AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Holding on and letting go • Jake Callaghan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité


Invité

MessageSujet: Holding on and letting go • Jake Callaghan   Sam 2 Déc - 15:22


Holding on and letting go.
Is anybody out there? Is anybody listening? Does anybody really know? If it’s the end of our beginning. A cry, a rush from one breath is all we’re waiting for. Sometimes the one we’re taking changes every one before. It's everything you wanted, it's everything you don't. It's one door swinging open and one door swinging closed. Some prayers find an answer, some prayers never know. We're holding on and letting go. Sometimes we're holding angels and we never even know. Don't know if we'll make it but we know, we just can't let it show. It's everything you wanted, it's everything you don't. It's one door swinging open and one door swinging closed. Some prayers find an answer, some prayers never know. We're holding on and letting go. Yeah, letting go.


Vingt-heure. Dernière employée encore à la boutique, Lison venait de terminer le nettoyage du sol et de ranger les derniers trucs qui traînaient. La journée avait été particulièrement longue puisqu'elle avait déjà travaillé dans la matinée, avant de se rendre à l'université pour assister à quatre heures de cours, puis de revenir à la boutique pour terminer ses heures du jour. Elle avait avalé une pomme ce matin, sa collègue avait rapporté des beignets qu'elle avait fait elle-même et dont Lison avait profité, mais elle n'avait rien avalé d'autre. Ce soir, elle allait pouvoir se faire un véritable repas. Il lui restait un fond de paquet de pâtes dans le placard et une bouteille de ketchup presque terminée dans le frigo. Elle ne savait pas comment elle allait faire pour demain, au pire elle irait s'acheter une barre de céréales dans une supérette. Ca serait bien assez pour tenir jusqu'à midi où elle improviserait aussi. Si elle avait le temps. Sinon tant pis, elle attendrait le soir pour aller faire deux trois courses et acheter un nouveau paquet de pâtes. Son alimentation ne consistait qu'en ces féculents, lourds dans l'estomac et longs à être assimilés par le coeur. Au début elle commençait à en avoir vraiment assez de bouffer que des pâtes tout le temps, mais maintenant elle ne sentait même plus le goût. C'était devenu une habitude, comme on se brosse les dents le matin. Elle avalait le minimum pour ne pas s'écrouler en cours et pendant le travail, mais général le soir ça ne loupait pas, elle avait des vertiges et faisait parfois des malaises.

Aujourd'hui, ce n'était pas avec sa pommes et ses deux beignets qu'elle allait y échapper, elle le savait. Alors une fois la boutique fermée, elle prit rapidement le chemin de chez elle. La boutique était assez loin de son pauvre petit studio étudiant, elle avait une bonne vingtaine de minutes de marche entre les deux. L'avantage, c'est que l'université était entre les deux. Au final elle avait trouvé le bon plan avec ce job étudiant, même si tout ça restait bien compliqué à gérer. Une fois les factures et les fournitures nécessaires à l'année scolaire payées, il lui restait à peine 70 euros pour se nourrir pendant le mois et pour payer le chauffage qu'elle utilisait si il faisait vraiment trop froid. De nombreuses fois elle avait été tenté de retirer ce qu'elle avait sur le compte que son père alimentait, ne serait-ce que dix ou vingt euros... Et puis elle s'y était refusée. Elle préférait crever de faim que de demander ne serait-ce qu'un centime à ce crevard. Il serait bien trop heureux de lui rappeler que sans lui elle ne se serait pas débrouillée et qu'elle n'était rien sans un homme pour la gérer. Conneries. Certes elle se débrouillait très mal, mais au moins elle ne recevait aucune de ses remarques. Et tout ce qui se passait ici, il n'en savait strictement rien. Elle pourrait faire le trottoir ou gagner au loto qu'il n'en saurait rien. La seule avec qui elle restait en contact, c'était sa petite soeur.

La pensée de sa cadette, seule à la maison avec leur mère complètement soumise et leur père totalement macho lui pinça le coeur, lui tirant un début de larmes qui lui montèrent aux yeux sans pour autant couler. Elle sentit une bouffée d'émotions s'emparer d'elle et c'est sans doute ce qui lui fila un premier vertige. La tête lui tourna et pendant une seconde elle se sentit tomber sur le côté... C'est le mur qui l'empêcha de s'écrouler par terre, mais ses jambes se dérobèrent tout de même sous son maigre poids et elle se retrouva assise par terre. Sa tête lui tournait toujours et elle posa instinctivement une main sur son front, ne faisant même pas attention à ce qui se déroulait autour d'elle. De toute façon, tout le monde la regardait bizarrement mais personne ne prenait le temps de s'arrêter. Tant mieux, elle n'avait pas envie d'avoir à se justifier auprès de qui que ce soit. Tentant de gérer son vertige qui s'évanouissait petit à petit, elle ne fit pas attention au bruit de moteur qui se rapprochait. Elle sembla s'en rendre compte seulement quand il s'éteignit et qu'elle sentit une main se poser sur elle. Alors, elle reprit ses esprits et releva des yeux vagues vers l'inconnu qui avait pris la peine de s'inquiéter. "Désolée... C'est rien, je vais bien. marmonna-t-elle vaguement avec un accent discret.

Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité

MessageSujet: Re: Holding on and letting go • Jake Callaghan   Ven 8 Déc - 15:59


Holding on and letting go
J'avais passé la matinée dans les rues, à jouer de la guitare, en espérant récolter quelques petites pièces de monnaie. Il fallait bien rapporter un peu d'argent pour payer les factures, et ce n'est pas en faisant le prospect que cela aller me rapporter gros. Aujourd'hui, j'avais eu droit à quelques petits billets, des pièces et un chewing-gum déjà mâché. Je n'avais pas récolté beaucoup, mais c'était toujours ça de gagner! Je rangeais ma guitare dans son étui que je glissais sur mon épaule en quittant le trottoir où j'avais passé quelques heures.

Tout en marchant vers ma moto, que j'avais laissée à deux rues de là, je m'allumais une cigarette. La troisième seulement de la journée et c'était un miracle. J'essayais de ralentir sur la nicotine et je commençais plutôt bien. Je profitais de chaque latte de ma cigarette tout en avançant vers ma bécane. Cette belle bête que j'avais trouvée dans une casse en mauvais état. J'y avais passé mes journées à la réparé et à la montée comme neuve. J'en étais fière. Depuis tout petit, j'aimais la mécanique et m'occupé de cette moto en était la preuve.

C'était aussi grâce à elle que j'étais arrivé chez les Greyhounds. En parlant de bikers, je devais me dépêcher d'aller au garage ou Cass aller me tuer.
J'avais passé tout le reste de la journée au Car Workshop pour aider les Grey ou suivre Cass pour des affaires. Jamais je n'aurais pensé qu'être avec ces bikers m'apporteraient autant. J'avais trouvé une nouvelle famille qui m'accepté comme j'étais. Avec mes qualités mais surtout mes défauts. Je pouvais être moi-même.

Cela m'évitait de pensée à ma vraie famille... enfin ce qui en reste. Mon père s'était barré sans prévenir alors que j'étais encore qu'un gamin. Laissant ma pauvre mère seule à élever trois mômes. Son départ avait beaucoup affecté ma mère même si elle ne l'avait jamais montré. C'était la faute de mon père si ma mère a succombé au cancer.
Je secouais la tête pour chasser cette pensée et les larmes qui pourraient tomber sur mes joues. J'étais encore entouré des bikers et je devais être fort, un bonhomme!

La nuit était tombée et je prenais ma moto afin de rentrer à mon appartement qui se situe à plusieurs kilomètres du garage. Cela ne me dérangeait absolument pas de parcourir cette distance chaque jour puisque je profitais de ces moments pour réfléchir ou même me vider la tête en ne pensant à rien. Ce soir les rues étaient assez vides alors j'observais le peu de personnes qui marchaient sur le trottoir. Certains penchés sur leur téléphone sans un regard pour leurs amis à leurs côtés. D'autres avec leur musique à fond dans les oreilles en dansant presque sur le trottoir. Il y a aussi ces cyclistes qui klaxonnent pour se frayait un chemin entre les gens. Ceux-là avaient le don de m'énerver! Il y avait des pistes cyclables partout, mais ils devaient rouler sur le trottoir!

Mon regard s'arrêtait sur une jeune fille aux longs cheveux d'un blond presque blanc. Je la vis tanguer avant de s'asseoir par terre et se tenir la tête. Les gens l'évitaient sans un regard, je ne pouvais pas la laisser comme cela. Je me garais contre le trottoir puis j'éteignais le moteur avant d'accrocher mon casque à la poignée et me dirigeais vers la jeune demoiselle. Je m'accroupissais devant elle lentement et posais une main délicatement sur son épaule. Avant que je puisse dire quoi que ce soit, elle s'excusa en levant ses jolis yeux bleus vers moi. Je fronçais les sourcils. Elle disait aller bien, mais son regard me transmettait un tout autre message.


▬ Hum! Désolé de vous contredire ma jolie mais vous ne me semblez pas aller si bien.

Je lui fis un grand sourire tout en réfléchissant s'il avait ou non une bouteille d'eau dans une sacoche de sa moto. En général, j'en garde toujours une.

▬ Petite crise d'hypoglycémie ? Je dois avoir un peu d'eau mais pas de sucre.

Je la regardais en grimaçant et en haussant les épaules comme pour m'excuser de ne pas en avoir. Elle n'avait vraiment pas l'aire d'aller bien et je n'allais pas la laisser seule par terre. Quelqu'un de malintentionné pourrait profiter de son état.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
 
Holding on and letting go • Jake Callaghan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Joyeux anniversaire >> JAKE & SANAA
» Gel Olive Oil Edge Control d'Organic Root Stimulator
» Jake McNiece
» I'm holding on your rope [Tate]
» Jake @ And nothing else matters

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Look through the pain :: this is dublin :: Smithfield village :: Past-
Sauter vers: