouvelle stratégie diabolique. Dublin offrait un cadre idéal pour faire fleurir un nouvel empire, un nouveau business sur lequel s’appuyer et prospérer. Le germain avait la chance de connaitre suffisamment d’interlocuteurs pour qu’un soit capable de faire passer des diamants jusqu’à Dublin, restait à savoir quoi faire de la marchandise et le tour était joué. Enfin presque, le diable étant toujours dans les détails.

Comme dans la situation dans laquelle il se trouvait, où cette diablesse avait insufflé dans la façon de défaire le nœud qui le liait le détail qui le faisait toujours chuter. Le détail qui faisait qu’elle avait toujours la main et se pavanait devant lui et contre lui avec malice. Un contrôle certain sur lui, du bout de ses doigts, du souffle qui s’échappait d’entre ses lèvres et dans la façon de se mouvoir à la perfection pour le tenter inlassablement. Si elle l’invitait à ne rien casser par la parole, ses mouvements disaient tout autre et n’étaient qu’une invitation à se déchainer. Ses charmes opérant à merveille pour l’envouter et le pousser dans ses instincts les plus sauvages. Elle restait reine dans l’art de le retrancher dans ses limites. Son toucher sensuel n’étant présent que pour qu’Hans n’ait de nouveau envie de plonger dans son piège et se faire rattraper par ces liens seulement légèrement relâchés pour de nouveau l’enfermer. Hans spectateur enivré par le petit numéro de sa partenaire baissait effectivement sa garde au fur et à mesure de son petit tour. Une relaxation qui s’arrêta brusquement lorsque l’anglaise initia la dernière phase de son plan et rompu toute distance entre eux pour une nouvelle danse sensuelle.

L’attention de l’allemand entièrement captivée par ce nouveau tour et son corps tout entier happé par cette audacieuse brune. Une attention qui lui faisait presque oublier qu’il était toujours attaché à ce lit, retenu par cette fine bande de tissu enroulée autour de ses poignets, se laissant totalement enivré et emporté par la chevauchée anglaise. Une chevauchée qu’il commença tout doucement à accompagner à son tour « Je vois que tu veux vraiment repartir pour un tour… » son visage s’approchant centimètres par centimètres du sien « sauf que cette fois il faudra se montrer sans retenue. » comme pour leur nouvelle vie en Irlande. Fini le cadre feutré, la convenance et les grands discours. S’ils voulaient réussir elle devait s’adapter à la violence, aux corps qui s’entrechoquent et au fait d’être impitoyable quelle que soit la situation. Plus que jamais sans limite et habile, vicieux et ingénieux pour arriver à ses fins. Savoir parfois se muer en serpent comme l’allemand qui faisait glisser délicatement une de ses mains hors de ses liens en allongeant ses doigts afin de ne pas se voir être de nouveau prisonnier de l’étau. Ses doigts nouvellement libres venant se resserrer autour de la hanche de sa partenaire pour la faire basculer et retourner leur position et envoyer le dos de l’anglaise au creux du matelas. Ce petit mouvement resserrant irrémédiablement la cravate sur sa main qui était toujours prisonnière. Malgré tout à sa merci, Hans vint voler un baiser à la brune avant d’accélérer le mouvement qu’elle avait initié ainsi positionné. Ruthless, ils devaient l’être. Hans ne faisait que montrer la voie ainsi avec son corps s’agitant et sa main baladeuse sur le torse de sa partenaire.



egotrip



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Victoria Walker
LTTP Member

Statut : mère célibataire d'une petite de quatre ans
Origines : anglaise, originaire de londres
Relations : hans katzman ; son yang
Pseudo : fatii
❖ CELEBRITE : alison brie
❖ AGE : 24
❖ MESSAGES : 631
❖ CRÉDITS : ranipyaarcreation
❖ PIEGE DEPUIS : 02/09/2017
Clovers : 1442
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3656-victoria-she-made-broken-look-beautiful-and-strong-look-invincible http://lttp.forumactif.org/t3678-victoria-nouvelle-dans-le-coin- http://lttp.forumactif.org/t3679-victoria-journal-des-rps
MessageSujet: Re: shake, wind, and roll. let's lose control (hans)   24.09.17 23:50



the only thing you sometimes have control over is perspective. you don't have control over your situation, but you have a choice about how you view it.
— hans katzman, victoria walker




Le plan que les deux complices pouvaient suivre était en réalité assez simple, et plus Victoria passait du temps dans cette ville, plus les pas à faire se traçaient de plus en plus lucidement. Ils n’en avaient que brièvement parlé il y a un moment, mais l’idée de s’installer ici, pour de vrai, reprendre une activité normale, mener des vies normales et s’en servir pour maintenir la meilleure façade pour tous les trafics à entreprendre par la suite. Tout n’était pas si difficile que ça en avait l’air, quand l’Anglaise y pensait, la clé était dans le détail. Un maillage que la psychiatre se ferait un plaisir de tisser avec Hans, une fois qu’ils décideraient d’interrompre leur parenthèse actuelle de plaisir. Une parenthèse qui vu la situation, ne semblait pas être encore prête à se fermer. Pas avec une Vicky relancée, efficacement, dans la provocation par le jeune homme. Si la trentenaire était douée pour continuer, lui l’était pour lui donner toute l’envie nécessaire de le faire.

Quand ils étaient ensemble, leur danse durait inlassablement jusqu’à ce que l’un des deux, souvent les deux, n’en soit fatigué. Chose qui, selon les paroles de l’homme, ne risquait pas de se produire de sitôt, lui qui semblait encore avoir toute l’énergie nécessaire pour poursuivre leur lancée. Les gestes de Vicky n’étaient qu’un moyen menant à une fin. « Je ne fais que profiter des bonnes choses, bien entendu. », et pour être bon, il l’était. Très bon, même. Et diablement bon. En prouvait son déchainement minutieusement calculée qui rendait le pouvoir, ou tout du moins une partie, à Hans. Surplombée par le blond, Victoria grappilla les babines de son partenaire à l’instant où il tentait de les éloigner pour un nouveau baiser, jouant de ses lèvres entre les siennes avec envie et malice, n’interrompant son action que pour laisser échapper un soupir attestant l’ampleur de l’intensité que prenait cet instant. Sauvage. Indompté. Imprévisible. Ruthless. Peu importe la situation, la psychiatre allait trouver une manière d’en sortir triomphante. Victorieuse. Autant dans ce lit en la compagnie du bel homme, qu’à l’extérieur face à leurs ennemis communs. Si jusqu’ici la brunette restait passive, les mains posées sur le matelas à chaque côté de sa tête, elle laissa finalement l’une de ses mains glisser dans la chevelure blonde du joaillier, resserrant leur étreinte pour ainsi mieux poursuivre le battement de leurs langues. Ses doigts libres parcourant la peau de l’homme jusqu’à le nœud de la cravate que la brune défaisait cette fois-ci pour de bon. Avec ses deux poignets libérés maintenant, le diamantaire avait de nouveau toutes ses armes à sa disposition, et Dieu sait ce qu’il était capable de lui faire ressentir avec ses doigts ciselés et la douceur de ses mains.

Tout le corps de la brune ne faisait que répondre aux attaques de Hans, accompagnant le mouvement de son partenaire, la respiration intermittente face à cette fièvre qu’il faisait grimper en son être alors qu’il s’immisçait en elle avec toute la ferveur, l’élan, et la fougue qu’elle lui connaissait. « You magnificent devil. », soupira-t-elle finalement entre deux baisers avant que ses dents ne s’en prennent au cou de son partenaire, le mordillant avec envie alors qu’elle resserrait l’étreinte de ses cuisses autour de lui. Car pour tenir tête à de la sauvagerie, rien de plus simple et de plus efficace que de se prêter également au même jeu… devenir sauvage, être le chasseur au lieu d’être la proie.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Hans Katzman
LTTP Member

Statut : con comme ses pieds.
Origines : Allemand d'Hambourg
Relations : Victoria Walker - Son Yin
Pseudo : //
❖ CELEBRITE : Ryan Gosling
❖ AGE : 27
❖ MESSAGES : 161
❖ CRÉDITS : calvaries
❖ PIEGE DEPUIS : 03/09/2017
Clovers : 581
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3662-hans-wer-rastet-der-rostet http://lttp.forumactif.org/t3687-hans-joailler-et-trafiquant-de-
MessageSujet: Re: shake, wind, and roll. let's lose control (hans)   26.09.17 18:55


shake, wind, and roll
let's take back control

Un château se construit pierre par pierre, step by step au fil d’un temps long et lorsqu’il est attaqué peut céder et être détruit en quelques heures selon la force de l’armée qui l’emporte. C’est ce qui s’était passé avec la précédente réalisation de Hans. Un édifice encore balbutiant qui n’avait pas résisté à un assaut précoce. Des murs pas encore totalement érigés et pas assez hauts pour résister au siège qu’ils avaient subi. Cette fois-ci, l’allemand voulait être plus prudent et bâtir de façon plus pragmatique les choses. Ne pas s’enfoncer dans la brèche de la facilité et du préconçu. Il avait f ait confiance à sa partenaire et ses relations pour poser les bases de leur business, à cet inconnu qui avait un rôle clé dans cette histoire. A tort puisque tout s’était effondré et il se retrouvait là livré à lui-même avec l’anglaise. Tout allait se dérouler différemment désormais, fini les vieux briscards trop sûrs d’eux-mêmes inadaptés à la concurrence avec les nouveaux acteurs. Le blond était prêt à côtoyer les requins et les rapaces quitte à humer une légère odeur de sang. Au moins ils se débattent et ne s’écroulent pas au premier venu, entrainant dans leur chute tous leurs complices. Malgré une relation bien ancrée, aux yeux du germain l’anglaise avait perdu un certain capital concernant les affaires avec cet incident. Hans allait se montrer bien plus méfiant sur les prochains plans, sur les prochains pas qu’ils allaient réaliser ici à Dublin. La perte de contrôle dans cette fin abrupte à Londres l’avait profondément heurté et lâcher les commandes allait être bien plus difficile pour lui dorénavant. Ayant l’impression que dès qu’un tierce n’est pas directement choisi par lui, il était un point faible. Une liability à son plan. Cet échec patent était bien la preuve à ses yeux que ne pas contrôler était synonyme d’ennui.

Des pas qui allaient se matérialiser incessamment sous peu, n’attendant que la fin de ce petit épisode passionnel qu’ils partageaient. Passionné dans ses baisers, ces babines qui s’entremêlent, s’attrapent, se relâchent et se déchainent sans véritable logique. Seulement des envies soudaines d’échanger et ressentir leur douceur mordante. Si sur le plan de leur petite opération, il était bien décidé à faire autrement, dans ce moment intime, Hans avait parfaitement confiance en Victoria et se laissait aller à ses gestes et à son tempo qui résonnait aux siens, à ses hanches qui dansaient sur ce lit ayant déjà connu une journée chargée. Témoin de cette étreinte passionnelle et du blond lâchant quelques soupirs entre deux baisés endiablés.

Inéluctablement absorbé par la sauvagerie de l’instant qui les emportait, par leurs corps bestiaux s’abandonnant totalement dans cette parenthèse de pur plaisir. A cette douce mécanique frictionnelle qui se poursuivait. A cet instant primaire, où Hans maintenant libéré se déchainait et collait les deux mains de la psychiatre aux draps tout en continuant son déhanché. L’emprisonnant contre lui, avec lui. Ses mains bien ancrées autour de ses poignets alors que le reste de son corps était de plus en plus rapide et fougueux, la chaleur ne faisant qu’entrainer la chaleur jusqu’à ce que l’énergie explose relâchant au même moment ces avant-bras qu’il avait maintenu. Une explosion parfaitement audible au creux de l’oreille de l’anglaise qui lui déchiquetait la peau de ses dents carnassières. L’homme bloqué contre elle et l’emprise de sa mâchoire quelques instants avant qu’il ne s’écroule sur le côté. « Je vais pouvoir lancer une rumeur sur ton côté mante religieuse. » sourire aux coins des lèvres alors que son rythme cardiaque redescendait peu à peu et qu’il ressentait toujours ce léger picotement des canines qui l’avaient agrippé. L’aventure irlandaise partait du bon pied, mit vollem dampf. A voir si elle allait être une nouvelle étoile filante ou une constellation bien ancrée dans le ciel.




egotrip



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Victoria Walker
LTTP Member

Statut : mère célibataire d'une petite de quatre ans
Origines : anglaise, originaire de londres
Relations : hans katzman ; son yang
Pseudo : fatii
❖ CELEBRITE : alison brie
❖ AGE : 24
❖ MESSAGES : 631
❖ CRÉDITS : ranipyaarcreation
❖ PIEGE DEPUIS : 02/09/2017
Clovers : 1442
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3656-victoria-she-made-broken-look-beautiful-and-strong-look-invincible http://lttp.forumactif.org/t3678-victoria-nouvelle-dans-le-coin- http://lttp.forumactif.org/t3679-victoria-journal-des-rps
MessageSujet: Re: shake, wind, and roll. let's lose control (hans)   26.09.17 20:56



the only thing you sometimes have control over is perspective. you don't have control over your situation, but you have a choice about how you view it.
— hans katzman, victoria walker




Suspendus dans le temps, tout semblait maintenant arrêté dès lors que leurs deux corps fiévreux s’étaient épousés à la perfection. En arrière-plan l’un pouvait distinguer le bruit distinct du vent Irlandais qui passait derrière les volets en sifflant, le son de la pluie dont les gouttes heurtaient les vitres, mais ce n’était aucun de ces sons-ci qui hypnotisait Victoria, mais, celui de leurs respirations saccadées, celui de leurs soupirs fébriles, se mêlant dans le silence de cet antre nouvellement trouvé. Un repaire que l’Allemand était le premier à franchir en sa compagnie pour leurs instants d’intimité pure et de complicité éthérée. Finissant par relâcher cette peau qui avait aidé à réprimer ses petits cris, la brunette laissa échapper d’entre ses lèvres un léger soupir de satisfaction. Le corps légèrement tendu et les poignets tracés par les doigts de l’Allemand, Victoria laissait calmement sa respiration revenir à la normale, et reprenant graduellement tous ses esprits. Une fois encore son désir et son envie de se perdre dans les bras de cet homme l’avaient emporté sur sa raison, et le résultat n’était pas pour lui déplaire. « Et moi, je pourrais te donner une réputation de bourreau. », dit-elle sur le ton de la plaisanterie, et embaumait la pièce de son léger rire tandis que de ses doigts fins, la psychiatre plaçait une mèche de ses cheveux en arrière, légèrement redressée pour pouvoir mieux s’approcher d’Hans.

Aussi agréables que ces instants pouvaient être, les deux avaient une discussion à mener. Maintenant que les choses semblaient revenir à la normale à Londres, selon les dire de son paternel, Victoria se devait de faire un choix décisif qui impliquerait sa fille, elle-même, et son avenir. Hans ferait partie ou non de cet avenir. Ce choix-là lui reviendrait. Ces semaines n’étaient qu’une pause pour la brune, un moment de ravitaillement qui touchait à sa fin. Aujourd’hui même. La situation ne lui permettait pas de s’attarder plus que de raison sur sa décision. Ainsi, après avoir partagé un dernier léger baiser avec le joaillier, la brune s’extirpa du lit, prenant le soin dans un premier temps à remettre sa petite culotte, avant d’avancer de quelques pas dans la pièce pour récupérer son soutien-gorge. Rester entièrement nue face à lui ne la dérangeait aucunement, seulement, un minimum de décence était requis si la trentenaire espérait une conversation plus sérieuse avec lui. être en sous-vêtements était ce minimum de décence. « Où est-ce que nous en sommes au juste ? », c’est d’un ton à la fois sérieux et curieux que Vicky prenait enfin la parole, les doigts refermant l’agrafe de ses dessous. Aller droit au but avec Hans était sa méthode de faire et cela ne changeait pas, peu importe les difficultés et les obstacles. Elle n’a jamais tourné autour du pot, elle n’y a même jamais pensé, pas une fois, et ce n’est pas aujourd’hui qu’elle commencerait. « Je n’ai plus confiance en le jugement de mon père et je sais que tu n’as plus confiance en le mien. », et ce n’était que logique. Si l’affaire avec Richard avait mal tourné, l’Anglaise en assumait amplement les conséquences, même si elle s’est assurée tout au long du chemin de couvrir ses arrières et ceux de son partenaire, sans quoi ils seraient déjà finis. Cela n’empêche qu’elle savait parfaitement bien que les choses se seraient passées bien autrement si la brune n’avait pas cédé aux demandes incessantes d’Arthur de choisir Richard pour son premier deal. C’était sa première erreur et elle en était bien consciente. Une gaffe qu’elle n’était pas prête de reproduire. Elle allait continuer ce qu’elle avait commencé à Londres, seulement, elle allait le faire à sa propre manière, sans revenir vers son père, sans chercher à avoir son approbation sur ses propres décisions. Et en l’occurrence, Victoria aimerait bien que tout cela se fasse avec Hans.

Seulement, l’Anglaise n’était pas en mesure de l’obliger à quoi que ce soit, et n’en avait pas envie. S’il ne décidait pas de son plein gré d’avancer dans cette aventure avec elle, en parfaite connaissance de causes, Victoria n’allait pas l’y forcer. Elle avait embrassé cette voie pour des raisons qui ne concernent qu’elle, et au milieu de ce passage épineux la brune a fait la connaissance du joaillier. Si son destin la forçait à continuer sans lui, ainsi soit-il. Or, clairement, elle n’en avait point envie.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Hans Katzman
LTTP Member

Statut : con comme ses pieds.
Origines : Allemand d'Hambourg
Relations : Victoria Walker - Son Yin
Pseudo : //
❖ CELEBRITE : Ryan Gosling
❖ AGE : 27
❖ MESSAGES : 161
❖ CRÉDITS : calvaries
❖ PIEGE DEPUIS : 03/09/2017
Clovers : 581
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3662-hans-wer-rastet-der-rostet http://lttp.forumactif.org/t3687-hans-joailler-et-trafiquant-de-
MessageSujet: Re: shake, wind, and roll. let's lose control (hans)   28.09.17 19:52


shake, wind, and roll
let's take back control

Après le choc de l’ouragan, l’œil prenait lentement place dans la pièce. Faisant revenir le calme après le mur de vents puissants qu’ils avaient créés et qui s’étaient abattus sur l’un l’autre. Une brève parenthèse permettant à Hans de retrouver ses esprits et son souffle, de se détendre de tout son corps tout en laissant ses muscles s’oxygéner. Allongé sur ce doux matelas rebondit qui venait de subir le courroux des deux partenaires, laissant le contact du tissu panser son corps encore bouillant. Laissant l’air de la pièce l’embaumer et lui donner le repos mérité, autant de corps que d’esprit. Au moins pour quelques secondes, pour un bref instant de détente et de réel relâchement. Usant et abusant de son phrasé et de son ton sarcastique comme il aimait tant le faire pour répondre à la brune alors qu’il ne bougeait point tel un poids mort vidé de toute sa vitalité « Tant mieux, c’est plutôt utile dans le métier. » Peu importe que ce soit vrai ou faux, avoir ce genre de réputation était toujours un point positif dans le milieu qu’ils fréquentaient. Peu importe l’interlocuteur, il était toujours mieux pour l’allemand qui celui-ci pense qu’il était un homme de poigne, voir même un dérangé sociopathe. A vrai dire, plus l’à priori était dur et négatif, mieux c’était. Que la méfiance d’un mauvais sort paralyse quiconque à l’idée de lui tendre une entourloupe. Qu’Hans rime avec dernière danse en cas de mauvais coup. Charmant mais tranchant, toujours.

Après ce dernier baiser avec la brune, le germain fit de même qu’elle en s’animant de nouveau. Mouvant ses courbes germaniques jusqu’au bord du lit, se recoiffant rapidement d’une main glissée dans sa chevelure alors qu’il était assis avant de se relever. Attiré par ce bruit dorénavant perceptible de la tempête qui s’abattait sur Dublin. Nu devant la fenêtre, les yeux rivés sur les quelques brèches de lumière qui jaillissaient des volets il observait le monde qui les entourait. La rue plus basse toujours aussi grise, humide et triste qui lui rappelait décidément autant l’Angleterre que l’Allemagne comme si cette atmosphère poisseuse ne voulait jamais le quitter. Une pensée rapidement balayée par la question de la psychiatre qui se trouvait dans son dos. Une question qui à vrai dire pouvait relever une multitude de sens mais qui à l’esprit du joailler fit tout de suite tilt. Sachant instantanément où elle voulait en venir. Cette conversation devait avoir lieu, le sujet était latent depuis leur arrivée et il savait très bien que Victoria n’avait pu passer à côté. Que derrière ses opales bleutées elle avait observé et contemplé son comportement et qu’elle avait analysé les causes de celui-ci. Il la savait perspicace et directe, elle saisissait donc toute l’importance de l’impact qu’avait eu leur périple londonien.

Une fin en eau de boudin qui trottait dans toutes les têtes et qui avait ses coupables comme toujours. Tandis qu’il remettait ses dessous qu’il avait lancé sur la chaise près de la fenêtre Hans commença à répondre aux questionnements de sa partenaire toujours dos tourné à elle. Car oui, elle restait sa partenaire malgré ce revers. La confiance ne vient que dans la défaite et non dans la victoire. Quand la réussite est là tout va bien, cette péripétie ne faisait que sceller leur duo quelque part. Car celui-ci était formé bien au-delà des hauts et des bas, si Hans avait accepté c’était pour la durée quitte à connaitre ce genre de passage à vide. « Je n’accorde aucune importance au jugement, seulement aux actes. » le doute qui s’était installé dans l’esprit du joailler n’était point lier à Richard ou au patriarche Walker mais au fait que Victoria avait laissé la charnière de leur opération dans leurs mains. Donnant bien trop d’importance à des hommes clés qui au final n’étaient pas à la hauteur leur faisant perdre toute emprise sur la situation. « Mais il est vrai que je n’ai plus confiance. Nous allons devoir faire différemment. » Le nous était important car il était révélateur du fait que le blond ne voulait pas changer le cœur de leur business mais le mode opératoire après cette déconvenue. Un changement qu’il allait vite mettre au clair et qui était une condition sine-qua-none à la poursuite de leurs opérations. Un nouveau tracé de frontières qui commençait maintenant puisque c’était le désir de la psychiatre de mettre les choses au clair. Après avoir enfilé son pantalon sans même le refermer, le blond se dirigea vers la table de chevet avec un objectif très particulier. Un petit objet bardé d’électronique qui siégeait là et qui pouvait contenir l’équivalent d’une vie. Un certain téléphone d’une brune qu’il attrapa avant de le balancer dans la corbeille à l’autre bout de la pièce pour finalement se retourner en direction de sa coéquipière. « Déjà, tu n’es plus une Walker. » Car oui, l’ombre de son père avait joué un rôle néfaste à Londres et avait influencé grandement la psychiatre. En rejet ou en suivi mais dans les cas il avait eu un rôle central que Hans ne voulait plus lui donner. En jetant son téléphone il voulait simplement lui signifier qu’il voulait faire table rase de tout ça. Des contacts, des jolis soldats Walker et autres conseillers directs ou indirects. N’avoir confiance qu’en elle, pas dans tout ce parasite qui brouillait la ligne qu’ils voulaient emprunter.

Pour avancer, elle ne devait plus penser à son père, au passé. En tout cas il voulait qu’elle se libère de ce poids et quelque part fasse la même chose que lui quand il avait débarqué à Londres : recommencer de zéro. C’était beaucoup demander mais c’était nécessaire tant ce vécu qu’elle avait était lourd et emprisonnant. Comme le sien, c’est pourquoi il voulait qu’elle s’en libère. Il était temps de bâtir from scratch et d’arrêter les passes droits qui ne mènent nulle part. Et si elle devait se libérer de l’emprise du nom Walker, cela ne pouvait pas se dérouler à Londres tant cette épée de Damoclès y était présente. L’homme retourna alors en direction de la chaise près de la fenêtre qu’il avait délaissé juste avant pour y attraper une robe qui jonchait négligemment son dossier et la lancer sur la londonienne. « Il est temps de bosser, sérieusement. » lui dit-il en accompagnant le tout d’un clin d’œil.



egotrip



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Victoria Walker
LTTP Member

Statut : mère célibataire d'une petite de quatre ans
Origines : anglaise, originaire de londres
Relations : hans katzman ; son yang
Pseudo : fatii
❖ CELEBRITE : alison brie
❖ AGE : 24
❖ MESSAGES : 631
❖ CRÉDITS : ranipyaarcreation
❖ PIEGE DEPUIS : 02/09/2017
Clovers : 1442
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3656-victoria-she-made-broken-look-beautiful-and-strong-look-invincible http://lttp.forumactif.org/t3678-victoria-nouvelle-dans-le-coin- http://lttp.forumactif.org/t3679-victoria-journal-des-rps
MessageSujet: Re: shake, wind, and roll. let's lose control (hans)   28.09.17 22:16



the only thing you sometimes have control over is perspective. you don't have control over your situation, but you have a choice about how you view it.
— hans katzman, victoria walker




Pour eux deux, la question de Victoria ne pouvait pas prendre un autre sens que celui compris par Hans. Leur relation était certes plus complexe que les liens qu’ils maintenaient avec d’autres personnes, mais, tout était clair entre eux et c’était le plus important. Ils valsaient toujours sur la même mélodie. Si dans d’autres situations son interrogation pouvait être interprétée autrement, ici, avec l’Allemand, l’unique sens qu’elle avait concernait leur partenariat. La base qui a tout enclenché. Tout le reste n’était qu’un jeu, un plaisir mutuellement offert et acquis, sans chercher à y donner une signification plus compliquée que cela. Mettre les points sur les i et savoir où leur partnership se trouvait exactement était le plus important. C’était l’un de ces moments décisifs durant lesquels la brunette déchiffrait chacun de ses gestes, chacune de ses répliques, pour se faire une idée sur la suite des évènements et leur futur ensemble. Si le joaillier n’avait pas envie de continuer, ou s’il souhaitait tourner la page et aller vers autres choses, c’était maintenant qu’il devait l’en informer. La confiance était la base de toute chose pour Vicky, le deal breaker ou le deal maker, tout le reste pouvait venir par la suite. Elle avait certes moins d’expérience que lui dans le domaine, moins d’expérience que son père dans le domaine, mais sa vision des choses était clair comme l’eau de roche. Si les mots qu’il allait prononcer suite à sa question n’allaient pas dans le sens espéré, l’Anglaise allait devoir se résoudre à trouver une autre manière de mener la situation.

Cependant, ce que Hans venait de prononcer était un poil rassurant. À moitié, pas entièrement. Son attitude depuis ce jour n’avait pas mille sens. Quelque part au bout du chemin, leur pacte a été fragilisé. Ce que la psychiatre souhaitait savoir c’était à quel point, et surtout, s’il y avait moyen de rectifier la donne, sans quoi, tout ce qu’ils pouvaient mener par la suite serait voué à l’échec. « Tu n’as plus confiance en la manière de faire ? », l’Anglaise n’était pas du genre à laisser les non-dits contrôler la tournure des situations. Si cette discussion devait avoir lieu, elle la mènerait jusqu’au bout, telle la guerrière qu’elle a toujours été. Il avait confiance en elle, connaissant le caractère du jeune homme, si ce n’était pas le cas, il ne serait pas debout devant elle aujourd’hui. C’était suffisamment convaincant pour que la trentenaire continue la discussion, suivant son partenaire de ses opales alors qu’il avançait dans la pièce, se mouvant sans retenue, pour donner vie à tout ce qu’il avait derrière la tête. Et étrangement, au moment où l’héritière Walker observait son téléphone valser et atterrir à l’autre bout de la pièce, elle en sourcilla à peine. C’était une évidence pour elle, depuis plusieurs mois. Une conclusion à laquelle la mère serait arrivée, même si les évènements à Londres se seraient déroulés autrement. « J’ai laissé ce nom derrière moi une fois. Ce n’est pas difficile de le faire à nouveau. » Elle n’a jamais considéré les hommes de son père comme des soldats de sa propre armée. Si de toutes les options valables Victoria a porté son dévolu sur Hans à l’époque, c’était pour cette raison. Le pouvoir de choisir pour elle-même un associé digne d’elle, et non pas un molosse préconçut sans véritable volonté, qui saurait la vendre au premier acheteur. La seule véritable utilité de ce système c’était les usines à dispositions, tous ces créateurs de bijoux qui se rejoignaient sous la marque highness, et qui utilisaient ces diamants.

« Tu te doutes cependant que je n’ai pas les mêmes bagages que toi, et que parmi tous les éléments de mon passé il y a une chose que je ne peux pas laisser derrière. ». L’unique personne qui la liait encore à son passé était sa fille, qui n’allait pas tarder à la rejoindre ici pour être sous sa protection. L’Anglaise n’avait pas besoin de détailler plus, et se contenta de simplement rajouter, « Tu comprendras le jour où tu auras ton propre enfant. ». Si Victoria était ici aujourd’hui c’était à cause d’Alexandra. Que la trentenaire prenne ou non goût à ce monde n’altérait en rien ce fait. Attrapant finalement sa robe à la volée, un rictus moqueur se dessina au bout de ses lèvres. « La vue te déconcentre-t-elle à ce point ? », lui tournant finalement le dos, l’Anglaise marcha vers la pièce qui lui servait actuellement de garde-robe pour y ranger sa tenue précédente, n’en ressortant qu’après avoir enfilé le peignoir satin qui allait avec le reste de son ensemble. « Mieux ? »

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Hans Katzman
LTTP Member

Statut : con comme ses pieds.
Origines : Allemand d'Hambourg
Relations : Victoria Walker - Son Yin
Pseudo : //
❖ CELEBRITE : Ryan Gosling
❖ AGE : 27
❖ MESSAGES : 161
❖ CRÉDITS : calvaries
❖ PIEGE DEPUIS : 03/09/2017
Clovers : 581
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3662-hans-wer-rastet-der-rostet http://lttp.forumactif.org/t3687-hans-joailler-et-trafiquant-de-
MessageSujet: Re: shake, wind, and roll. let's lose control (hans)   01.10.17 21:54


shake, wind, and roll
let's take back control

« J’espère bien. » marmona Hans à l’anglaise lorsqu’elle lui dit que quitter son nom n’était pas difficile. Espérer car au fond de lui il doutait que mettre un nom comme Walker derrière soi était si facile. Victoria suintait par tous les pores son éducation et tout ce que son père avait fait d’elle. C’était normal et elle ne pouvait se défaire de la construction sociale dont elle était issue, Hans le savait et c’est pour ça qu’il n’émettait qu’un vœu pieux en lui proposait d’abandonner son nom. A ses yeux elle ne pourrait jamais s’en défaire et c’était une lutte de chaque jour dans laquelle il allait l’accompagner et la suivre. Hans étant venu de rien, il lui était facile de repartir du même stade. Quand on a toujours tout eu, jusqu’au nom, il est bien difficile et complexe d’avoir le même état d’esprit. C’est pour ça qu’il allait l’aider comme il le pouvait pour passer l’obstacle et conquérir cette foutue ville.

Sans parler du reste, comme elle le précisa l’instant suivant. Sa fille était un élément dont elle ne pouvait se défaire et à raison. Un élément fondamental de son existence à laquelle elle donnerait tout. Même s’il n’avait pas d’enfant et ne souhaitait pas en avoir, il avait conscience du lien entre une mère et sa progéniture. Ceci ne le dérangeait pas, c’était un élément de certitude après tout. Il aimait les éléments fixes et non variables. « Je ne préfère pas comprendre vu comme j’ai déjà du mal à m’occuper de moi-même. » Vu la situation dans laquelle ils se trouvaient, il était bien heureux de ne pas avoir un tel poids sur les épaules. Vu la façon dont il avait managé son existence et le chemin qu’il avait tracé et parcouru, l’idée d’avoir quelqu’un dans son sillon lui semblait totalement fantaisiste. Le joailler préférait que ce lien reste obscur pour lui et non concret. Les conséquences de ses actions avaient déjà un effet bien assez dévastateur sans mettre encore une autre variable dans l’équation. Les gamins, ce n’était pas pour lui. Il aurait préféré que la fille de Victoria n’existe pas mais elle était là et il devait deal with it quoi qu’il advienne. Cela avait beaucoup d’inconvénients pour peu d’avantages mais ainsi allait tout ce qu’il faisait à vrai dire. L’avantage étant de rendre les actions de l’anglaise plus prédictibles puisque son objectif final était bien défini. Une certitude qu’il appréciait et qui contribuait même à son envie de poursuivre l’aventure avec sa coéquipière.

Partenaire de charme toujours aussi espiègle. Une attitude qui lui plaisait et à laquelle il n’hésitait pas à répondre du tac-o-tac à la moindre occasion. « Il faut que tu en fasses plus pour me déconcentrer, voyons. » l’homme tirant la chaise et s’installent finalement à la table près de la fenêtre près de laquelle il rôdait depuis tout à l’heure. Se positionnant ainsi pour s’adonner à son activité favorite de relaxation. Attrapant dans la caisse sous ses yeux les armes dont il aurait besoin pour la suite de sa relaxation lui permettant par la même occasion de réfléchir calmement. Tout d’abord, il extirpa un étau en bois à ressort qui servira de socle pour recevoir la bague qu’il sortait alors en second. L’objet bien bloqué, le joailler empoigna alors la pochette contenant tout son attirail de précision. Limes, brucelles, échoppes, loupes, pinces, marteaux de précisions et tous ses accessoires favoris pour travailler la matière. Tournant la tête avant de commencer son œuvre lors de la question de Vicky revenue de son fourre-tout exclusif. Hans n’ayant que pour réaction une moue songeuse et un sourcil arqué devant cet accoutrement qu’elle lui proposait. « Pas vraiment, tu devrais le savoir. » son regard fuyant de nouveau la brune avec un sourire au coin des lèvres pour venir se concentrer de nouveau sur ce qu’il s’apprêtait à faire avec calme, précision et surtout minutieusement comme une machine parfaitement programmée pour ce qu’elle savait faire de mieux.


egotrip



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Victoria Walker
LTTP Member

Statut : mère célibataire d'une petite de quatre ans
Origines : anglaise, originaire de londres
Relations : hans katzman ; son yang
Pseudo : fatii
❖ CELEBRITE : alison brie
❖ AGE : 24
❖ MESSAGES : 631
❖ CRÉDITS : ranipyaarcreation
❖ PIEGE DEPUIS : 02/09/2017
Clovers : 1442
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3656-victoria-she-made-broken-look-beautiful-and-strong-look-invincible http://lttp.forumactif.org/t3678-victoria-nouvelle-dans-le-coin- http://lttp.forumactif.org/t3679-victoria-journal-des-rps
MessageSujet: Re: shake, wind, and roll. let's lose control (hans)   15.10.17 15:00



the only thing you sometimes have control over is perspective. you don't have control over your situation, but you have a choice about how you view it.
— hans katzman, victoria walker




Si Victoria a réussi à le faire par le passé, elle était capable cette fois encore à se défaire de son nom de famille, et à reconstruire sa vie comme bon lui semblait. Tout était question d’avoir une raison légitime de le faire, et une motivation nourrissant cette envie au point d’en faire un véritable besoin. Que Hans se rassure. Elle ne disait jamais ses mots dans le vide. D’autant plus que la seule personne qui lui importait dans ce business était le blond. L’Anglaise n’avait besoin de personne, en l’occurrence, mais si ce partenariat existait, c’était bien pour une raison. Un sentiment de sécurité en la présence de l’Allemand, une sensation de confiance qui la laissait la conscience tranquille en se disant que, si elle n’était pas là pour gérer les choses, il le serait. Leurs idées divergeaient, cependant, le but final était partagé. De plus que, jusqu’ici, les deux complices arrivaient tout de même à voir les choses sous le même angle, et prenaient une décision finale commune. Le fait qu’ils se retrouvent aujourd’hui seuls et livrés à eux-mêmes ne faisait que renforcer ce ressenti. La brune ferait le chemin seule s’il le fallait, car elle assumait toujours tout ce qu’elle entreprenait jusqu’au bout, mais, le faire en sachant qu’elle avait un partenaire de choc à ses côtés était beaucoup mieux.

« Je trouve que tu t’en tires plutôt bien jusqu’ici ». Si le joaillier a dû quitter son Allemagne natale pour des raisons qui lui étaient propres, et laisser derrière lui Londres à cause du deal foireux avec Richard, pour quelqu’un qui a longuement baigné dans des affaires illicites et un monde dangereux, Hans arrivait à bien s’en sortir. Cela dit, il avait raison sur un point ; ajouter un enfant à l’équation n’était pas idéal. « Il y a des choses que nous n’avons pas forcément envie d’avoir, jusqu’à ce qu’ils arrivent. » Dans le cas de Vicky, un enfant faisait partie de ces choses. Elle n’avait aucunement cherché à en avoir, et encore moins avec Scott. Leur relation était pour le moins compliquée et chaotique, et la psychiatre n’a jamais réussi à envisager un véritable avenir avec lui. L’arrivée d’Alexandra a altéré énormément de détails dans la vie de sa mère, toutefois, au final, la brune n’a pas regretté sa décision de la garder. « Il y a également beaucoup de choses que nous désirons avoir que bien plus tard dans la vie. » Même si le trentenaire semblait catégorique là-dessus, rien ne garantissait que son avis demeurerait inchangé au fil des années. La nature humaine fait que les envies de l’être et ses besoins évoluent avec le temps, sans qu’il ne puisse y faire quoi que ce soit. Hans était encore jeune après tout, et même avec de pareilles fréquentations il avait toute sa vie devant lui.

Alors que le germain reprenait son activité préférée, Victoria allait de son côté piocher dans les placards de la cuisine une bouteille de whisky salutaire pour la suite de leur conversation. Récupérant par cette même occasion deux verres, l’Anglaise reprenait le chemin de la chambre sans s’attarder. Sachant à quel point le petit espace vital d'Hans était important pour lui quand il plongeait dans son petit monde, la psychiatre déposa tout ce qu’elle avait entre les mains sur la table de chevet, alors qu’elle reprenait la parole. « N’as-tu pas envie d’ouvrir une boutique dans le coin ? Tu devrais y songer tu sais. », trafic à part, l’Allemand était très doué dans ce qu’il faisait. La bague que la brune avait autour du doigt en était une belle preuve. La mothers ring qu’il lui avait exposée le jour même où ils avaient agréé aux clauses de leur partenariat, et cédé par la même occasion à leurs premières folies. Remplissant à moitié l’un des deux verres, Victoria redéposa la bouteille pour pouvoir ouvrir le petit tiroir de la table et en sortir une boîte. La trentenaire se dirigea finalement vers l’homme, déposant le breuvage au bord du meuble avant de lui tendre l’objet. Une montre qu’elle a avait faite faire spécialement pour lui. « J’attendais le moment idéal. », comme tout dans leur relation, tout était une question de timing. Si ce soir leur route commune allait s’arrêtait, ça aurait été un souvenir de sa part. Mais, maintenant que la conclusion était beaucoup plus positive, c’était un simple symbole pour marquer le coup. Le début d’un temps nouveau. Une ère nouvelle.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Hans Katzman
LTTP Member

Statut : con comme ses pieds.
Origines : Allemand d'Hambourg
Relations : Victoria Walker - Son Yin
Pseudo : //
❖ CELEBRITE : Ryan Gosling
❖ AGE : 27
❖ MESSAGES : 161
❖ CRÉDITS : calvaries
❖ PIEGE DEPUIS : 03/09/2017
Clovers : 581
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3662-hans-wer-rastet-der-rostet http://lttp.forumactif.org/t3687-hans-joailler-et-trafiquant-de-
MessageSujet: Re: shake, wind, and roll. let's lose control (hans)   15.10.17 19:31


shake, wind, and roll
let's take back control


Affairé à ses petites affaires, Hans tendait malgré tout l’oreille, réceptif à ce que Victoria pouvait lui dire. Bien qu’il était un homme, parfois il était capable de faire deux choses à la fois avec un peu de volonté. Envie qui était assez rare, surtout avec la clientèle. Ignorer les gens en faisant mine d’être trop occupé ou concentré était quelque chose qu’il faisait très souvent parfois même de façon totalement non intentionnelle. Juste par habitude de faire le mort dans les situations ou les scénarios qui lui déplaisaient. Et ce type de moment arrivait bien trop souvent à son goût. Son attention étant concentrée souvent comme à ce moment précis sur un bijou sur lequel il travaillait. Entre deux petits mouvements de précision la douce voix de l’anglaise venait s’engouffrer dans ses oreilles et demandaient à son cerveau de réagir. Le sujet qu’elle abordait étant quelque part assez important même si en façade l’allemand faisait toujours mine d’avoir très peu d’intérêt pour celui-ci et d’avoir fait un choix ferme. Celui d’avoir totalement mis de côté toute velléité d’avoir un jour des descendants. Une décision qu’il avait prise pour plein de raisons plus ou moins logiques. Une logique qui à vrai dire était venue se greffer à posteriori pour couvrir son choix qui était à la base tout simplement bâti sur son histoire à Hambourg. Si les évènements auraient été autres il n’aurait peut-être pas ce rejet profond de cette idée mais pour le moment ses tripes lui disaient de ne pas envisager cette idée plus que sa raison. Une raison que pourtant il mettait toujours en avant, alimentant sa propre caricature de lui-même qui ne laissait aucune place au hasard et aux humeurs. « Nous verrons bien en temps voulu. » remettant la question à plus tard, ad vitam aeternam si possible.

Une fin pour mieux poursuivre son œuvre, celle qui se logeait au creux de ses doigts prête à resplendir et s’afficher au monde. Prête à orner un doigt encore inconnu mais qui lui siérait parfaitement une fois qu’il aurait terminé. Aux yeux du joailler chaque bijou avait sa propre personnalité qui trouvait son âme sœur dans la personne qui l’acquérait. Pas comme un couple mais plutôt comme une relation avec un animal, un être cher qu’on peut confier sans jamais l’oublier et à la fois transmettre à d’autres qui peuvent éprouver un amour profond pour la bête. Chacune de ses œuvres était un petit animal orphelin qui cherchait son maitre et pour attirer leur œil le blond ne faisait que les préparer pour que la personne qui croise leur regard ne puisse que craquer. Une bijouterie était ainsi un chenil où venaient échouer les fortunés en manque d’amour et d’affection. C’était presque beau s’il ne détestait pas autant la clientèle qui ornait les allées de ses boutiques, s’il n’avait pas une sacro-sainte horreur de tous ces sugar daddy qui venaient combler leurs faiblesses dans quelques pierres, toutes ces femmes qui s’abandonnaient dans une parure pour fuir leur quotidien sans satisfaction réelle. Heureusement qu’entre ces profils se cachaient parfois quelqu’un qui pouvait attirer l’attention de l’allemand. Malheureusement ce n’était pas la norme et l’aspect hors artisanat avait tendance à lui donner des envies de meurtre. Ce qui n’était pas passé loin à Londres, la moue infernale de cette petite blonde trottant encore dans son esprit comme un diable à la bouille de poupin. Une pensée chassée par le bruit du verre qui venait de s’échouer sur la table, son regard totalement focalisé sur son travail alors happé par la brune qui se trouvait dorénavant à sa hauteur. Observant entre ses doigts ciselés ce qui était un fort beau présent auquel il ne s’attendait pas. A vrai dire cela faisait bien longtemps qu’on ne lui avait pas offert un vrai cadeau sortit du petit gag potache. L’homme déposa immédiatement ce qu’il avait entre les mains pour se saisir de cette montre qu’elle venait de lui offrir et tirer légèrement sur le col du peignoir qu’elle portait afin de saisir ses lèvres dans un léger baiser. « Merci. » Il n’avait pas besoin d’en dire plus.

La montre glissa alors autour de son poignet, venant le crocheter comme elle l’avait fait précédemment par d’autres moyens. Comme quoi tout ce qu’elle faisait avait du liant. Un liant que le germain appréciait aussi « C’est pour que je garde un œil sur l’heure et ne passe pas tout mon temps dans mon arrière-boutique ? » sourire aux lèvres alors qu’il piochait une gorgée dans le verre qu’elle venait de lui servir. « Tu ne devrais pas sortir le whisky en plein milieu de la journée, tu sais très bien comment ça se finit. » portant finalement le verre aux lèvres de la psychiatre pour qu’elle le finisse. Boire, ça se fait toujours au moins à deux.


egotrip



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Victoria Walker
LTTP Member

Statut : mère célibataire d'une petite de quatre ans
Origines : anglaise, originaire de londres
Relations : hans katzman ; son yang
Pseudo : fatii
❖ CELEBRITE : alison brie
❖ AGE : 24
❖ MESSAGES : 631
❖ CRÉDITS : ranipyaarcreation
❖ PIEGE DEPUIS : 02/09/2017
Clovers : 1442
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3656-victoria-she-made-broken-look-beautiful-and-strong-look-invincible http://lttp.forumactif.org/t3678-victoria-nouvelle-dans-le-coin- http://lttp.forumactif.org/t3679-victoria-journal-des-rps
MessageSujet: Re: shake, wind, and roll. let's lose control (hans)   15.10.17 21:01



the only thing you sometimes have control over is perspective. you don't have control over your situation, but you have a choice about how you view it.
— hans katzman, victoria walker




Quand il s’agissait de reporter les sujets sensibles ou esquiver d’en parler, Hans était un parfait maître en la matière. Son air concentré sur ce qu’il avait entre les mains pouvait dissuader n’importe qui de lâcher l’affaire et de laisser la discussion pour un moment plus opportun. Une opportunité qui, connaissant l’Allemand, ne viendra probablement jamais. Victoria, quant à elle, savait également comment soutirer les informations quand le besoin de le faire se présenter. À eux deux réunis, ils avaient tous les atouts nécessaires pour réussir à coup certain tout ce qu’ils allaient entreprendre. Pour ce qui est d’en savoir plus sur les envies profondes du joaillier d’avoir ou non une progéniture, l’Anglaise laissa le sujet filer. Malgré la curiosité de la brune, que l’homme continuait constamment à nourrir de la sorte, la réalité était que cela ne la concernait en rien. Ce n’était qu’un point comme un autre qui traversait leur conversation, sans arrière-pensées ou motif caché. La brune préférait ainsi le laisser faire ce qui le relaxait le plus, sans rien rajouter à ce qui a déjà été dit, et respecter son souhait muet de ne pas s’attarder sur les détails des raisons derrière son choix. Hans était toujours un homme mystérieux pour Vicky, et au fond cela ne la dérangeait en rien. Avant de se lier à lui, elle s’est renseignée sur tout ce qui l’importait et a eu les réponses qu’elle recherchait. Aujourd’hui, tout ce qui dépassait le cadre professionnel de leur partenariat n’était qu’une curiosité personnelle de la part de la brune, et une sorte de fascination pour le blond qu’elle apprenait graduellement à connaitre. Et comme lui, la psychiatre avait également sa part de secrets ou de sujets qu’elle préférerait éviter. Quelque part, même sur ce point-là de leur façon d’être ils arrivaient à rester sur la même longueur d’onde, et l’Anglaise ne pouvait que comprendre son envie de garder la majeure partie de sa vie pour lui.

Parfois, il suffisait de quelques mots pour donner à un instant toute sa valeur. Parfois, même les mots pouvaient être laissés de côté. Le joaillier était un homme de peu de mots, et sa particularité c’est qu’il disait toujours ce qu’il fallait. Sans en faire plus. Sans en faire moins. Son merci était suffisant, tout comme le léger baiser qui l’accompagnait et que la brune partagea avant de redresser sa silhouette et se remettre dans sa position initiale ; à côté de lui, lui faisant face, et le fessier légèrement appuyé sur la table. Il n’avait pas besoin d’en dire plus, et elle non plus.

Rigolant légèrement face à la question du blondinet, la trentenaire répondit tout sourire avec un brin de taquinerie. « Peut-être bien. », prenant une moue songeuse, elle reprenait aussitôt la parole avec un air plus sérieux. « Ou alors je voulais quelque chose qui puisse te représenter au mieux ; précision, minutie, raffinement, unicité et finesse. », car dans son monde à lui, c’est ce que Hans était. Un artiste qui apportait sa propre vision à ses créations, avec une application singulière, et une précision millimétrée que Victoria a su apprécier dès leurs premiers échanges. Comme tout autre bijou, une montre devait représenter son propriétaire. Ce n’était pas qu’une simple pièce décorative à la mode dont certains usent pour prétendre avoir un style. C’était un reflet de la personnalité, une signature propre à chacun. Les babines de la Walker se posant en fin de compte sur le verre que son partenaire approchait d’elle, elle termina celui-ci comme Hans le souhaitait, avec une gouttelette qui s’échappait de la commissure de ses lèvres, traçant un sillon tout au long, jusqu’à la naissance de sa poitrine. « Tu ne devrais pas me nourrir ou me faire boire, tu sais très bien comment ça se termine également. », dit-elle avant d’extirper le verre d’entre les doigts du trentenaire, prête à lui resservir un nouveau, au besoin.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Hans Katzman
LTTP Member

Statut : con comme ses pieds.
Origines : Allemand d'Hambourg
Relations : Victoria Walker - Son Yin
Pseudo : //
❖ CELEBRITE : Ryan Gosling
❖ AGE : 27
❖ MESSAGES : 161
❖ CRÉDITS : calvaries
❖ PIEGE DEPUIS : 03/09/2017
Clovers : 581
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3662-hans-wer-rastet-der-rostet http://lttp.forumactif.org/t3687-hans-joailler-et-trafiquant-de-
MessageSujet: Re: shake, wind, and roll. let's lose control (hans)   17.10.17 19:37


shake, wind, and roll
let's take back control


Certains se prêteraient à dire qu’Hans peut parfois être évasif sur certains sujets voir enclin à esquiver certaines conversations. Hors à ses yeux, ce n’était rien de tout ça. Il était juste quelqu’un de parfaitement sain qui clôturait les dialogues sans intérêts et les longs échanges qui n’auraient que pour seule conclusion un cul-de-sac puisque les positions n’allaient pas changer dans un simple échange. Tout ceci était une perte de temps à mille lieux de son efficacité allemande. En tant que psychiatre Victoria aimait triturer, réfléchir et analyser longuement chaque détail et chaque petit élément qui définissaient le blond. Sa démarche était logique mais s’heurtait à ce qui était pour l’allemand une simple question de bon sens. Une logique d’efficacité et de cohérence. Son lui profond s’accordait totalement avec son sur-lui et son lui qui se justifiaient les uns les autres à l’unisson. Au plus grand regret de la plantureuse brune qui ne cessait ses assauts mais au plus grand plaisir de l’allemand, bien fier que cette cohérence qu’ils chérissait tant l’était avec lui-même. Une cohérence si patente que même Vicky arrivait à le résumer dans une métaphore simple mais révélatrice sur ce qu’il était. Une jolie image qui le définissait parfaitement et à laquelle il sourit tendrement sans dire un mot. Encore une fois, il n’y en avait pas besoin, elle avait tout dit. Cela démontrait quelque part qu’elle commençait à bien le connaitre lui et ses contours. Pas les moindres détails mais elle avait saisi l’ensemble, l’essence de ce qu’il était. L’analogie qu’elle avait faite était pleine de sens sur la vision qu’elle avait de lui et de comment elle avait appris à son contact. Une connaissance mutuelle qui à la fin ne permettait qu’au Yin et au Yang de parfaitement s’imbriquer et trouver un équilibre entre leurs forces. Une vraie osmose qui se dessinait peu à peu, pas à pas, échec après échec, victoire après victoire.

Victoires qui se dessinaient maintenant dans cette conversation qu’ils avaient, dans cette complicité qu’ils construisaient. Dans ce petit jeu qui s’installait de nouveau et que l’anglaise maitrisait à merveille, sachant ajouter à chacune de ses manœuvres le petit plus. Cette petite goutte qui longeait sa peau, se faufilant et dessinant juste ce qu’il fallait. Une goutte qu’Hans tout aussi joueur alla quérir du bout de son index à la frontière de sa poitrine afin de la porter à ses lèvres et ainsi ne pas gaspiller une seule miette et profiter à fond tout en continuant ce petit jeu dont il était tout aussi familier. « Je ne sais plus m’arrêter quand j’ai commencé à boire, tu connais mes faiblesses. » dit-il comme une invitation à vider cette bouteille qu’elle venait de sortir de sa cachette. Un piège qui fonctionnait toujours, une invitation que le blond finissait toujours par accepter. Une ode à la folie et à la débauche à laquelle il pouvait difficilement résister en la présence de la psychiatre toujours aussi suave. Alors qu’il commençait à ranger ce qu’il était en train de faire – réflexe germanique d’ordre dont il ne peut se défaire dans une situation encore aussi calme – l’homme rebondit finalement sur les mots de sa partenaire. Sur cette remarque clairement référencée sur laquelle il pouvait surenchérir sans difficulté comme à chaque fois dans leur petit jeu. « Je n’ai plus qu’à atteindre la levée du soleil pour vaincre le résultat de la boisson et de la nourriture. » Une vraie aventure qu’il allait devoir surmonter face à cette gremlins qui allait déferler toute la soirée. Les derniers éléments au fond de son sac, Hans se releva enfin traçant vers sa coéquipière avec ce petit sourire qu’il arborait souvent.


egotrip



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Victoria Walker
LTTP Member

Statut : mère célibataire d'une petite de quatre ans
Origines : anglaise, originaire de londres
Relations : hans katzman ; son yang
Pseudo : fatii
❖ CELEBRITE : alison brie
❖ AGE : 24
❖ MESSAGES : 631
❖ CRÉDITS : ranipyaarcreation
❖ PIEGE DEPUIS : 02/09/2017
Clovers : 1442
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3656-victoria-she-made-broken-look-beautiful-and-strong-look-invincible http://lttp.forumactif.org/t3678-victoria-nouvelle-dans-le-coin- http://lttp.forumactif.org/t3679-victoria-journal-des-rps
MessageSujet: Re: shake, wind, and roll. let's lose control (hans)   17.10.17 21:11



the only thing you sometimes have control over is perspective. you don't have control over your situation, but you have a choice about how you view it.
— hans katzman, victoria walker




Comme à l'accoutumée, Hans savait choisir les bons mots pour insuffler dans l’esprit de Victoria les bonnes idées et les meilleures stratégies. Il ne s’en doutait peut-être pas, ou si, mais tout ce qu’il disait n’était qu’un prétexte supplémentaire pour la brune de surenchérir davantage dans le but de pousser leur jeu vers de nouveaux sommets. L’index de son complice qui se posait sur sa peau était justement un de ces prétextes. Un indice de plus indiquant à la mère qu’il n’était pas contre non plus. « Et il m’en reste plein à découvrir. », dit-elle de son air mutin alors qu’un rictus amusé se dessinait sur son visage. Si la psychiatre connaissait une faiblesse ou deux, capables de l’influencer et de lui faire un effet, elle était également consciente que pour d’autres circonstances, l’Allemand était encore un mystère à dévoiler. Cela faisait en grande partie son charme d’ailleurs. Là encore, la situation allait dans les deux sens. Le joaillier apprenait à cerner sa partenaire petit à petit. Même si dans leur duo elle était l'encline à partager, une majeure partie de son vécu restait intimement gardée. À ses yeux, la vie privée d’une personne était sacrée. C’est peut-être pour cette raison qu’elle n’a jamais tenté de s’immiscer dans les affaires personnelles de l’homme, au-delà de quelques questions curieuses et taquineries. Après tout, même sans tout savoir l’un sur l’autre leur relation fonctionnait. Les choses s’étaient faites très naturellement entre eux, et l’auteur savait à quel point c’était difficile de trouver une si bonne chaussure à son pied dans le milieu dans lequel ils baignaient.

Se redressant au moment où le joaillier rangeait ses affaires, Vicky marcha en direction de la table de chevet pour récupérer la bouteille qu’elle avait abandonnée là-bas, avant de revenir auprès de l’homme. Pour la suite, elle n’avait pas besoin de son propre verre. Un seul récipient suffisait. « Dans ce cas, vu que nous avons un peu de temps devant nous, je propose de le passer avec un petit jeu. », si Hans souhaitait atteindre l’aube, métaphoriquement ou non, il allait devoir attendre un long moment. Alors, autant joindre l’utile à l’agréable. « Pour continuer à en apprendre plus sur tes faiblesses, avant de revenir à notre sujet principal... », la bouteille ouverte, le verre à moitié rempli, la trentenaire prenait place finalement sur la table, s’asseyant dessus pour faire face à Hans. « Nous allons poser des questions à tour de rôle, et celui qui refusera de répondre finira le contenu du verre. » rien de plus simple qu’un drinking game pour rendre le fil de leur aventure du jour plus intéressante. Bien entendu, avec eux, rien n’était off limits. « Je te laisse commencer. », le sourire malicieux, et le regard plein de défi, Victoria ne faisait que patienter. Voir si le blondinet était prêt à se lancer encore une fois dans un game et s’enfoncer sur un terrain sur lequel il n’aurait pas entièrement le pouvoir, ou s’il allait rester sur le sol ferme pour éviter de s’engouffrer davantage entre les mailles de la brune. Connaissant son caractère, l’Anglaise penchait plus sur la première option, surtout que si son complice savait y faire, ça sera une vraie partie de plaisir pour tous les deux.

Tout était permis. Aucune limite imposée. Comme la première fois. Comme toujours.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Hans Katzman
LTTP Member

Statut : con comme ses pieds.
Origines : Allemand d'Hambourg
Relations : Victoria Walker - Son Yin
Pseudo : //
❖ CELEBRITE : Ryan Gosling
❖ AGE : 27
❖ MESSAGES : 161
❖ CRÉDITS : calvaries
❖ PIEGE DEPUIS : 03/09/2017
Clovers : 581
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3662-hans-wer-rastet-der-rostet http://lttp.forumactif.org/t3687-hans-joailler-et-trafiquant-de-
MessageSujet: Re: shake, wind, and roll. let's lose control (hans)   18.10.17 19:25


shake, wind, and roll
let's take back control


Quel meilleur moyen pour justement découvrir que le jeu ? Beaucoup. Mais au vu de la personnalité des deux individus le prisme du jeu était à vrai dire une très bonne option de prime abord. La brune connaissait l’accointance de l’allemand avec la notion de défi et de pari. Elle avait déjà pu tester ce côté de son caractère et comptait bien encore jouer avec. La psychiatre ne l’était pas pour rien et savait se montrer maligne et faire preuve de créativité pour arriver à ses fins. Un objectif peut toujours être atteint en passant par une multitude de chemins. Certains sont plus risqués, certains sont plus arpentés, certains sont plus longs mais tous mènent à la même destination. Celui qu’avait choisi Victoria était à vrai dire très facile, une promenade de santé tant il était évident que son partenaire ne pouvait refuser d’emprunter cette route. Quelque part elle le défiait et Hans était bien incapable de refuser ce genre de challenge même si au fond de lui il craignait un peu la forme qu’allait prendre ce petit jeu au fil des questions. L’homme n’aimait pas parler de lui et redoutait que l’anglaise ne se montre un peu trop curieuse au fil du jeu. L’alcool pouvant être un échappatoire mais comme tout à chacun le blond avait ses limites. Des limites que cette démone lui faisait souvent atteindre et même découvrir si douée qu’elle était pour le pousser dans ses retranchements. Ces instants allaient encore certainement être pleins de découvertes.

Debout face à elle, le germain ironisa pour commencer « Facile comme jeu. » dit-il à la fois comme une provocation en direction de la blonde et à la fois comme un mantra pour se persuader lui-même que la brune ne sera pas trop malicieuse dans le choix de ses questions. Un vœu pieux qui n’allait certainement pas se matérialiser mais l’autodétermination donne bien du courage. Un courage dont il avait bien besoin pour venir affronter la brune dans ce genre de petit jeu. Aisance qu’il essaya encore un peu plus de démontrer en se saisissant d’un geste vif du verre que sa comparse avait entre les mains. Un geste qui correspondait bien à son caractère qui tentait toujours de maintenir le contrôle. Un contrôle qui à vrai dire lui permettait de faire un nouveau move à double tranchant. Surenchérissant sur ce que venait de faire Vicky, Hans rajouta un peu de liquide dans le verre. Lui faisant passer le cap du verre à moitié vide vers celui de bien rempli. Seulement, si Vicky répondait, c’était lui qui se risquait à boire ce verre gracieusement rempli. « Pour ça qu'on va corser la mise. » Surtout que lui l’était et avait décidé d’adopter une tactique pour voir si sa partenaire pouvait être vraiment fourbe.

Malgré le verre bien rempli, le blondinet décida de commencer par une question plutôt simple, à laquelle Vicky allait probablement répondre. « Qu’as-tu fait de la culotte du soir où nous étions avec Richard ? » déposant par la même occasion délicatement le verre sur le haut de la cuisse de la brune. Maintenant son emprise sur le verre afin qu’il reste en équilibre sur elle. S’ils devaient jouer, autant rappeler les précédents épisodes de leur big game.


egotrip



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Victoria Walker
LTTP Member

Statut : mère célibataire d'une petite de quatre ans
Origines : anglaise, originaire de londres
Relations : hans katzman ; son yang
Pseudo : fatii
❖ CELEBRITE : alison brie
❖ AGE : 24
❖ MESSAGES : 631
❖ CRÉDITS : ranipyaarcreation
❖ PIEGE DEPUIS : 02/09/2017
Clovers : 1442
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3656-victoria-she-made-broken-look-beautiful-and-strong-look-invincible http://lttp.forumactif.org/t3678-victoria-nouvelle-dans-le-coin- http://lttp.forumactif.org/t3679-victoria-journal-des-rps
MessageSujet: Re: shake, wind, and roll. let's lose control (hans)   18.10.17 21:02



the only thing you sometimes have control over is perspective. you don't have control over your situation, but you have a choice about how you view it.
— hans katzman, victoria walker




L’une des clauses non verbales de leur contrat imposait à Victoria un minimum de retenue à l’égard de Hans. Le domaine dans lequel elle exerçait sa profession était très passionnant pour elle. Fascinée depuis sa tendre jeunesse par la psychologie humaine, l’Anglaise se retrouve plus d’une fois en pleine analyse ou en plein débat avec les autres, souvent sans même le préméditer. Cela lui venait naturellement. Avec le blond cependant, la trentenaire se limitait dans ses discussions. Même en émettant un quelconque sujet, Vicky ne continuait sur sa lancée que si l’homme se montrait réceptif, et s’arrêtait dès qu’il exprimait d’une manière ou d’une autre son envie de passer à autre chose. L’espace personnel de l’être humain était sacré. Quand ses patients se livrent à elle, la psychiatre fait toujours tout pour donner à cet acte sa juste valeur en les laissant prendre le rythme qui leur convenait le mieux. Elle savait à quel point c’était difficile de laisser quiconque s’aventurer dans un esprit comme bon lui semblait, et malgré tous ses talents et ses capacités de soutirer ce qu’elle voulait des autres, la Walker ne les utilisait que rarement hors contexte professionnel.

La décision concernant Hans a été prise par simple respect envers la personne qu’il était. La brune devait connaître le maximum sur lui, tout comme lui devait en savoir plus sur son sujet, toutefois, cela n’aurait pas de réelle valeur aux yeux de la femme si son complice se sentait forcé de le faire, ou si elle extirpait tout ce qu’elle voulait de lui sans son total accord. La confiance se bâtissait aussi à travers de cela. Quelque part, la trentenaire ne se sentait pas entièrement prête à se livrer à lui non plus. Ce sens qui les poussait à prendre des retranchements vis-à-vis de certaines périodes de leur vie était bilatéral à vrai dire. Ce petit jeu s’annonçait fort intéressant car il était à double tranchant. Rien n’empêchait l’Allemand à s’aventurer là où il ne fallait pas, et taper sur les sensibilités de sa partenaire. La seule échappatoire était de boire. Chose que la mère évitera de faire dans la mesure du possible, sans quoi le game ne serait point palpitant. Cela restait un simple joker à utiliser en cas d’extrême nécessité.

Cette fois-ci, cependant, le bel homme avait omis de poser une question qui l’a tant fasciné : quel serait le gain ? Une question non prononcée que la trentenaire s’empressa de tirer au clair, tandis que le blondinet haussait le degré de difficulté de ce qui se préparait, en remplissant entièrement le verre. « Celui qui aura bu le plus de verres, d’ici que la bouteille soit entièrement terminée, perdra. » Le but était simple, mais efficace. Une seule bouteille n’était pas suffisante pour que les deux terminent entièrement bourrés. Ils le savaient. « Si tu gagnes cette fois-ci, tu auras ce que tu as réclamé il y a un moment. » à savoir une journée entière où Victoria ne fera que suivre ce qu’il lui dicterait. Face à cette première interrogation, la psychiatre se contenta de sourire dans un premier temps. Ça commençait bien. Se penchant en arrière, la femme s’appuya sur la table avec une main, alors qu’avec l’autre, elle s’empara des doigts germaniques de son partenaire qu’elle guida vers ses bas, en dessous de son peignoir. « Elle est là. », pour ponctuer ses mots, elle tira légèrement sur la ficelle de sa culotte pour la laisser légèrement claquer contre sa peau avant d’enchainer. « Pourquoi veux-tu me voir obéissante à tous tes petits ordres ? ». Pour l’instant, le verre restait là où il était posé ; sur la cuisse de la brune, que la fraîcheur de la liqueur caressait agréablement.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Hans Katzman
LTTP Member

Statut : con comme ses pieds.
Origines : Allemand d'Hambourg
Relations : Victoria Walker - Son Yin
Pseudo : //
❖ CELEBRITE : Ryan Gosling
❖ AGE : 27
❖ MESSAGES : 161
❖ CRÉDITS : calvaries
❖ PIEGE DEPUIS : 03/09/2017
Clovers : 581
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3662-hans-wer-rastet-der-rostet http://lttp.forumactif.org/t3687-hans-joailler-et-trafiquant-de-
MessageSujet: Re: shake, wind, and roll. let's lose control (hans)   21.10.17 17:13


shake, wind, and roll
let's take back control


Toute situation comprend un gagnant et un perdant pour Hans, c’est la dure loi de la vie. Quoique les gens puissent penser, une situation n’est jamais un jeu à somme nulle où tout le monde repart vainqueur. Les deux camps peuvent le penser mais dans les faits un des deux protagonistes repart avec un avantage en main. L’allemand voulant toujours repartir avec le pactole, sinon à quoi bon jouer ? L’important c’est de participer étant typiquement une phrase que seuls les perdants disent pour se rassurer pendant que le vainqueur est heureux d’être arrivé on top. Ce nouveau défi lancé par la brune, il comptait bien le remporter. D’autant plus que le prix semblait en valoir la chandelle même si le côté évasif de l’anglaise ne lui avait pas fait percuter sur le coup la récompense qu’elle lui promettait. Dans tous les cas, même sans butin à la clé rien que l’idée de réussir le défi était une motivation suffisante à la base pour pousser le joailler à faire tout son possible pour ne pas poser ses lèvres sur le verre. Surtout qu’il comptait bien s’en servir pour d’autres choses en présence de Vicky. Pour le moment il se contentait de lui répondre sur le résultat de ce petit jeu afin de lui aussi mettre sur la table une récompense à la hauteur du défi même si celui-ci semblait à première vue bien moins compliqué pour l’anglaise. « Et toi, tu auras le droit de me poser UNE question à la laquelle je serai obligé de répondre, sans esquive ou contournement. » Une unique interrogation qui allait pousser l’anglaise à se creuser les méninges pour découvrir précisément un élément qu’elle voulait connaitre sur Hans. Un dilemme qui allait peut-être lui tarauder l’esprit et aider le joailler à la déstabiliser qui sait. Pour le moment, en tout cas le jeu pouvait démarrer avec pour chacun en tête un gros butin à la clé.

Jeu qui démarrait de la meilleure des façons tant comme à son habitude la psychiatre savait comment s’y prendre pour répondre aux attaques d’Hans par des contre-attaques encore plus ravageuses. Le blond se laissait guider ainsi par les fins doigts de Vicky qui l’emmenait s’aventurer sur le sujet de sa question. Une coïncidence qui tombait à pic et à laquelle Hans ne pouvait que surenchérir dans un nouvel épisode de sensualité. Son index venant se glisser entre la peau porcelaine de la brune et le tissu, longeant sa taille dans une subtile caresse. « Je t’avais pourtant dit que je préférais sans. » retirant finalement son doigt tout en tirant à son tour le tissu pour qu’il claque au mieux contre la peau de l’anglaise. Ramenant sa main sur le verre qu’il tenait de ses autres doigts. Ses deux mains agrippaient dorénavant fermement le verre sur la cuisse de sa partenaire tandis qu’elle lui posait à son tour une question. Une question il faut le dire curieuse mais pleine de sens sachant qu’elle allait devoir le faire si elle perdait. Une réponse que l’homme décida de donner en plusieurs temps « Tu es une femme de pouvoir. » Le verre qu’il tenait commença alors lentement sa route le long de la cuisse anglaise, remontant avec précaution sa peau éphèbe « J’ai envie de voir cette petite frustration quand on te prive entièrement de tout pouvoir. » remontant encore d’un cran « De voir tes petites réactions quand tu dois t’abandonner totalement aux désirâtes d’un autre. » le regard de l’allemand plongé dans celui de l’anglaise depuis le départ. « Assister à ce petit sursaut de pouvoir que tu désireras malgré la confiance. » Le germain retirant finalement le verre d’où il était placé pour se reculer et agrandir l’espace entre eux pour finalement se positionner contre le pied du lit, son popotin à peine posé sur le métal ornemental. « Petit sursaut que je devrai bien sûr réprimer si c’est ma journée. » concluant avec un sourire plein de malice sa longue réponse avant d’enchainer sur son tour de ce petit jeu qu’elle avait dicté – encore une preuve de son appétence pour le pouvoir non ? « En parlant de ça, pourquoi ce petit besoin d’attacher ou de couvrir ? » Tant qu’à poser une question, autant rester dans le thème puisqu’ils étaient lancés.

egotrip



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Victoria Walker
LTTP Member

Statut : mère célibataire d'une petite de quatre ans
Origines : anglaise, originaire de londres
Relations : hans katzman ; son yang
Pseudo : fatii
❖ CELEBRITE : alison brie
❖ AGE : 24
❖ MESSAGES : 631
❖ CRÉDITS : ranipyaarcreation
❖ PIEGE DEPUIS : 02/09/2017
Clovers : 1442
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3656-victoria-she-made-broken-look-beautiful-and-strong-look-invincible http://lttp.forumactif.org/t3678-victoria-nouvelle-dans-le-coin- http://lttp.forumactif.org/t3679-victoria-journal-des-rps
MessageSujet: Re: shake, wind, and roll. let's lose control (hans)   21.10.17 19:28



the only thing you sometimes have control over is perspective. you don't have control over your situation, but you have a choice about how you view it.
— hans katzman, victoria walker




Un jeu n’était véritablement intéressant que s’il donnait toutes les bonnes raisons aux joueurs d’y participer, au-delà d’être un simple passe-temps ou un divertissement. Ce game que les partenaires entamaient était suffisamment accrocheur par sa nature, et le potentiel qu’il leur laissait ; une occasion de plus de briser les barrières et atteindre les limites. Se dévoiler et laisser l’autre en découvrir plus, dans le seul but d’éviter d’être le perdant. Cela dit, comme toute chose concernant Hans et Victoria, ajouter une réelle récompense à remporter n’était pas de trop. Ce n’était qu’une motivation supplémentaire pour lui, comme pour elle, de jouer le jeu jusqu’au bout. Ce que le bel homme lui proposait ici n’était pas pour déplaire à la brune. Un gain que la psychiatre se ferait un plaisir à clamer une fois avoir remporté ce nouveau match, car oui, elle était bien obstinée à en sortir gagnante. Pas seulement pour le butin que le joaillier lui proposait, mais aussi parce que vaincre a toujours fait partie de son vocabulaire. Elle ne savait pas faire autrement. Tout comme lui, d’ailleurs. Cette confrontation de leurs deux personnalités rendait d’ores et déjà les moments qui allaient suivre palpitants, parce que si Vicky était prête à tout pour gagner, l’Allemand était capable de tout pour éviter de rapprocher ce verre de ses lèvres. « Tu devrais faire attention à ce que tu me proposes. Il n’y a aucun moyen de faire marche arrière cette fois-ci. », contrairement à un jeu qui s’était déroulé dans une cabine d’essayage, et que le blond avait à l’époque perdu. Si elle l’emportait, elle n’hésiterait pas une seconde à exiger sa récompense cette fois-ci.

Surenchérir était la meilleure des techniques pour tenir tête à Hans. Il était difficile à déstabiliser, alors la brune ne se compliquait pas la vie en essayant de le faire. Elle continuait d’attaquer de la manière qu’elle connaissait le mieux ; en toute spontanéité, ripostant sans scrupules, et avec toute la sensualité que son partenaire lui connaissait. Cette culotte, choisie par le plus pur des hasards aujourd’hui, l’aidait justement dans cette démarche. « Si ce petit bout de tissu te dérange à ce point, tu n’as qu’à me l’enlever. », son regard bleuté restait toujours rivé sur lui dans des moments pareils. Un regard déterminé, un poil intense, attestant depuis leur première rencontre que la trentenaire ne se laissait pas intimider. Peu importe la situation, l’Anglaise était toujours prête à la confrontation, comme cette confrontation qui se préparait dans la réponse que donnait l’Allemand à sa question. La fine ficelle de ses dessous qui claquait de nouveau contre sa peau l’avait fait légèrement sursautée, mais ce n’est pas pour autant que sa détermination se dissipait ou que ses prunelles se détachaient de l’homme face à elle, bien au contraire. Face aux mots qu’ils prononçaient, la brune se montrait stoïque, bien que tout ce qu’il disait ici fût vrai. L’Anglaise n’était point habituée à se laisser entièrement aller aux désirs des autres, à moins que cet abandon ne lui garantît un meilleur outcome, ce qui n’était quasiment jamais le cas. Avec le jeune homme cependant, il arrivait à la brunette de le laisser faire à sa guise pour un moment, avant de reprendre le contrôle. Et ainsi de suite. Cette fois, si elle venait à perdre, reprendre le court de la situation ne serait pas une option envisageable. Le joaillier prenait d’ailleurs un malin plaisir à insister sur cela, le verre remontant la cuisse de la femme appuyant sa réponse, et elle imaginait que c’était dans l’espoir de lui faire perdre les esprits un tant soit peu. Chose que la psychiatre n’était pas prête d’accepter.

Elle le regardait donc s’éloigner d’elle, alors qu’elle demeurait dans cette même position, assise sur la table. Toutefois, à l’encontre de la distance, Vicky gardait toujours ses opales sur lui, continuant de le fixer. « Je n’appellerai pas cela un besoin. C'est plus une envie qu’autre chose. », répondit-elle dans un premier temps, avant de mieux approfondir sa réponse, parce que derrière son envie de l’attacher, ou de lui couvrir les yeux, il y avait plusieurs raisons. « Tu ne me sembles pas être le genre d’homme à céder autant de liberté à tes conquêtes. », la première de ces raisons était le pouvoir. De la même manière que Hans souhaitait voir ce qu’une Victoria sans pouvoir donnerait, l’Anglaise le testait pour un jour atteindre ce même résultat. Graduellement. Se décidant finalement à quitter le meuble sur lequel elle se tenait, la brunette avança à petits pas vers l’homme, s’abaissant à sa hauteur pour reprendre la parole. « Comme tu viens de le préciser, je suis une femme de pouvoir. Être avec un homme comme toi me donne envie de tester continuellement tes limites et voir jusqu’où tu me laisseras aller. », la seconde raison était un tantinet plus différente que ça et c’était une affaire classique de changement et de prise de plaisir. Une envie de varier, de bouleverser le court des choses au moment où le jeune homme s’y attendrait le moins. Comme le blondinet l’avait dit par le passé, il n’était pas contre de nouvelles découvertes après tout. « Pourquoi me laisses-tu faire ? », la nouvelle interrogation de Victoria restait dans le même esprit des questions précédentes, et elle pouvait même lui être retournée vu que là encore, c’était un point qu’ils avaient en commun. Malgré sa nature qui lui dictait de garder le contrôle de toutes les situations, avec Hans elle se laissait bien aller et acceptait de voir le pouvoir lui échapper de temps à autre.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Hans Katzman
LTTP Member

Statut : con comme ses pieds.
Origines : Allemand d'Hambourg
Relations : Victoria Walker - Son Yin
Pseudo : //
❖ CELEBRITE : Ryan Gosling
❖ AGE : 27
❖ MESSAGES : 161
❖ CRÉDITS : calvaries
❖ PIEGE DEPUIS : 03/09/2017
Clovers : 581
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3662-hans-wer-rastet-der-rostet http://lttp.forumactif.org/t3687-hans-joailler-et-trafiquant-de-
MessageSujet: Re: shake, wind, and roll. let's lose control (hans)   22.10.17 18:15


shake, wind, and roll
let's take back control


Toujours aussi malicieuse, Vicky savait comment choisir les mots justes. Une énième provocation au bout de lèvres invitant le blond à une séance de déshabillage. Une phrase qui n’était pas tombée dans l’oreille d’un sourd mais qui pour l’instant restait lettre morte. Bien que l’allemand avait bien retenu ses mots et se réservait le droit plus tard de s’amuser avec ce petit bout de tissu une fois le first blood survenu dans ce petit jeu. Pour le moment, Hans préférait utiliser d’autres tactiques et faire un peu durer le plaisir. Juste efflorer, provoquer et faire monter crescendo la tension. Il aimait que les choses se déroulent comme du papier à musique, comme une partition parfaitement orchestrée. La rigueur des notes qui se suivent pour former un tout, le contrôle de l’instrument, le pouvoir de la musique. Bien des mots qui lui correspondaient totalement. Pour l’instant, les deux n’étaient qu’à l’intro et le joailler préservait son calme, s’amusait un peu en toute quiétude. Comme un ou deux cuivres commençant une mélodie. Juste une ou deux notes pour que son duo réponde un peu plus fort. Verre à la main il écoutait une réponse que quelque part il connaissait déjà. Le concept de limit était inhérent à leur partenariat et à leur relation. Des limites toujours repoussées, frôlées ou brisées. Mais dans toutes les situations elles étaient sollicitées, leur duo était toujours sur le rebord prêt à bondir pour avoir des sensations fortes. Pourtant, malgré ce risque permanant, quelque part le blond était confiant et avait une sensation de sécurité. D’où son envie toujours plus grande de se tester et la tester un peu plus en la côtoyant.

Un état de fait qui guida sa réponse qu’il débuta en se remettant bien droit sur ses deux jambes « Comme dans ton cas, juste pour voir la limite. » son index commençant alors à longer le torse de la brune. Dessinant un tracé courbé sur celui-ci jusqu’à la ceinture de son peignoir. Immobilisant finalement son doigt sur la boucle. « Savoir à quel moment je serais susceptible de craquer. » son doigt quittant finalement le corps de sa comparse et Hans s’avançant vers la petite pièce qui lui servait de buanderie et où elle s’était changée. Dos à elle, il conclut sa réponse avec un exemple patent qui démontrait assez bien son propos. « Comme à la boutique de lingerie. » Une proposition qui avait été la sienne, signe qu’il était vraiment à la recherche de cette fameuse limite avec elle. De ce petit instant déclencheur qui fait tout accélérer et perdre toute retenue. Parfois pour l’atteindre il faut perdre le contrôle. Hans en était bien conscient. Un état un peu parallèle à celui du drogué qui recherche le trip en perdant le contrôle de ce qu’il fait pour quelques heures. Quelque part, Hans l’était, à cette adrénaline à chaque fois qu’il atteignait ses limites.

Une limite, cette fois-ci celle du pas de la porte de la pièce qu’il venait d’atteindre. Lieu idéal pour se retourner et s’appuyer sur le rebord de la porte et regarder sa comparse avec un air amusé à l’idée que c’était son tour. Qu’il devait jeter les dés et voir s’il était gagnant. « Pourquoi ce jeu ? » voilà une question qui méritait d’être posée. Quelle petit idée avait-elle derrière la tête ? Hans voulait savoir, voir quelle provocation elle allait encore imaginer pour dévoiler son plan. Car Vicky avait toujours un plan, elle l’avait déjà prouvé à de nombreuses reprises.


egotrip



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Victoria Walker
LTTP Member

Statut : mère célibataire d'une petite de quatre ans
Origines : anglaise, originaire de londres
Relations : hans katzman ; son yang
Pseudo : fatii
❖ CELEBRITE : alison brie
❖ AGE : 24
❖ MESSAGES : 631
❖ CRÉDITS : ranipyaarcreation
❖ PIEGE DEPUIS : 02/09/2017
Clovers : 1442
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3656-victoria-she-made-broken-look-beautiful-and-strong-look-invincible http://lttp.forumactif.org/t3678-victoria-nouvelle-dans-le-coin- http://lttp.forumactif.org/t3679-victoria-journal-des-rps
MessageSujet: Re: shake, wind, and roll. let's lose control (hans)   22.10.17 19:30



the only thing you sometimes have control over is perspective. you don't have control over your situation, but you have a choice about how you view it.
— hans katzman, victoria walker




À l’évocation de la boutique de lingerie, la psychiatre ne put s’empêcher de sourire. Son exemple était bien choisi, et ça donnait une image claire de là où il venait en venir. Décider de son plein gré d’assister à un pareil spectacle, être mis à dure épreuve par une tentation continue, pouvait s’approcher de ce que certains décriraient d’un premier degré de sadisme. Une frustration grisante dont Victoria avait le malin plaisir de manipuler, elle devait bien l’admettre. À cette pensée, l’Anglaise avait deux choses en tête. La première était que, maintenant dans une nouvelle ville, elle devait trouver un pareil endroit pour ses futurs achats. La deuxième, étant donné le goût inachevé de leurs précédentes péripéties, elle ne serait pas contre un second round. Une proposition que Vicky allait omettre plus tard, quand le bon moment se présentera. Pour l’instant, elle restait concentrée sur ce qui se passait actuellement, attentive à toutes les réponses du blond. Dans le fond, il ne faisait que lui confirmer une fois encore qu’ils partageaient la même vision des choses, au-delà de certains détails. Actuellement, quand il s’agissait d’intimité, il n’y avait qu’a lui où la trentenaire permettait autant de liberté. Avec d’autres, c’était une tout autre histoire et une tout autre manière d’agir.

Tandis que Hans se mouvait dans la pièce, Victoria s’était afféré à une tout autre tâche, sa concentration restant toutefois focalisée sur cet échange avec le blond. S’approchant du lit, l’Anglaise attrapa du bout des doigts la cravate de son partenaire qui était restée là. Pliant l’objet dans un premier temps, la brunette commença alors à l’enrouler tout en prenant la parole pour répondre à son interrogation. « Pour garantir l’équilibre des choses. » Comme la trentenaire lui avait expliqué par le passé, sa vision d’un partenariat idéal était claire. En voulant travailler avec lui, elle voulait également garantir qu’à tout moment ils auraient tous les deux un statut de parfaite égalité au sein de ce partenariat. Cette vision des choses n’avait en rien changé depuis. « Si nous voulons continuer ce chemin ensemble, nous devons apprendre à mieux nous connaître, et cela dans les deux sens. », la psychiatre se dirigea par la suite vers un tiroir où elle rangea soigneusement le tissu roulé, puis, ses pas la ramenaient à son point de départ, vers ce lit qui en avait déjà vécu des choses pour une journée. « Je suis plus à l’aise avec la parole, mais, je sais que pour toi parler ne fait pas partie de ta nature. Jouer, par contre, est inné en ton for intérieur. », surtout quand c’était un jeu pareil, avec toutes les raisons de captiver son attention et lui donner envie d’y aller jusqu’au bout. Alors, pourquoi ne pas lui laisser une occasion de mieux se dévoiler tout en continuant de jouer ? Même en refusant de répondre à certaines questions, ou en essayant de les esquiver, le joaillier donnait suffisamment d’indices à sa complice sur qui il était. Quand il s’agissait d’analyser ou comprendre un être, même les plus banales des silences pouvaient s’avérer révélateurs. D’autant plus que si la trentenaire était curieuse vis-à-vis du passé de l’homme, c’était plus pour comprendre sa façon d’être aujourd’hui, car c’est bien ce vécu, ce passé, qui l’a forgé et a fait de lui ce qu’il était aujourd’hui. Maintenir la balance, même dans ce jeu, impliquait également que Vicky devait se laisser prendre à son propre jeu car comme l’Allemand a pu en attester, elle avait plus d’un tour dans son sac, et plusieurs moments de sa vie passée avaient la capacité de le surprendre.

À cette idée, et alors que ses mains remettaient finement les draps du lit en ordre, l’Anglaise jouait à nouveau son tour. « Ta vie d’avant Londres te manque-t-elle ? », son interrogation était vaste mais ouvrait tout de même la porte sur plusieurs possibilités. Reste plus qu’à voir vers quel sens la réponse du diamantaire ira exactement…

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Hans Katzman
LTTP Member

Statut : con comme ses pieds.
Origines : Allemand d'Hambourg
Relations : Victoria Walker - Son Yin
Pseudo : //
❖ CELEBRITE : Ryan Gosling
❖ AGE : 27
❖ MESSAGES : 161
❖ CRÉDITS : calvaries
❖ PIEGE DEPUIS : 03/09/2017
Clovers : 581
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3662-hans-wer-rastet-der-rostet http://lttp.forumactif.org/t3687-hans-joailler-et-trafiquant-de-
MessageSujet: Re: shake, wind, and roll. let's lose control (hans)   23.10.17 19:35


shake, wind, and roll
let's take back control


Victoria avait un don pour enrober les choses élégamment, ici sa réponse était si bien tournée qu’on pouvait passer à côté de l’essentiel. Sur la vérité la plus basique et la plus simple, celle loin des longs discours et des formules euphémisantes. La brune avait simplement joué sur les points faibles du blond pour obtenir ce qu’elle voulait. Ou en tout cas pour la mettre dans une position où elle avait ce fameux pouvoir. Pas un pouvoir total écrasant mais juste assez pour arriver à ses fins, à ce que sa volonté se matérialise. Juste assez pour qu’à l’occasion son comparse se découvre un peu, laisse échapper une petite once de ce qu’il est. Elle avait simplement posé un appât et attendait qu’Hans morde. Une tactique efficace qui ne laissait pourtant pas dupe son coéquipier. Même elle devait savoir qu’il savait très bien ce qu’il faisait et que si il se laissait entrainer c’est bien qu’il le voulait. Une volonté un peu forcée mais une volonté quand même. Comme une très bonne psychiatre qu’elle était même au naturel, elle savait par quels mots clés ou attitudes prendre pour faire en sorte que les gens se découvrent et aillent dans le sens qu’elle avait choisi. C’est en tout cas ce que se disait le germain sur ce pas de porte sur lequel il se tenait. Elle avait utilisé la bonne méthode pour le découvrir car c’était son objectif. Un but qu’il ne partageait pas tellement à vrai dire. Même s’il l’appréciait, à ses yeux il en savait assez sur elle pour décider de poursuivre ce partenariat avec elle. En apprendre un peu plus pourrait même altérer l’idée qu’il se faisait d’elle et peut-être briser cet instinct de confiance qu’il avait. Même si c’était réfléchi, une part de cette conviction qu’il pouvait s’appuyer sur elle venait de ses tripes. Trop d’éléments à analyser ou sur lesquels réfléchir pourrait très bien lui faire perdre ce côté très instinctif de leur relation. Découvrir toujours plus était à double tranchant et à vrai dire il n’était pas certain de vouloir s’aventurer sur ce terrain, que ce soit dans les deux sens. Mais pourtant la force des choses faisait que peu importe ce qu’il désirait le temps jouerait son œuvre et il finirait par en savoir beaucoup. Seulement, le mécanisme par lequel il voulait passer était celui de l’expérience, de l’ajustement mutuel, de l’action qui entraine une leçon. Une opposition de style avec le partage verbal d’expérience passé et l’utilisation des faits antérieurs à leur rencontre. Une vision bien entendu nourrie par le rejet de ce qu’il fut, de ce qu’il fit.

Un rejet qui se matérialisait quelque part dans sa réponse sur ce qu’il pensait d’avant sa vie londonienne. Toujours positionné au même endroit il l’observait ranger comme elle avait la manie de le faire, une habitude commune « C’est plus compliqué que ça. » Alors qu’il agitait doucement le verre pour faire tournoyer le liquide à l’intérieur comme un petit élément trahissant sa petite volonté à 5% de juste le boire « L’avant Londres, c’est comme une autre étape de ma vie. Comme celle de l’enfance. » Sa vie à Hambourg était différente, il était un homme différent à vrai dire. Pétri d’insouciance, de quelques idéaux et d’idées sur ce qu’il voulait être. Des idées balayées comme celles d’un enfant. Même si il était déjà un homme à cette époque, il n’était qu’un jeune homme encore plein d’idées reçues et d’espoirs vains. Il avait évolué, par choc et non par le temps mais comme chaque humain il avait changé à travers le temps. « Et comme pour quand on est enfant, on est un peu nostalgique parfois. Mais peu importe, on est adulte, on est différent, on a évolué et la façon dont on perçoit la vie n’est juste plus la même. » L’homme commença alors à s’avancer vers le lit, profitant du fabuleux travail de l’anglaise pour le défaire totalement en s’écroulant en arrière sur le lit nouvellement fait. Les jambes rejoignant le sol au rebord du lit et le verre positionné sur sa poitrine-il poursuivi. « Allez pêcher avec mon grand-père me manque. Pourtant tu me verras plus allez m’emmerder 4 heures au bord d’un lac. » un léger sourire se dessinant sur son visage à la simple évocation de ces moments où on lui disait toujours de se taire. Quelle ironie.

Maintenant, c’était son tour de poser une question et Hans était bien décidé à montrer sa différence de philosophie avec la brune. A aborder la petite séance de question différemment mais avec une question qu’il se posait sur la suite des évènements. Sur ce qui allait se passer maintenant qu’ils étaient là, en plein milieu de l’Irlande. « En parlant de regret, comment tu comptes ne pas en avoir ? Je précise, comment tu comptes faire différemment de ton père alors que tu marches dans ces pas ? » Elle était une Walker, elle ne pouvait rien y faire. Elle avait même embrassé l’héritage familial, vu sa relation avec son paternel ça ne semblait pas facile à assumer. Le joailler se demandait donc à juste titre comment elle allait s’en démarquer. Quelle voie elle allait prendre pour ne pas devenir son père.


egotrip



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Victoria Walker
LTTP Member

Statut : mère célibataire d'une petite de quatre ans
Origines : anglaise, originaire de londres
Relations : hans katzman ; son yang
Pseudo : fatii
❖ CELEBRITE : alison brie
❖ AGE : 24
❖ MESSAGES : 631
❖ CRÉDITS : ranipyaarcreation
❖ PIEGE DEPUIS : 02/09/2017
Clovers : 1442
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3656-victoria-she-made-broken-look-beautiful-and-strong-look-invincible http://lttp.forumactif.org/t3678-victoria-nouvelle-dans-le-coin- http://lttp.forumactif.org/t3679-victoria-journal-des-rps
MessageSujet: Re: shake, wind, and roll. let's lose control (hans)   23.10.17 21:17



the only thing you sometimes have control over is perspective. you don't have control over your situation, but you have a choice about how you view it.
— hans katzman, victoria walker




Dans un partenariat, mieux connaître l’autre signifiait également réduire les chances qu’avait un ennemi de s’immiscer entre les deux parties. La confiance était de mise sans le moindre doute, mais connaître les points faibles l’un de l’autre servait surtout à anticiper les attaques des forces externes à leur duo. C’est ainsi que la brune voyait les choses. Dans sa quête d’informations sur lui, Victoria avait pris une décision de s’impliquer avec lui jusqu’au bout. Il n’y avait pas de retour possible sur son choix, et son envie de se rétracter n’était pas présente. La découverte servait un tout autre objectif. Comme l’Anglaise lui avait dit par le passé, son paternel était le genre d’hommes à détruire ses adversaires de plus d’une manière, avant de les assommer d’une méthode plus classique en les éliminant d’une façon ou d’une autre. Il avait le don de ressortir les facettes les plus sombres de quelqu’un dans le seul but de les exploiter contre lui. La trentenaire ne savait pas encore à quoi s’attendre dans ce nouvel environnement, de ce fait elle s’attendait à absolument tout, comme le fait de croiser des personnes qui, comme Arthur Walker, tenterait de les déstabiliser en creusant dans leur vie passée. C’était une chose que la psychiatre n’était pas prête à laisser arriver. Elle avait confiance en lui, certes, elle respectait également le fait qu’il avait sa liberté, et qu’il avait tout le droit de gérer ses petites affaires comme bon lui semblait, sans jugement, cependant, l’élément de surprise pouvait être utilisé contre eux à tout moment. La mère était donc prête à courir le risque de se dévoiler encore plus à Hans si dans le futur cela pouvait leur apporter quelque chose.

Nostalgie. C’était le mot juste pour décrire la situation. Quelque part, c’est bien cette nostalgie qui pousse l’être humain à garder des souvenirs enfouis, des memories qui se manifestent parfois sans l’annoncer, comme un invité inattendu dont l’un pouvait bien se passer mais, qui est pourtant bien présent et ne veut aucunement partir. Le lit soigneusement refait, la brunette se redressa donc, fixant le blondinet du regard alors qu’il enchainait sa réponse. Le sentiment de manque et celui du regret étaient deux sensations très variables. En grandissant, nous n’avons plus les mêmes regrets que par le passé. C’était une manière d’évoluer là aussi, car ce n’est pas uniquement la vision de la vie qui se transforme, mais également la vision des regrets. Souriante face à la nouvelle attaque d'Hans, la trentenaire lui lâcha un petit « Fourbe. » amusée quand même parce qu’il venait de faire. A vrai dire, si la situation était inverse, Victoria aurait pu faire la même chose, défaire ce qui était fait pour le fun.

Glissant finalement à ses côtés, Vicky, assise, saisit entre ses doigts ce verre que Hans a longuement maintenu. « Je fais différemment depuis le début. », dit-elle. Comme le joaillier le disait, elle marchait dans ses pas, mais, elle ne faisait rien comme lui. L’Anglaise avait pris le temps d’apprendre le meilleur et le pire de son paternel, cependant, sa vision était claire depuis le départ ; elle ne pouvait pas faire comme lui, et elle ne voulait pas faire comme lui. « Pour lui tu n’es pas mon égal. Tu n’es qu’un vulgaire outil, un être inférieur qui doit être utilisé jusqu’à une date d’expiration précise, qui doit se contenter de miettes qui lui sont jetées parce que c’est sa place et parce qu’il ne devrait jamais se croire supérieur à cela. », Une vue de haut que le père de la brune n’a jamais voulu changer. Une façon d’être que son père avant lui avait introduite dans l’esprit de son fils dès sa plus tendre enfance. Un état d’esprit que Victoria ne partageait en aucun cas. « pour lui, maintenant qu’une des affaires a mal tourné, tu devrais être mort parce que tu en sais déjà trop sur son compte. ». Peut-être que la trentenaire avait embrassé le côté sombre de son héritage mais, à aucun moment de son existence elle serait capable de suivre les mêmes procédés d’un Walker. C’était d’ailleurs l’une des raisons qui lui facilitaient la décision actuelle, car plus elle se tiendrait loin, plus elle serait capable de gérer les situations comme bon lui semblait. Échapper à l’influence d’Arthur n’était pas une contrainte, bien au contraire. C’était une quiétude. Du bout de son index, la brunette tapotait légèrement le haut du verre. Sa prochaine interrogation resterait également sur ce thème. « Pourquoi le père de ton ex a-t-il essayé de te tuer ? ». Une question qui devait être posée, vu tout ce qui était dit jusqu’ici, ce n’était que logique d’enchaîner sur cela.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: shake, wind, and roll. let's lose control (hans)   

Revenir en haut Aller en bas
 
shake, wind, and roll. let's lose control (hans)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Lose Control _ Enzo
» I lose control when I hear your body move [Scott]
» I've become so Numb, afraid to lose control. [Terminé]
» Don't loose control [Livre I - Terminé]
» Rick Roll de la nouvelle star !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Look through the pain :: Dublin :: Georgian quarter :: Residential Area-
Sauter vers: