AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

all comes down to trust (hans)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Strangers
avatar



- Statut : mère célibataire d'une petite de cinq ans
- Origines : anglaise, originaire de londres
- Relations : hans katzman ; son yang
- Pseudo : fatii
- CELEBRITE : alison brie
- AGE : 25
- MESSAGES : 745
- CRÉDITS : ranipyaarcreation
- PIEGE DEPUIS : 02/09/2017
- Clovers : 60
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3656-victoria-she-made-broken-look-beautiful-and-strong-look-invincible http://lttp.forumactif.org/t3678-victoria-nouvelle-dans-le-coin- http://lttp.forumactif.org/t3679-victoria-journal-des-rps
MessageSujet: all comes down to trust (hans)   09.02.18 20:24



trusting you is my decision. proving me right is your choice.
— hans katzman, victoria walker




La tragédie et la terreur sont des éléments troubles pour des séquelles avec les quelles tout le monde doit vivre. Survivants ou familles de victimes qui perdent des êtres chers dans des évènements horrifiant d’une telle envergure. Aujourd’hui plus que jamais, les patients de Victoria avaient besoin d’elle. Et aujourd’hui, plus que jamais, la psychiatre avait besoin de faire autre chose que de se préoccuper de son propre sort. Victime elle-même des chamboulements récents dans la ville de Dublin, la brune a néanmoins rapidement refait surface. Contre les conseils de son médecin, de toute évidence, qui doutait de sa guérison car à peine quelques jours après sa sortie de l’hôpital, l’Anglaise a rouvert son cabinet. Tout ce qui s’est passé récemment engendre des plaies morales douloureuses, difficile à cicatriser, car une fois le choc du drame passé, l’être humain cherche des solutions pour se rétablir et affronter son deuil. Dans le métier que la trentenaire pratiquait, par passion, par vocation, elle jugeait sa présence critique auprès des personnes qui se sont habituées à sa présence et à son soutien, au travers de leurs séances. Une part de sa motivation à reprendre son travail illico presto venait également du fait que Vicky en avait elle-même besoin. Durant tous les passages critiques de sa vie, ce qu’elle faisait ici a toujours été son échappatoire. C’est ce qui lui permet de contrôler tout son émoi, toute sa détresse, pendant tout le temps qui lui est nécessaire de dépasser ses vulnérabilités. Après tout, au milieu de tout ce chaos, l’héritière Walker se devait de rester forte, comme elle l’a toujours été. Pour sa fille Alex, pour ses affaires avec Hans, pour tout dans sa vie.

Sa journée au cabinet se terminait comme elle se finissait habituellement, sans réels encombres et en toute tranquillité ; un dernier échange de salutation avec son dernier patient avant de le laisser partir, quelques plaisanteries avec la secrétaire avant que cette dernière ne rentre chez elle, et la revue de ses dossiers du jour avant de préparer ses dossier du jour suivant. Rien de plus classique. La seule différence étant que maintenant, l’Anglaise prenait plus de temps à tout remettre en ordre avant de rentrer chez elle.

Peu importe toutes ses contestations, tous ses discours, il n’en demeurait pas moins véridique que se déplacer avec une jambe fracturée et une béquille n’est pas ce qu’il y a de plus pratique dans ce monde. C’est clairement dans ses moments de solitudes où Victoria se permettait de râler contre l’objet qui lui servait de support, quand elle le jugeait trop loin d’elle. Comme-ci cela allait changer quelque chose et le rapprocher comme par magie. « Petite conne. ». Suite à quoi, la brunette avait recourt au seul mouvement qu’elle était capable de faire pour atteindre sa béquille : sautiller sur sa jambe indemne. Classe. Au fond, sa situation aurait pu être plus critique. Vicky aurait pu y laisser sa vie. Face à un tel constat, s’en sortir avec une blessure temporaire, quelques cicatrices et quelques petites brulures était un sort bien clément.



Dernière édition par Victoria Walker le 05.03.18 21:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Strangers
avatar



- Statut : con comme ses pieds.
- Origines : Allemand d'Hambourg
- Relations : Victoria Walker - Son Yin
- Pseudo : //
- CELEBRITE : Ryan Gosling
- AGE : 28
- MESSAGES : 198
- CRÉDITS : calvaries
- PIEGE DEPUIS : 03/09/2017
- Clovers : 41
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3662-hans-wer-rastet-der-rostet http://lttp.forumactif.org/t3687-hans-joailler-et-trafiquant-de-
MessageSujet: Re: all comes down to trust (hans)   10.02.18 19:46

The crown must constantly earn citizens' appreciation, respect and trust.
Hans, peu à peu, s’était parfaitement acclimaté à la jungle urbaine dublinoise. Cette bruine s’infiltrant inexorablement par tous les pores, ce mistral frais et violent venant des entrailles de l’atlantique pour s’engouffrer dans les rues de la cité. Ce temps qu’il abhorrait tant était pourtant au fond son environnement naturel. Celui où il était à l’aise et en terrain conquis, bâti au fil des ans par les villes qu’il avait traversé. Ses rêves de soleil n’étant qu’illusion et au fond peu adaptées à ce qu’il était, à sa personnalité et son mode de vie. Mais ce fameux temps clément était l’illusion d’une ile, un ailleurs qui le faisait s’extraire de son quotidien qui venait reprendre ses droits peu importe la situation. Une résilience au changement et à la révolution, un ordre établi qui reprenait toujours le dessus. L’allemand revenant toujours à ses fondamentaux et ce qu’il savait faire. Une spirale ne faisant que changer de lieu pour recréer le même tourbillon. Un destin tout Hansien qui avait encore repris forme entre les immeubles irlandais. La vie du germain reprenant ses fondamentaux et reconstruisant les piliers de ce qu’il était. Tout redevenait comme en Allemagne ou en Angleterre à quelques éléments près. Une bijouterie en pièce centrale de son monde dans les quartiers chics de la capitale, un endroit ordonné et chic où ses charmes et son discours ne faisait que se dérouler en automatique. Au même lieu, les mêmes protagonistes. Les visiteurs d’une bijouterie sont toujours les mêmes et peu à peu le blond reconstruisait son monde en rencontrant le même type d’individus, le même type de problème et le même type de vie. Depuis son arrivée avec Vicky tout avait changé et rien en même temps pour lui puisqu’il n’avait que reconstruit ce qu’il avait avant d’arriver.

L’oiseau faisait peu à peu son nid et l’araignée tissait peu à peu sa toile. Deux facettes connectées puisque le trafic de diamant ne pouvait se décorréler totalement de sa vie de bijoutier. Un réseau bâtit au fil du temps et des rencontres qu’il faisait lui et Victoria. Un travail au long cours récemment endeuillé par le coup du sort. Une explosion mal maitrisée au milieu de cette mécanique bien huilée qu’ils commençaient à produire. Un simple contretemps pour Hans mais il n’en restait pas moins que celui-ci avait beaucoup d’impact. Pas tant sur lui mais sa comparse lui semblait bien affectée malgré ce qu’elle tentait de montrer. Quoi de plus normal après tout. Un état qui le préoccupait et qui le conduisait à passer du temps à son chevet. A vrai dire, elle n’en avait pas tellement besoin mais c’était salutaire autant pour lui que pour elle. Une attention qui le conduisait ce soir-là à se rendre à son cabinet pour aller fêter son non anniversaire. Il n’avait qu’un prétexte dans sa besace pour tester son niveau de moral et lui-même se changer les idées après une journée bien chargée. Vu l’état de la brune, Hans avait souhaité prendre plus en charge les opérations et cette prise de responsabilité pour alléger la charge sur les épaules de l’anglaise était assez prenant.

Pénétrant sans s’annoncer dans le cabinet, l’homme toqua à la porte du bureau de la londonienne et entra avant d’entendre une quelconque réponse. Faisant comme chez lui, après tout il en avait fait sien quelque part. Bouteille à la main, sans détour après avoir pénétré dans la pièce l’homme lança à la brune face à lui « Il paraitrait qu’il y a une fête ici ce soir. » l’homme agitant la bouteille sous son nez avant d’enchainer « Deux semaines à gambader sur une jambe, ça se fête non ? » L’homme s’appuya finalement sur le bureau de la Walker tout en déposant la bouteille sous ses yeux. Puis au-delà de tout ça, vu ce qu’elle avait fait subir à son ancienne bijouterie, Hans avait toujours souhaité un match retour en bonne et due forme.


Revenir en haut Aller en bas
Strangers
avatar



- Statut : mère célibataire d'une petite de cinq ans
- Origines : anglaise, originaire de londres
- Relations : hans katzman ; son yang
- Pseudo : fatii
- CELEBRITE : alison brie
- AGE : 25
- MESSAGES : 745
- CRÉDITS : ranipyaarcreation
- PIEGE DEPUIS : 02/09/2017
- Clovers : 60
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3656-victoria-she-made-broken-look-beautiful-and-strong-look-invincible http://lttp.forumactif.org/t3678-victoria-nouvelle-dans-le-coin- http://lttp.forumactif.org/t3679-victoria-journal-des-rps
MessageSujet: Re: all comes down to trust (hans)   10.02.18 22:35



trusting you is my decision. proving me right is your choice.
— hans katzman, victoria walker




Au milieu du chaos dublinois se tenaient quelques constantes intangibles dans la vie de Victoria. Hans en était une. En démontrait les récents faits, en plus de l’homme qui venait à l’heure de déambuler dans son bureau son prévenir de son arrivée. Avec le temps, la psychiatre s’est habituée à le voir débarquer ainsi. Sa béquille maintenant en position, l’Anglaise l’utilisait pour poursuivre ses déplacements, s’approchant à son tour de son bureau qui lui servit temporairement d’appui pour lui permettre de saisir la bouteille, la dé bouchonner, et en boire un premier coup. Ce n’est qu’après cette gorgée salvatrice que la trentenaire adressa finalement la parole à son visiteur. « Salut, toi. », petite politesse habituel avant qu’elle ne redépose la bouteille pour reprendre ses mouvements. Ses pas lents la menant vers un de ses meubles, où ses verres sont soigneusement rangés. « Nous devrions en profiter pour fêter notre destin également. », un pas, et puis un autre, avant d’arriver à sa destination, le tout en continuant de parler. « Malgré la fatalité de ce qui s’est passé, c’est tout de même assez drôle qu’à chaque fois que nous entamons un business, l’un de nous doit séjourner un moment à l’hôpital. », sourire aux lèvres, la brunette se saisit des objets de sa convoitise, tenant les deux coupes d’une main avant de refaire le chemin inverse, et revenir auprès de l’Allemand. Le constat était un fait réel. Si à Dublin c’est Vicky qui a été touché par ce malheureux sort, à Londres, c’était Hans qui s’est retrouvé alité après une attaque dans son ancienne boutique. D’ailleurs, en y pensant… « Ont-ils réussi à arrêter le coupable finalement ? Je crois que je ne t’ai jamais posé la question. ». Tout cela lui semblait tellement lointain aujourd’hui, tant les événements s’étaient enchaîner depuis le temps.

Cela faisait un peu plus d’un an qu’ils se connaissaient. Et presque un an depuis que leur partenariat a démarré. Durant tous ces mois, Hans s’est vite accaparé d’une position relativement importante dans la vie de Victoria. Si la brune lui montrait une part de ses faiblesses, c’était par choix. Par confiance. Capable de ne laisser absolument rien échapper devant lui, l’Anglaise préférait tout de même ne rien faire de telle, agissant toujours avec spontanéité quand il s’agissait d’échanger avec lui. Les verres claquant finalement sur la surface dure du bureau, la psychiatre laissa à son partenaire l’honneur de s’occuper de la suite, tandis qu’elle se reculer avec délicatesse pour siéger sur l’un des fauteuils. « Je n’ai pas eu l’occasion de te le dire plus tôt mais je tenais à te remercier. », sans en dire plus et sans développer plus. Le blondinet devait savoir où elle voulait en venir. Pour être entièrement honnête, la Walker ne s’attendait pas à voir de tels comportements de la part de Hans. D’habitude plus enclin à rester à l’écart, tapis dans l’ombre, loin des regards et de toutes les attentions, le joaillier avait tout de même choisi cette fois-ci de se rapprocher davantage de Vicky.

Revenir en haut Aller en bas
Strangers
avatar



- Statut : con comme ses pieds.
- Origines : Allemand d'Hambourg
- Relations : Victoria Walker - Son Yin
- Pseudo : //
- CELEBRITE : Ryan Gosling
- AGE : 28
- MESSAGES : 198
- CRÉDITS : calvaries
- PIEGE DEPUIS : 03/09/2017
- Clovers : 41
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3662-hans-wer-rastet-der-rostet http://lttp.forumactif.org/t3687-hans-joailler-et-trafiquant-de-
MessageSujet: Re: all comes down to trust (hans)   12.02.18 19:32

The crown must constantly earn citizens' appreciation, respect and trust.
S’introduire comme un voleur dans le cabinet de la Walker commençait à être une habitude. La plupart du temps Vicky était là pour accueillir le germain mais Hans s’était aussi essayé à l’exercice en son absence. Ce fameux cabinet était quelque part devenu aussi un lieu qu’il ne connaissait que trop bien pour y avoir vécu des expériences pour le moins angulaires. Toujours légèrement adossé sur le bureau, les fesses bien positionnées sur le rebord de celui-ci l’homme observait sa partenaire se mouvoir non sans difficulté. Lutter pour faire ces petites actions du quotidien qu’elle faisait habituellement avec sûreté et grâce. Une situation malheureuse mais qui n’allait pas durer longtemps tant avec son esprit l’anglaise allait guérir très vite à son avis. Le mental jouant un rôle prépondérant dans ce genre de cas selon lui. Mental étant à la base de tout. C’est justement ce qui lui avait permis de rapidement se remettre de l’épisode malheureux qu’il avait subi à Londres. Il est vrai que la situation présente faisait écho à ce qu’il avait vécu. Une remise sur le devant de la scène qui ne faisait faire qu’un tour au sang de Hans qui bouillait intérieurement rien qu’à l’évocation de cet épisode. Une colère intérieure qu’il masquait derrière un air détaché dans la réponse qu’il émit tout en remettant bien son bouton de chemise. « Aucune idée, ce n’est pas comme s’ils pouvaient me contacter maintenant. » Quitter Londres c’était aussi ne pas laisser de trace pour le poursuivre au commissariat du coin. L’allemand n’avait aucune idée de ce que la jeune femme qui l’avait agressé était devenue et à vrai dire quelque part il ne préférait pas savoir. Incapable de savoir ce qu’il ferait si elle se pavanait en toute sécurité quelque part. La vengeance est parfois un sentiment qui peut surgir d’un simple détail. En tout état des choses, cette méconnaissance lui permettait d’être serein et laisser cet épisode derrière lui. Un acte du passé ayant eu lieu dans un autre lieu. Comme son passé en Allemagne, celui-ci faisait partie de son passé anglais. « Puis s’ils avaient arrêté quelqu’un j’aurais dû l’identifier. Je ne suis pas certain que la revoir fusse une bonne idée. Autant pour elle que pour moi. » Préférant rire de la chose plutôt que de remâcher la chose, il enchaina finalement directement par un reflet du miroir. « Je suis certain que tu ne voudras pas non plus revoir la personne qui fait que tu boites aujourd’hui dans quelques temps. Laisser les mauvais souvenirs au passé, c’est toujours positif. » même si laisser ressortir la frustration sous la forme de quelques insultes peut parfois être salvateur.

L’homme se saisit alors de la bouteille sur le bureau en passant rapidement un coup d’œil par-dessus son épaule. Commençant à en dévisser le bouchon tandis que sa partenaire le remerciait. Un remerciement vague et général auquel l’allemand n’avait qu’une réponse tandis qu’il déposait le bouchon sur le bureau pour se saisir du premier verre. « De rien. » sourire aux lèvres face à une réponse aussi évidente et bête face à une déclaration aussi générale. Le liquide de la boisson commençait alors à s’écouler de la bouteille alors qu’’il continua sa réponse. « Mais tu n’as pas besoin de me remercier. » dit-il en se doutant bien de là où elle voulait en venir avec son remerciement. L’homme remplit alors le second verre et vint se positionner à son tour sur l’un des fauteuils en déposant à la volée les deux verres et la bouteille sur la petite table basse qui se trouvait à proximité des dits fauteuils. Concluant par une chose simple mais tout à faire vraie à ses yeux. « C’est simplement le rôle d’un partenaire. » Il n’avait pas fait plus ou moins que ce que leur partenariat était. Il avait simplement rempli son rôle et fait ce qu’on attendait de lui et ce qu’il attendait de lui-même. Dans les moments difficiles, la jambe encore en forme doit aider et supporter l’autre pour aider à avancer à l’image de la façon dont se mouvait l’anglaise. S’ils étaient unis c’était le comportement normal à avoir. L’homme se saisit finalement de son verre pour faire la seule chose à faire après de tels mots : trinquer.



Revenir en haut Aller en bas
Strangers
avatar



- Statut : mère célibataire d'une petite de cinq ans
- Origines : anglaise, originaire de londres
- Relations : hans katzman ; son yang
- Pseudo : fatii
- CELEBRITE : alison brie
- AGE : 25
- MESSAGES : 745
- CRÉDITS : ranipyaarcreation
- PIEGE DEPUIS : 02/09/2017
- Clovers : 60
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3656-victoria-she-made-broken-look-beautiful-and-strong-look-invincible http://lttp.forumactif.org/t3678-victoria-nouvelle-dans-le-coin- http://lttp.forumactif.org/t3679-victoria-journal-des-rps
MessageSujet: Re: all comes down to trust (hans)   12.02.18 22:24



trusting you is my decision. proving me right is your choice.
— hans katzman, victoria walker



La haine n’était pas une solution. Pourtant, parfois, l’un ne peut s’empêcher de ressentir cet étrange colère l’envahir quand un sujet sensible est évoqué. C’était le cas de Victoria vis-à-vis de tout ce qui venait de se passer, et celui de Hans concernant l’attaque dont il était victime plusieurs mois auparavant. « Tu n’as pas tort. », les personnes impliquées dans l’explosion étaient des personnes monstrueuses. Sans le moindre doute. Autant donner un exemple dans le monde criminel était important, autant s’attaquer à des gens communs qui ne demandent rien à personne est d’une lâcheté sans nom. Mais lieu de laisser la négativité l’emporter, la psychiatre préféra une fois de plus suivre les pas de l’Allemand, et ajouter une pointe d’humour à la situation. « Tu ne voudrais pas voir cette personne non plus, après tout, si nous avons décalé ta fameuse journée de victoire, elle en est la principale cause. ». Que cette personne soit un il, une elle, ou des ils.

Elle n’avait pas à le remercier, et il ne faisait que son devoir. En partie, c’était bien vrai. Mais en autre partie, c’était une preuve d’implication, d’attention et quelque part, d’affection. Hans aurait pu choisir plusieurs façons de se montrer présents, sans réellement l’être ; gérer tout le business lui prend énormément de temps, le faire et tenir la trentenaire informée de loin aurait pu être l’une des diverses options. Au lieu de ça le jeune homme avait choisi une approche plus directe, et mine de rien, c’était quelque chose que l’Anglaise appréciait. Malgré ce qu’Arthur a pu lui apprendre sur son entrevue avec le joaillier, ce dernier gardait tout de même toute sa crédibilité. Lui en veut-elle pour ce qu’il a fait ? Certainement. Allait-elle s’emporter et le lui faire regretter ? Certainement pas. Ou du moins pas avant d’avoir compris les motivations derrière son acte. Pour l’instant, la Walker faisait comme si de rien n’était, préférant laisser à son partenaire l’occasion de revenir à ses sens par lui-même. « Je sais. », son éternel sourire ornant ses lèvres pulpeuses, la brunette attrapa son verre qu’elle ramena pour trinquer avec lui, avant de le porter jusqu’à sa boucher pour une gorgée. « Je sais également que certaines choses te viennent beaucoup moins naturellement que d’autres. », sans entrer dans les détails, Vicky était prête à laisser cette partie de la conversation s’arrêter ici. Partageant avec lui ce qui était devenu aujourd’hui une tradition pour ces deux-là ; des taquineries, quelques verres salutaires pour une discussion spontanée, et des sous-entendus. « Mmmh, en parlant de célébration, félicitations pour ta nouvelle bijouterie. Je dois trouver le temps de venir te rendre visite. », préférablement sans bouteille d’alcool en guise de cadeau cette fois-ci, parce qu’ils savaient tous les deux ce que ce genre de situation peut enclencher. Après tout, toute leur histoire avait démarré dans des conditions similaires à celles-ci, un calme et une sérénité avant une tempête que les partenaires n’étaient jamais en mesure de contenir dans son premier coup. Reposant finalement son verre encore plein sur la petite table, la brunette s’enfonça un peu plus dans son siège, guettant les réactions de l’homme face à ce qu’elle venait de lui avancer.

Revenir en haut Aller en bas
Strangers
avatar



- Statut : con comme ses pieds.
- Origines : Allemand d'Hambourg
- Relations : Victoria Walker - Son Yin
- Pseudo : //
- CELEBRITE : Ryan Gosling
- AGE : 28
- MESSAGES : 198
- CRÉDITS : calvaries
- PIEGE DEPUIS : 03/09/2017
- Clovers : 41
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3662-hans-wer-rastet-der-rostet http://lttp.forumactif.org/t3687-hans-joailler-et-trafiquant-de-
MessageSujet: Re: all comes down to trust (hans)   17.02.18 0:25

The crown must constantly earn citizens' appreciation, respect and trust.
Tchin tchin, les verres laissaient un son cristallin envahir la pièce. Signe que les deux partenaires étaient toujours sur la même longueur d’onde et que tout se déroulait pour le moment de façon positive. La fuite de Londres n’avait pas mis en péril leur duo et cette épreuve accompagnée de cette arrivée à Dublin avait même quelque part renforcé leur partenariat. Les moments difficiles permettent de solidifier les choses et de les améliorer, revoir de fond en comble le tout, même les bases. L’épisode londonien avait permis cela pour leur relation. Hans ne doutait pas que cette explosion ferait de même pour Victoria qui allait ressortir plus forte de ce bref instant de frustration. Un malencontreux accident qui allait lui redonner encore plus d’énergie qu’elle n’avait habituellement. De quoi certainement prendre le relais après ces dures semaines pour l’allemand qui il devait l’avouer avaient tendance à l’épuiser malgré les apparences. Pas tant physiquement que mentalement. Courir après différents objectifs et essayer de trouver l’équilibre entre les différents éléments buts n’est jamais facile. Surtout quand tout s’entremêle comme l’ouverture de sa bijouterie coïncidant avec l’accident de Vicky. Une superposition des calendriers particulièrement embêtant pour lui. Heureusement tout s’était bien passé et son nouvel établissement vivait sa vie.

Après avoir porté le verre à ses lèvres, le joailler en profita pour répondre à l’anglaise. « Tu es toujours la bienvenue. » non sans oublier de toujours taquiner comme il aimant tant le faire. « Mmmmh… même si tu as tendance à tout casser. » dit-il avant de se terrer à son tour au fond de son siège. Inclinant légèrement sa tête à gauche alors qu’il regardait sa partenaire, droit dans les yeux face à lui il finit « Viens le jour de ma victoire, par précaution. » Un léger sourire esquissé sur ses lèvres. Également satisfait que ce soit elle qui remette le sujet sur la table constamment. Malgré le fait que c’était lui qui avait motivé l’existence de cette journée la brune semblait aussi ne pas pouvoir bazarder de son esprit cette petite victoire Hansienne. Il ne savait pas quelles en étaient les raisons mais dans tous les cas cette remise au-devant de la scène prouvait bien qu’il avait bien réussi son coup à lui introduire aussi profondément à l’esprit l’idée. Un épisode qui ne les quitterait plus, c’est certain.

Observant le décor dont il était familier sans qu’elle le sache pensait-il, Hans scruta un peu plus longuement le diplôme de la Walker. Ornant le mur pour démontrer fièrement ses compétences à ses patients. Un petit bout de papier qui lui rappela la raison principale de sa visite. « En parlant de ma bijouterie je préférais venir t’en parler avant de me lancer. » L’homme savait que moralement ce qu’il avait en tête pouvait poser problème à Vicky et voulait tenter de la convaincre tant cette opportunité semblait une bonne option. « J’ai rencontré Mme McLaughlin ancienne femme du chef des douanes du port de Dublin. » l’homme reprenant une légère gorgée de sa boisson avant de continuer. « Un potentiel moyen d’ouvrir en grand les portes de Dublin, d’autant plus que leur fille vit très mal leur séparation et est assez agitée. Je voulais te conseiller pour l’aider mais je préfère te demander avant. » Se servir d’une petite fille et soutirer des infos afin de faire pression d’une manière ou d’une autre sur son père n’était peut-être pas quelque chose à laquelle était prête la brune. Seulement, Hans était bien convaincu que c’était le meilleur moyen d’éviter le maximum de complications. Restait à convaincre la psychiatre. Une argumentation à laquelle il était prêt. A un moment ou un autre elle devait bien affronter ses contradictions morales.




Revenir en haut Aller en bas
Strangers
avatar



- Statut : mère célibataire d'une petite de cinq ans
- Origines : anglaise, originaire de londres
- Relations : hans katzman ; son yang
- Pseudo : fatii
- CELEBRITE : alison brie
- AGE : 25
- MESSAGES : 745
- CRÉDITS : ranipyaarcreation
- PIEGE DEPUIS : 02/09/2017
- Clovers : 60
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3656-victoria-she-made-broken-look-beautiful-and-strong-look-invincible http://lttp.forumactif.org/t3678-victoria-nouvelle-dans-le-coin- http://lttp.forumactif.org/t3679-victoria-journal-des-rps
MessageSujet: Re: all comes down to trust (hans)   17.02.18 21:21



trusting you is my decision. proving me right is your choice.
— hans katzman, victoria walker




Depuis l’explosion, Hans avait pris toutes les responsabilités de leurs business naissant entre ces mains. Victoria n’avait rien contre, confiante que l’homme était parfaitement capable de prendre les bonnes décisions pour eux deux. Ils se tenaient au courant de l’avancée des choses, salutairement, question qu’aucun ne se sente délaissé de tout le processus. Cependant, si le joaillier en venait à demander sa permission aujourd’hui, c’est qu’au fond il se doutait que quelque chose n’allait pas, et que Vicky omettrait une certaine résistance face à ce qu’il allait proposer. Et ce à juste titre, vu l’insinuation de ce que le jeune homme avançait. « Mmmhh… », prenant une moue pensive, l’Anglaise retourna les mots de son partenaires dans son esprit, essayant d’en extraire la meilleure option possible. La brune savait qu’elle allait être confrontée à un choix de cette envergure à un moment ou un autre. Quand l’un prend les choix qu’elle a pris, il faut apprendre à embrasser toutes les conséquences qui viennent avec. Cependant, quitte à accepter la noirceur, autant choisir le degré le plus adéquat. The lesser of two evils. « Si tu proposes mes services en guise de faveur, que Madame se sentira obligée de te retourner, pourquoi pas. ». La psychiatre avait sa réputation. Elle était également prête d’en jouer en faveur de leurs affaires. « Si tu me demandes d’utiliser l’enfant, c’est une toute autre histoire. », et pour une fois, la trentenaire ne s’y opposait pas uniquement par intégrité, mais surtout, parce qu’elle n’en voyait pas l’utilité.

Ainsi, avant de laisser Hans et l’esprit de ce dernier s’égarer loin du sujet principal, en partant sur des hypothèses qui peuvent remettre tout ce qu’ils ont déjà établi en doute, Victoria repris aussitôt la parole pour exposer le fond de sa pensée. « L’état d’esprit d’un enfant qui traverse une étape aussi difficile est tout ce qu’il y a de plus fragile. Sur ce point, je t’accorde raison en disant qu’en jouer serait très facile. », détachant finalement son regard de lui, Vicky se releva de son siège, reprenant une marche lente et calculée vers son bureau. Des dossiers y trainant encore, elle devait commencer d’ores et déjà à les ranger et remettre tout en ordre. « Le problème dans ta logique c’est que ça ne nous servira à rien, car tout ce qu’elle peut dire est susceptible d’être infondée. Et donc, inutile pour faire pression sur qui que ce soit. », quand nous ajoutons à une psychologie fragilisée par un choc, une imagination infinie d’une petite fille, discerner le vrai du faux n’est pas une tâche difficile. Encore moins un procédé rapide, et certainement pas le chemin le moins compliqué. Alors qu’elle atteignait enfin sa paperasse, l’Anglaise délaissa à nouveau sa béquille pour pouvoir utiliser ses deux mains. « Nous avons plus de chances d’arriver à un résultat concluant si ta nouvelle copine accepte de participer aux séances également. ». là au moins l’Anglaise pourrait analyser les réactions de l’adulte, et mettrait plus facilement le doigt sur ce qui clocherait, sans avoir à manipuler la fillette. Il y avait également une option encore plus facile et évidente, mais sur le coup, la Walker préférait laisser à son partenaire une occasion d’en coller une.

Revenir en haut Aller en bas
Strangers
avatar



- Statut : con comme ses pieds.
- Origines : Allemand d'Hambourg
- Relations : Victoria Walker - Son Yin
- Pseudo : //
- CELEBRITE : Ryan Gosling
- AGE : 28
- MESSAGES : 198
- CRÉDITS : calvaries
- PIEGE DEPUIS : 03/09/2017
- Clovers : 41
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3662-hans-wer-rastet-der-rostet http://lttp.forumactif.org/t3687-hans-joailler-et-trafiquant-de-
MessageSujet: Re: all comes down to trust (hans)   18.02.18 18:15

The crown must constantly earn citizens' appreciation, respect and trust.
Comme Hans s’était douté la proposition qu’il avait émise n’enchantait guère l’anglaise. Sa réticence à l’idée de se servir d’une jeune fille était tout à fait compréhensible. Un comportement humain et parfaitement en accord avec son vécu et ce qu’elle était. Seulement si l’allemand avait mis sur le devant de la scène cette idée c’est bien que l’opportunité qu’elle représentait devait être saisie à ses yeux. Dans son esprit tout Hansien il devait toujours tout faire pour gagner. Refuser d’utiliser certains leviers n’était pas dans ses habitudes et lui semblait contre-productif. A Dublin ils étaient outsiders et le gap actuel avec les locaux était trop important pour ne pas tenter les coups de ce genre. Risque peu élevé pour une possible récompense de haute valeur. Une intégrité de la part de la psychiatre à la fois à saluer mais aussi gênante pour les objectifs fixés par le joailler. Bien installé dans son siège l’homme écoutait très attentivement sa comparse, la suivant du regard et absolument concentré sur ce sujet qui était à vrai dire plus important que ce cas précis. Les grands principes moraux étant une pierre angulaire de n’importe quelle relation et du champs d’action qu’ils se fixaient. Le germain l’observait alors retourner à son bureau et commencer son tri tandis qu’il se sustentait d’une petite gorgée de whisky avant de venir engouffrer sa main dans le bocal posé là. Un bocal qui contenait les habituelles gourmandises pour les enfants qui passaient dans le bureau de la jeune femme. Le plastique entourant le caramel s’écartait lentement tandis qu’il retenait des paroles de l’anglaise quelques enseignements intéressants.

Premièrement « Idée intéressante mais ne vivant plus avec notre cible, ses informations ont peu d’intérêt. » lui dit-il avant de gober dans sa bouche la sucrerie qu’il venait de déballer. L’idée alternative de Vicky aurait pu être intéressante si le couple était encore ensemble. Dans la configuration actuelle de leur mariage il n’y avait aucun intérêt à interroger la jeune femme. Hans en savait quelque chose puisqu’il avait collecté des infos sur le sujet avant de venir proposer à Vicky son plan. Toujours être bien préparé avant de passer à l’action, Hans ne l’oubliait jamais même quand il s’agissait de proposer des plans à sa partenaire. Se replongeant dans son siège le joailler passa au secondement « Je fais confiance à ton analyse même si mon idée de départ n’était pas de collecter de l’information via la jeune fille mais plutôt d’en insérer. » alors que le caramel fondait en bouche l’homme poursuivait avec son plan. La jeune fille n’était qu’un moyen dans cette affaire et l’allemand sentait qu’il devait donner un peu de perspective à toute cette histoire. « L’idée à la fin est que monsieur perde ses droits et la garde. Syndrome d’aliénation parentale ou peu importe. Le but est que la jeune fille se retourne contre son paternel. » le blond se releva à son tour pour approcher du bureau et rejoindre la Walker et insister sur ce qu’il avait à dire par sa présence physique. Venant s’appuyer face à elle sur le bureau avec les bras légèrement écartés et tendus sur le meuble. « Après les expertises, il ne me resterait qu’à entrer en scène pour changer le résultat de cet arbitrage contre quelques faveurs. Une offre non refusable tant sa fille représente tout pour lui. » la fin de sa phrase ayant baissée légèrement en volume. Se rendant compte sur l’instant que cet argument ne plaidait pas tellement en sa faveur. Cette situation faisait trop écho avec celle de la psychiatre pour que ce soit pertinent. Ce qu’il venait de dire semblait même contre-productif à ses yeux. Tentant de se rattraper il enchaina immédiatement par un dernier argument « A la fin la situation n’aura pas bougé d’un iota. Cette jeune demoiselle continuera à voir ses deux parents. Seulement, dans le processus, nous aurons aussi gagné quelque chose. »



Revenir en haut Aller en bas
Strangers
avatar



- Statut : mère célibataire d'une petite de cinq ans
- Origines : anglaise, originaire de londres
- Relations : hans katzman ; son yang
- Pseudo : fatii
- CELEBRITE : alison brie
- AGE : 25
- MESSAGES : 745
- CRÉDITS : ranipyaarcreation
- PIEGE DEPUIS : 02/09/2017
- Clovers : 60
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3656-victoria-she-made-broken-look-beautiful-and-strong-look-invincible http://lttp.forumactif.org/t3678-victoria-nouvelle-dans-le-coin- http://lttp.forumactif.org/t3679-victoria-journal-des-rps
MessageSujet: Re: all comes down to trust (hans)   18.02.18 19:54



trusting you is my decision. proving me right is your choice.
— hans katzman, victoria walker




Le fait que Victoria fasse confiance au jugement de Hans ne change en rien le fait qu’elle soit toujours accrochée à son intégrité. Elle pensait avoir clarifié ce point avec le jeune homme dans le passé, sans voir l’utilité de revenir là-dessus. Clairement, ce n’était pas l’avis du joaillier. Le regard enfouie dans sa paperasse, la brunette le laissait donc prendre la parole, l’écoutant attentivement même en étant occupée à faire autre choses. Il avait pris le temps d’étudier les choses, et la trentenaire n’en doutait pas. Seulement, ce qui l’alarmait un tant soit peu et la facilité avec laquelle le blond campait sur cette décision, visiblement décidé à ne pas entendre un refus de la part de la psychiatre, sans lui laisser le temps de peser le pour et le contre. Son intégrité s’évaporera tôt ou tard. Elle en avait parfaitement conscience. Seulement, la Walker n’allait pas la perdre pour quelque chose de mineur. Face à un choix critique, où aucune issue n’est possible, elle n’hésitera pas à prendre la bonne décision. Par contre, ici, dans le schéma que son partenaire lui exposait, elle n’en voyait pas le besoin. Obtenir les faveurs d’un homme puissant de Dublin est un objectif qu’ils peuvent atteindre de bien des façons.

Avant que Vicky ne puisse répondre, le diamantaire avança ce qui rend sa plaidoirie encore plus infondée. Les opales bleutées de l’Anglaise se posant quasi immédiatement sur l’homme à ses côtés, le regard insistant et légèrement noirci. « Penses-tu vraiment qu’un homme qui est sur le point de perdre sa fille prendra sur parole un étranger, clamant pouvoir l’aider à la récupérer ? », il y a une toute petite chance qu’il cède aux demandes de Hans. Comme la situation exposée faisait écho avec la vie de la psychiatre, elle se projetait dans ce schéma : si l’homme en question était prêt à faire le millième de ce qu’elle était elle-même capable de faire pour Alexandra, l’Allemand n’obtiendra rien à part un ennemi incontournable. « Tu mises tout sur le désespoir de cet homme, mais rien ne te garantit qu’il le sera. Pire, le désespoir peut le pousser à commettre un acte irréparable, et dans ce cas, il ne nous servira plus à rien du tout. », la brunette ne pouvait pas juger le chef des douanes sans l’avoir rencontré. Toutes les pistes étaient envisageables. Celle où il virera complètement fou en est une. Quand l’un est sur le point de tout perdre, ses actes et sa manière de penser deviennent imprévisibles.

Bien entendu, tout ce que l’Allemand risquait de retenir de tout cela était que Victoria refusait de coopérer. Ce qui n’était pas fondamentalement faux. Sauf que, ce n’est pas l’hésitation de la brune à commettre une grossièreté qui la poussait dans ce sens-là, mais plus le fait qu’elle n’y voyait pas grand-chose à gagner. Détourant un court instant son regard de celui de son partenaire, elle repris la parole, préférant adresser l’elephant in the room. « Nous savons tous les deux que le fond de cette conversation ne tourne pas de cette gamine ou de ses parents. », aller droit au but. Toujours aller droit au but. S’ils se devaient d’avoir une approche de négociation similaire à ce qu’exerçait Hans face à leurs divers interlocuteurs, face à l’homme, l’Anglaise ne voyait pas l’utilité d’y aller par quatre chemins. « Tu ne me penses pas capable du pire quand le mal est nécessaire. C’est ton avis, et ta perception. », son regard croisant le sien à nouveau car, comme à chaque fois, Victoria n’avait jamais peur de la confrontation. « Mais me forcer à le faire sans que la décision ne vienne de moi n’est pas une manière de calmer tes doutes. ». Si un choix devait être fait, la psychiatre devait en être la seule et unique responsable. Elle ne va pas le faire pour rassurer Hans. Elle ne va pas le faire pour prouver à qui que ce soit ce dont elle est capable. Elle le fera parce qu’il le faut. Elle, elle sait déjà ce dont elle est capable…

Revenir en haut Aller en bas
Strangers
avatar



- Statut : con comme ses pieds.
- Origines : Allemand d'Hambourg
- Relations : Victoria Walker - Son Yin
- Pseudo : //
- CELEBRITE : Ryan Gosling
- AGE : 28
- MESSAGES : 198
- CRÉDITS : calvaries
- PIEGE DEPUIS : 03/09/2017
- Clovers : 41
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3662-hans-wer-rastet-der-rostet http://lttp.forumactif.org/t3687-hans-joailler-et-trafiquant-de-
MessageSujet: Re: all comes down to trust (hans)   19.02.18 21:49

The crown must constantly earn citizens' appreciation, respect and trust.
Le regard de la brune s’était durci suite aux propos de l’allemand. Bien qu’il s’y attendait, la voir autant toucher par le sujet le désarçonnait quelque peu. Le dilemme qu’il lui avait posé la touchait au cœur et dans sa manière de s’exprimer autant verbale que physique transparaissait son profond rejet pour sa proposition. L’allemand était quelque peu circonspect face à son comportement. A la fois soulagé de la connaitre suffisamment pour prévoir ce refus et en même temps inquiet que ce cas de figure la braque aussi rapidement. Que se serait-il passé s’il l’avait mis devant le fait accompli au lieu d’en discuter ? Une interrogation qui allait longtemps poursuivre le joailler. L’anglaise laissait transparaitre toute sa sensibilité et humanité dans les propos qu’elle était en train de lui tenir. Ferme sur ses convictions et ses valeurs. Une fermeté salutaire qu’il appréciait et à la fois détestait. Un sentiment contradictoire venait de l’envahir face à elle. L’homme comprenait bien que sa réaction était naturelle et qu’elle comprenait des avantages et des inconvénients. Là était tout le problème. Sa réaction était une zone grise avec laquelle il ne savait pas réellement traiter. La plupart du temps Hans savait très bien trancher, très bien décider et voyait dans les actions des gens la démarche à enclencher. Ici, il ne savait tout simplement pas. Un doute dangereux tant ce trait de caractère de sa comparse l’était. Dangereux et rassurant, risqué et sécurisant. Un vrai paradoxe auquel il devait faire face.

Son discours direct qui mettait en exergue le véritable fond de la discussion n’adoucissait pas la complexité de la situation. Elle voulait mettre les pieds dans le plat d’une solution insoluble selon le joailler. Un débat qui n’amenait pas de solution, seulement plus d’interrogations. Plus de doute, plus de zones d’ombre et d’incertitudes que le germain redoutait tant. Après qu’elle ait terminé ses déclarations, l’homme se releva enfin quittant le contact du bureau pour se redresser face à elle en levant légèrement sa main en l’air face à lui « Comme si on pouvait te forcer à faire quoique ce soit. » avant de se retourner et faire trois pas pour rejoindre la bibliothèque. Toujours dos à elle alors qu’il observait les différents titres qui se trouvaient face à lui « Puis je voudrais te forcer la main, la gamine serait déjà dans ton cabinet. Je n’avais pas besoin de te demander avant de leur filer ton adresse. Là tu aurais été mise devant le fait accompli. » C’est peut-être ce qu’il aurait dû faire après tout. Il aurait été fixé et l’allemand se poserait moins de questions. Juste avancer ses pions et ne pas se préoccuper du reste. Seulement un partenariat basé sur la confiance ne pouvait pas se dérouler ainsi et les accusations que proférait Victoria le gênait profondément tant c’était faux et qu’à aucun moment il ne l’obligeait à quoique ce soit sans son consentement.

Oui, le blond la trouvait limite insultante. Un ton et un vocabulaire qui ne faisait que nourrir son doute comme elle le disait. Alors qu’il quittait la contemplation de la librairie pour s’approcher de nouveau de l’anglaise tout en contournant son bureau l’homme reprit d’un ton assez dur « Tu as justement le choix aujourd’hui. Et quand tu ne l’auras plus, tu me fais clairement comprendre que ce choix est déjà fait dans ton esprit. » si elle pouvait avoir le regard noirci et ne pas apprécier sa proposition, lui n’était pas en reste. Agacé par cet angélisme qu’il percevait dans les propos de sa partenaire, passablement énervé par cette réaction quasi épidermique qu’elle venait d’avoir. Un comportement qui soulignait pour lui sa volonté de se draper d’un voile blanc dans un rôle où ce genre de solution n’existe pas. Un refus de la voir en madame vertu qui le poussa à s’appuyer sur le bureau face à elle, le derrière vissé sur le rebord du meuble tout en la surplombant de son regard elle qui était assise. L’interrompant par la même occasion dans ce qu’elle était en train de faire pour capter toute son attention sur les mots qu’il allait prononcer. « Je ne me salirai pas les mains pour toi. » l’homme se penchant alors légèrement en avant. « Si tu dois tomber par pure crédulité, tu tomberas seule, je ne me laisserai pas entrainer par un utopisme sans fondement. » un discours dur et sec comme une autodéfense face à cette situation inextricable où ce qu’il était se confrontait à ce qu’elle était. Deux visions différentes qui s’entrechoquaient et à laquelle il n’avait d’autres réponses que la fuite et l’abandon. Ce qu’Hans avait toujours été au fond. Même si les scénarios changeaient, le joueur restait toujours le même. Que ce soit à Dublin ou en Allemagne.



Revenir en haut Aller en bas
Strangers
avatar



- Statut : mère célibataire d'une petite de cinq ans
- Origines : anglaise, originaire de londres
- Relations : hans katzman ; son yang
- Pseudo : fatii
- CELEBRITE : alison brie
- AGE : 25
- MESSAGES : 745
- CRÉDITS : ranipyaarcreation
- PIEGE DEPUIS : 02/09/2017
- Clovers : 60
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3656-victoria-she-made-broken-look-beautiful-and-strong-look-invincible http://lttp.forumactif.org/t3678-victoria-nouvelle-dans-le-coin- http://lttp.forumactif.org/t3679-victoria-journal-des-rps
MessageSujet: Re: all comes down to trust (hans)   19.02.18 23:00



trusting you is my decision. proving me right is your choice.
— hans katzman, victoria walker




Ce qui poussait Victoria dans son mode défensive n’était pas uniquement la proposition que lui ramenait aujourd’hui le jeune homme, mais plus tout le symbolisme qui se cache derrière. Le blond lui a déjà fait part de ses craintes une fois, par le passé, et chercher à lui imposer une quelconque forme de teste prouvait simplement qu’il n’avait pas confiance. Que ce doute soit justifié ou non, l’Anglaise le prenait quelque part assez mal. Premièrement, parce que le trentenaire avait plusieurs occasions de faire marche arrière, et il n’en a saisi aucune. Préférant se lancer dans cette aventure en sa compagnie signifie qu’il doit respecter qui elle est. Deuxièmement, chercher à la tester de manière constante dévalorise en réalité tout son objectif. Si Hans veut voir Vicky sortir ses griffes, ce n’est pas de cette manière. Aujourd’hui il la met à l’épreuve avec une gamine. Qu’elle accepte ou refuse, cela ne sera pas suffisant pour faire taire les petites voix dans l’esprit germanique et un jour ou l’autre, il décidera de lui imposer une nouvelle épreuve.

L’héritière Walker préférait donc aller droit au but, et éviter aux deux complices de longs périples inutiles autour de cette question de moralités, vertu, et intégrité. Le discours tenu par le diamantaire n’était pas plaisant, bien au contraire. Cependant, l’Anglaise se disait que c’était une conversation à avoir. Plus longtemps ils mettraient de côté ce point noir de leur relation, plus il y aura de chances que cela leur explose en pleine figure et crée un fossé impossible à surmonter. Si cela devait arriver, autant que ça se produise sur le champ, qu’ils trouvent une solution, un compromis, avant que cela ne s’envenime plus encore. « Ne méprends pas mon honnêteté avec toi pour une faiblesse. », la brunette était prévisible avec lui pour la simple et bonne raison qu’elle voulait l’être. Elle voulait rester transparente. Si Hans la jugeait trop naïve, au fond elle ne l’était pas tant que ça. Elle avait des principes que l’homme ne partageait pas tout le temps, rien de plus. Que cela lui plaise ou non, l’Allemand savait à quoi se tenir dès le départ. Victoria n’a jamais tenté de le duper sur ce sujet-là, elle ne lui a jamais caché ses raisons de s’entrainer dans un chemin similaire, et elle ne lui a jamais ôté le droit de choisir entre rester avec elle et partir. S’il s’engageait dans la première option, le joaillier se devait de l’accepter dans son entièreté.

« L’utopisme n’a rien à voir là-dedans. », parce que Dieu sait que Vicky pouvait facilement pencher vers une version plus dark d’elle-même, et quand bien même le blond pensait le contraire, avoir à faire à cette Vicky-là ne l’enchanterait point. « Si c’est toi contre le monde, je te choisirai toi. Si tu dois tomber par pur entêtement, je ne te laisserais pas t’engouffrer sans faire l’effort de te retenir. Ce n’est pas en cédant face à tes demandes que je te le prouverai, c’est avec le temps. A toi de de décider si tu veux me croire ou si tu veux laisser ton doute te ronger de l’intérieur. », et c’était là toute la différence entre eux après tout, non ? Elle et sa générosité. Lui et sa part d’égoïsme. Se relevant finalement de son siège, l’Anglaise forçait ainsi Hans à redresser sa posture par sa présence, faisant face à l’homme pour finalement ajouter. « Mais au moins je sais à quoi m’attendre de ta part. ». La perfection absolue n’existe pas. La psychiatre le savait très bien, et savait que son partenaire a sa part de défauts, tout comme elle en a. Son regard ne se décrochait pas du sien. Quitte à enclencher des étincelles, autant le faire en toute connaissance de cause.

Revenir en haut Aller en bas
Strangers
avatar



- Statut : con comme ses pieds.
- Origines : Allemand d'Hambourg
- Relations : Victoria Walker - Son Yin
- Pseudo : //
- CELEBRITE : Ryan Gosling
- AGE : 28
- MESSAGES : 198
- CRÉDITS : calvaries
- PIEGE DEPUIS : 03/09/2017
- Clovers : 41
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3662-hans-wer-rastet-der-rostet http://lttp.forumactif.org/t3687-hans-joailler-et-trafiquant-de-
MessageSujet: Re: all comes down to trust (hans)   20.02.18 23:32

The crown must constantly earn citizens' appreciation, respect and trust.
La situation s’était tendue mais il ne pouvait en être autrement. Quelque part c’est même ce qu’avait recherché le blond en venant avec dans ses bagages un sujet de conversation aussi sujet à controverse. Il savait qu’elle ne réagirait pas positivement à sa proposition, que la situation serait électrique suite à ce refus. Pourtant, il n’avait pas hésité une seconde plongeant tête la première dans la confrontation. Dans cette prophétie auto-réalisatrice dans son esprit. Faisant même tout inconsciemment pour être certain de son point, avoir raison quitte à argumenter sans habilité contrairement à ses habitudes. Il avait alimenté cette scène, cette colère autant chez lui que chez elle. Une volonté destructrice subconsciente nourrie par son tempérament, ses doutes, son expérience et l’insécurité constante dans laquelle il aimait se morfondre. C’était bien ça le fond du problème. Ce partenariat avec Vicky était trop sécurisant, elle était trop forte et inflexible. Une sureté dans laquelle Hans le fuyard ne pouvait se retrouver. La trahison, la dureté, les vices moraux avaient nourri tout son univers et ses traumatismes. Un autre fonctionnement n’était pas possible et c’est que la brune proposait. Un monde utopique comme il l’exprimait dans lequel il ne se retrouvait pas et qui même le mettait mal à l’aise. Préférant rester dans son safe space qui était le chaos et l’insécurité permanente du monde du crime. De plus ce confort du dark world lui donnait pour excuse d’être solitaire et sans encrage. Une chose que ce partenariat quelque part lui enlevait. Être lié de nouveau était quelque chose qu’il avait redouté depuis longtemps et ce partenariat ainsi que Vicky ne pouvaient effacer aussi facilement cette hantise qu’il avait encrée en lui. Cette peur viscérale de ce qu’elle lui disait. De ce commitment total qu’elle esquissait dans ses mots, dans son attitude, dans tout ce qu’elle lui avait montré jusque-là.

Elle était bien là la clé de voute des problèmes qui entachaient leur partenariat depuis le départ. Cette incapacité et cette angoisse à l’idée de ne plus être ce lonesome cowboy capable à tout moment de fuir sans se retourner ou de ne pas cligner des yeux face aux pires atrocités. Cette relation qu’ils avaient lui demandait d’abandonner quelque peu ce qu’il était depuis qu’il avait quitté l’Allemagne. Cette armure construite au fil du temps. Ce paradoxe de vouloir préserver une capacité de changer au moindre coup de vent. Les mots que l’anglaise prononçait étaient à la fois touchants par son engagement et sa bienveillance tout en étant terrifiants. Rôder au milieu des loups était bien plus simple pour lui, poignarder et écraser étaient bien plus faciles que de traiter avec la psychiatre.

S’étant finalement redressé face à la présence physique de l’anglaise, l’homme pour une fois céda face au regard de sa partenaire. Ne pouvant soutenir toute cette conviction dans ses opales étincelantes. Le regard noir, les yeux baissés, il finit par répondre à toute cette étincelance « Crois-moi tu ne sais pas à quoi t’attendre, même moi je ne sais pas de quoi je suis capable. » se remémorant ses erreurs et ces moments de remords. Tout ce dont il n’était pas fier et qui le qualifiait aux yeux de la majorité et des êtres qui le connaissaient le mieux. Sa main vint finalement se poser brusquement autour du cou de l’anglaise, venant emprisonner la psychiatre qui était contre lui. Son regard se redressant pour la défier du regard, l’observer yeux dans les yeux « Si je dois sombrer, laisse faire. Ne te laisses pas emporter, préserves ce que tu as. » au fond elle avait une fille. Elle avait construit quelque chose. Lui n’était rien. Sa relation avec son père ou sa fille lui faisait peur non pas à cause des risques pour lui mais à cause du risque qu’il était. Il n’avait rien à perdre, elle, avait tout à perdre. Un déséquilibre qui nourrissait toutes les angoisses de leur partenariat. Un élément qui nourrissait ses propres troubles, cette propension à tout fuir car il n’avait rien à préserver. Un nomade sans attache qui s’efforçait de rejeter toute générosité ingénue. Ses mots terminés sa main se desserra et instinctivement le blond vint poser ses lèvres sur celles de sa comparse. Un baiser sauvage comme seule réponse à cette ambiance électrifiante et à ce conflit insoluble.



Revenir en haut Aller en bas
Strangers
avatar



- Statut : mère célibataire d'une petite de cinq ans
- Origines : anglaise, originaire de londres
- Relations : hans katzman ; son yang
- Pseudo : fatii
- CELEBRITE : alison brie
- AGE : 25
- MESSAGES : 745
- CRÉDITS : ranipyaarcreation
- PIEGE DEPUIS : 02/09/2017
- Clovers : 60
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3656-victoria-she-made-broken-look-beautiful-and-strong-look-invincible http://lttp.forumactif.org/t3678-victoria-nouvelle-dans-le-coin- http://lttp.forumactif.org/t3679-victoria-journal-des-rps
MessageSujet: Re: all comes down to trust (hans)   21.02.18 21:52



trusting you is my decision. proving me right is your choice.
— hans katzman, victoria walker




Hans Katzman était énigmatique. Secret et mystérieux, dans le bon comme dans le mauvais sens de ces termes. Victoria lui a toujours laissé son espace personnel, et ne cherchait que très rarement à s’immiscer dans son esprit par simple respect. Obstinée à penser le meilleur de lui, et à se dire qu’un jour il sera suffisamment à l’aise pour s’ouvrir de lui-même. Cela arrivera un jour, ou cela n’arrivera jamais. Dans le fond, peu importe, du moment qu’ils arrivaient à s’entendre et trouver un juste milieu sur lequel se tenir, et construire un avenir commun. Ainsi pensait l’Anglaise. Seulement, que le jeune homme provoque aujourd’hui cette situation, en toute connaissance des choses, ne présageait rien de bon. Une décision destructrice, tant l’Allemand suivait un scénario prédéfini pour mener cette conversation à l’échec. Pourtant, la psychiatre maintenait son avis. Il fallait beaucoup plus que cela pour la brusquer.

Elle n’a jamais cherché à nier tout ce danger qui entourait son partenaire. Tout être humain était capable du meilleur, tout comme il était capable du pire. Hans n’était pas une exception. Elle n’était pas une exception. Si l’homme cherchait à faire fuir la trentenaire, il s’y prenait mal. S’il cherchait l’inverse, il s’y prenait mal également. Pour être entièrement honnête, Victoria était mitigée face à cette situation. Alors, elle réagissait de la seule manière qu’elle connaissait dans des situations pareilles ; avec honnêteté, intégrité, et en tenant tête jusqu’au bout. No matter what the outcome is. Leurs nouvelles postures changeaient la mise, et la dominance balançait du camp du germain vers celui de sa compère. « Je n’ai qu’à m’attendre au pire. Je m’attends toujours au pire venant de tout le monde. », le pire ici serait qu’il la trahisse. Qu’il l’abandonne derrière lui sans se retourner ou cligner des yeux. Si ce schéma se produisait, Hans a intérêt de s’assurer que Victoria n’était plus de ce monde. Elle n’allait pas douter de lui, mais prenait malgré tous ses précautions, de la même manière que la psychiatre savait que le blond prenait les siennes de son côté.

La main de l’Allemand enserrant maintenant son cou la poussa à cligner des yeux, surprise pendant un très court instant, un millième de seconde, sans pour autant la déstabiliser. Continuant à le fixer de ses opales, la respiration plus douce, plus sereine, attendant qu’il finisse de parler avant de lui répondre de manière instinctive. « Ne réalises-tu toujours pas que tu fais partie de ce que je dois préserver ? », Hans l’a bien dit lui-même, c’était le rôle d’un partenaire après tout. Il ne se donnait peut-être pas autant de valeur que cela, mais c’était une réalité à laquelle ils devaient s’habituer tous les deux. Depuis que Vicky a accepté l’Allemand dans l’équation qu’était sa vie, l’homme est devenu un des points fixes de son existence. A quoi bon servait cette relation autrement ? Si les intérêts du blond ne valaient rien aux yeux de l’Anglaise, elle n’aurait aucunement cherché à avoir un complice. Elle se serait contentée d’avoir un employé, qui lui rend un service en échange d’une rémunération quelconque. Sans engagement. Sans attache. Etait-ce un schéma qui intéresserait plus le diamantaire ? Ce dernier ne lui laissait plus le temps de réfléchir ou sombrer dans ses idées, qu’il cueillait déjà les babines de la brune pour un baiser. Sauvage. Furieux. Un baiser qui voulait tout dire, sans rien dire. Une étreinte que la trentenaire savoura. Laissant sa langue rejoindre celle de l’Allemand, décidée à lui rendre la monnaie de sa pièce, lui faisant goûter à ce même traitement qu’il adoptait pour calmer sa colère intérieure. L’équilibre de son corps ballant, et appuyée maintenant contre la carrure de l’homme.

Revenir en haut Aller en bas
Strangers
avatar



- Statut : con comme ses pieds.
- Origines : Allemand d'Hambourg
- Relations : Victoria Walker - Son Yin
- Pseudo : //
- CELEBRITE : Ryan Gosling
- AGE : 28
- MESSAGES : 198
- CRÉDITS : calvaries
- PIEGE DEPUIS : 03/09/2017
- Clovers : 41
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3662-hans-wer-rastet-der-rostet http://lttp.forumactif.org/t3687-hans-joailler-et-trafiquant-de-
MessageSujet: Re: all comes down to trust (hans)   22.02.18 19:47

The crown must constantly earn citizens' appreciation, respect and trust.
La droiture de l’anglaise était l’élément essentiel chez elle aux yeux du joailler. Ce trait de sa personnalité aimantait tous les dilemmes et problèmes que le germain ressentait dans cette relation avec elle. Ce caractère intraitable la rendait dangereuse tant elle en devenait prévisible. Une prévisibilité qui faisait peur à Hans qui à la fois était charmé par ce bout de sa personnalité mais totalement effrayé par cette posture inflexible. Elle était aux antipodes de ce qu’il était et surtout cette femme inflexible n’allait qu’à la mener à se mettre en danger. Celui qui ne fuit pas est celui qui meurt au combat à tous les coups. Elle avait beau s’attendre au pire, à ses yeux, elle fonçait droit vers ce pire. Une chose qu’au fond de lui ne voulait pas et redoutait. Il avait l’impression, comme toujours, de détruire tout ce qu’il côtoyait. Vicky n’était que la matérialisation une nouvelle fois encore de la malédiction qu’il trainait. Un poids moral pesant qui ne le quitterait jamais. Cette solide impression de détruire tout édifice solide auquel il s’accrochait. Une grande raison de son recul et de sa fuite permanente qu’elle redoutait tout comme lui qui ne savait à aucun moment s’il céderait face à la pression que représentait leur partenariat. Un duo qui si la plupart du temps se montrait libérateur et agréable dans ses moments de solitude était oppresseur. L’homme était du genre à ronger son frein, un frein qui parfois se brisait à force de ressasser le danger qu’il était.

La déclaration de Victoria n’avait rien arrangé à son état d’esprit et à la crainte viscérale qu’il éprouvait. Si lui avait nourrit le rejet de son plan, elle nourrissait ses déchirements face à la nature de leur partenariat. Sa droiture encore une fois, sa conviction intime quand à ce qu’elle voulait le déstabilisait. Son baiser sauvage n’était que la seule réponse qu’il trouvait face à sa déclaration. Son instinct étant la seule chose qui pouvait opérer face à une telle conviction d’esprit. Une fougue dans la promiscuité de leurs corps que l’allemand accentua en la soulevant légèrement avant de faire un 180° afin de la déposer sur le bureau. La positionner assise face à lui sans rompre à aucun moment le baiser qu’il avait initié. Sa main revenant finalement à la nuque de la psychiatre afin d’enlacer et reculer sa tête. Rompant ainsi le baiser fougueux qu’ils ne pouvaient plus stopper. Le regard toujours dur qui la surplombait légèrement, l’homme reprit enfin la parole d’un ton lui aussi toujours aussi dur. « Foutaises. » voilà qui était clair et désignait parfaitement le fond de sa pensée. De son raisonnement selon lequel ce que disait l’anglaise n’avait aucun sens. « Si tu t’attendais au pire, jamais tu ne songerais à préserver celui-ci. » tant il était noir, violent, impitoyable. Plus leurs conversations se multipliaient, plus l’homme ne pouvait se défaire d’une impression persistante qu’elle nourrissait en lui depuis le départ : derrière les apparences Victoria était une femme candide. Ses dernières déclarations étaient encore la preuve à ses yeux de cet état d’esprit. Ils voguaient dans le pire que ce la nature humaine pouvait offrir et elle s’obstinait à ne pas envisager le pire. La main qu’il avait maintenue sur sa nuque arrêta son étreinte pour finalement glisser le long du dos de la psychiatre jusqu’à son bassin sur lequel il exerça une légère pression pour de nouveau rapprocher leurs corps et briser l’espace qui s’était créé au travers des manœuvres précédentes. « Tu ne peux pas préserver quelque chose de non pérenne et non viable. » l’homme conclua par un nouveau baiser fougueux venant la basculer et la plaquer contre le bureau, prise en tenaille entre lui et la surface de son antre.

Revenir en haut Aller en bas
Strangers
avatar



- Statut : mère célibataire d'une petite de cinq ans
- Origines : anglaise, originaire de londres
- Relations : hans katzman ; son yang
- Pseudo : fatii
- CELEBRITE : alison brie
- AGE : 25
- MESSAGES : 745
- CRÉDITS : ranipyaarcreation
- PIEGE DEPUIS : 02/09/2017
- Clovers : 60
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3656-victoria-she-made-broken-look-beautiful-and-strong-look-invincible http://lttp.forumactif.org/t3678-victoria-nouvelle-dans-le-coin- http://lttp.forumactif.org/t3679-victoria-journal-des-rps
MessageSujet: Re: all comes down to trust (hans)   23.02.18 21:43



trusting you is my decision. proving me right is your choice.
— hans katzman, victoria walker




Devant l’acharnement du diamantaire, la psychiatre n’avait qu’une seule réponse. Ou plutôt, une question. « De quoi as-tu peur ? », si le pire devait se produire, elle le détruira. Entre temps, rien ne garantit qu’il arrive. Il y avait des signes avant-gardistes auxquels Victoria demeurait attentive et qui mesuraient le risque, tant que ce risque était minime ou inexistant, il ne nécessitait pas une action aussi drastique. Quant à son envie de le préserver, la brune préférait ne rien répondre d’autre. Elle s’accrochait, simplement. De la même manière qu’il s’était accroché durant ces dernières semaines. Un jour pour lui, un jour pour elle. Douce poésie, reflet immuable de ce qu’était devenue leur relation. Une confrontation des mœurs et des valeurs qui se conclut souvent sur un terrain d’entente mutuelle. Pourquoi l’un cherche-t-il à préserver les diamants, malgré tout le sang et toutes les peines ? Parce que l’être humain a tendance à préserver ce qui en valait la peine.

Hans en valait-il la peine ? Aux yeux de la brune, certainement. Aux yeux de l’allement lui-même, probablement pas vu le discours qu’il s’efforçait à tenir.

« Tu sembles avoir pris la décision à ma place, Hans, et je n’aime pas cela. ». Comme à son habitude, l’Allemand s’entêtait. Jouait sa propre partition, convaincu que seule sa vision des choses prônait. Ce n’était pas le cas. Si Vicky ne cherchait pas à le fuir c’est également parce qu’il était capable du meilleur, vis-à-vis de leur partenariat, et non seulement du pire. En réalité, le jeune homme était le seul à pouvoir décider la voie qu’il voulait suivre. L’Anglaise préférait donc se taire, se muer dans un silence Hansien et une quiétude que son partenaire trouvait d’habitude salvatrice. Une tâche loin d’être compliquée, leurs baisers ayant repris plus fougueusement. Le blond la piège, et elle se laisse faire, pour une fois. Si c’était tout ce que le joaillier pouvait faire pour reprendre le contrôle sur une situation ingérable, sur son esprit qui s’égarait dans des tumultes bien trop sinistres, elle le laissait faire. Malgré la douleur passagère infligée à sa jambe dans cette position loin d’être confortable. Les doigts de la brune s’immiscent instinctivement dans la chevelure du blond qu’elle empoigne, comme-ci leur embrassade n’était pas suffisamment enflammée, et comme-ci le moindre millimètre entre leurs deux corps représentait une nuisance en cet instant.

Une certitude ne quittait tout de même plus son esprit. Ils devaient se mettre d’accord sur une solution à suivre. Cela ne serait pas facile, mais ils devaient y arriver. Quand Victoria sortira de l’hôpital, ils allaient s’éloigner d’ici un peu, et ne revenir qu’une fois avoir trouvé un réel compromis. L’instabilité engendrait le danger. Maintenant que la trentenaire réalisait à quel point tout ceci était sensible pour Hans, elle ne pouvait plus se permettre de fermer les yeux et faire semble que tout allait se résoudre comme par magie. Encore moins avec la présent d’Arthur. L’homme d’affaires risquait d’utiliser le pessimisme du joaillier pour le détruire, et vu que ce dernier a déjà un penchant pour la self destruction, l’effort à mettre pour le faire couler serait plus minime. Vicky ne voulait pas le perdre. C’était tout aussi simple que cela.

Revenir en haut Aller en bas
Strangers
avatar



- Statut : con comme ses pieds.
- Origines : Allemand d'Hambourg
- Relations : Victoria Walker - Son Yin
- Pseudo : //
- CELEBRITE : Ryan Gosling
- AGE : 28
- MESSAGES : 198
- CRÉDITS : calvaries
- PIEGE DEPUIS : 03/09/2017
- Clovers : 41
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3662-hans-wer-rastet-der-rostet http://lttp.forumactif.org/t3687-hans-joailler-et-trafiquant-de-
MessageSujet: Re: all comes down to trust (hans)   25.02.18 16:00

The crown must constantly earn citizens' appreciation, respect and trust.
Demander à un homme de quoi il avait peur n’était jamais une bonne idée, d’autant plus avec quelqu’un comme l’allemand. Encore plus spécialement dans le business qui était le leur. La peur est une faiblesse et la moindre faiblesse pouvait faire chuter le plus puissant tel son talon d’Achille. Hans savait bien qu’il avait des faiblesses, qu’il avait des craintes et des peurs, des éléments négatifs mais les rendre tangibles à travers la parole était totalement hors de question. Avec elle il avait été suffisamment en confiance pour laisser transparaitre ses failles, cependant le point où il les exprimerait clairement était encore une situation à laquelle il ne pouvait se résoudre. Ce n’était pas lui, ce n’était pas ce que sa raison lui disait de faire ni son âme. Seul le mutisme dont il usait souvent se présentait face à une telle question. Si cela laissait des doutes et des interrogations, peu importe, s’exposer autant lui était tout simplement impossible. Si Vicky vivait de l’ouverture et de la parole, Hans s’était forgé dans le secret et le silence. Une façon d’être qu’elle ne pourrait changer malgré toute sa volonté pour le comprendre mieux.

Si elle exprimait son mécontentement face à la véhémence du germain sur le sujet, lui avait le même ressentiment sur la façon dont elle lui ôtait le choix sur son propre destin. Il est vrai qu’il voulait choisir à sa place mais l’homme se sentait dans son bon droit de choisir son destin. L’abandon ou la main tendue. Elle lui disait qu’elle voulait lui tendre la main en dernier recours, lui, lui faisait seulement savoir qu’il n’en voulait pas. Il ne voyait pas en quoi elle pouvait l’obliger à quoique ce soit dans cette histoire, malgré ce partenariat il était encore maitre de son destin. Ce qu’elle voulait lui enlever à ses yeux avec son comportement de bonne samaritaine. Une attitude qu’il ne pouvait s’empêcher de pointer. Leurs deux corps collés l’un à l’autre dans une promiscuité torride accentué par la fougue du baiser qu’ils partageaient s’interrompu. Un baiser terminé qui laissait place à un joailler qui commençait une série de petits baisers sur le cou de l’anglaise, redescendant doucement vers son torse. Vers son haut qu’il commençait à défaire tout en multipliant les cajoles sur son épiderme, sur la naissance de sa poitrine « Tu as le choix. » lui dit-il de façon plus douce. Ce nouvel épisode flamboyant avait réussi à légèrement calmer son esprit malgré ses positions toujours aussi ancrées. Ses baisers continuaient plus bas, sur le ventre découvert de la psychiatre, sur sa peau ébène. Entre deux d’entre-eux il ponctua la remarque qu’il avait démarré. « Mais j’ai le droit de refuser, tu ne peux rien faire contre ça. »

L’homme poursuivit encore un peu plus sa longue chute jusqu’aux reins de l’anglaise. Sa descente lancinante et déterminée à tous les niveaux. Son visage dorénavant au niveau de son entre-jambe et ses mains libérant les lieux du pantalon qu’elle portait, l’homme le faisant glisser jusqu’aux genoux avant de faire de même avec sa culotte. Le tout avec une certaine douceur qui dans ces moments précis le connaissaient rarement, le joailler ayant toujours en tête cette jambe heurtée et blessée. Les bras placés autour de ses cuisses, il jeta un dernier regard droit dans les opales de la brune, un regard plein de défiance qui jurait avec la tendresse de ces instants. « Si tu ne voulais pas de mon aide, malgré mon envie, je respecterai toujours ton choix. » C’était clair et sans équivoque. Une déclaration qui dénotait d’une profonde différence de perception qu’il avait avec elle. Il lui semblait que pour elle le partenariat faisait que leur destin était indissociable et lié. Alors que pour lui ils formaient encore un 1+1 où chacun avait encore son futur bien en main. Hans n’était lié à rien ni personne, jamais. Son esprit lui dictait de garder cette distance, de ne pas sombrer dans une relation inconditionnelle. Une de ses peurs qu’il n’avouait jamais. Sa phrase dite l’homme plongea finalement son visage vers son objectif. Balbutiant, virevoltant et batifolant dans cette zone si érogène avec tous ses atouts. Lèvres, langue, tout se mettait en mouvement pour que la douleur ne soit plus qu’un lointain souvenir, une pensée sans importance dans la magnificence du moment.

Revenir en haut Aller en bas
Strangers
avatar



- Statut : mère célibataire d'une petite de cinq ans
- Origines : anglaise, originaire de londres
- Relations : hans katzman ; son yang
- Pseudo : fatii
- CELEBRITE : alison brie
- AGE : 25
- MESSAGES : 745
- CRÉDITS : ranipyaarcreation
- PIEGE DEPUIS : 02/09/2017
- Clovers : 60
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3656-victoria-she-made-broken-look-beautiful-and-strong-look-invincible http://lttp.forumactif.org/t3678-victoria-nouvelle-dans-le-coin- http://lttp.forumactif.org/t3679-victoria-journal-des-rps
MessageSujet: Re: all comes down to trust (hans)   25.02.18 22:38



trusting you is my decision. proving me right is your choice.
— hans katzman, victoria walker




Tout n’était au final qu’une question de nature, et de principes. La confrontation entre leurs deux êtres, leurs deux manières de voir les choses, était inévitable. Hans et Victoria étaient fondamentalement similaires, sans être entièrement pareil. Leur vécu n’était pas pareil. La brune semble avoir mené une vie plus clémente que celle que le joaillier a connue. Ce n’était pas faux sur certains aspects, mais ce n’était pas entièrement correct non plus. Quoiqu’il en soit, la conclusion n’était qu’une ; l’homme allait faire ce qu’il devait faire. La femme également.

Leurs lèvres dorénavant détachées, Victoria en reprenait l’usage, le bout de son index caressant en tout en délicatesse le visage de son partenaire, suivant elle aussi ses instincts dans cette situation torride qui se traçait entre eux, et glissant jusqu’au nœud de la cravate que portait Hans pour mieux le desserrer et la lui enlever. « Je ne t’ai jamais ôté ce droit. » L’Anglaise ne voulait pas le contrôler, contrairement à ce qu’il pouvait parfois penser. Ce que le diamantaire devait comprendre c’était que la psychiatre partageait en partie sa vision. Ils étaient deux personnes distinctes, menant deux vies séparées, et dont les objectifs avaient toutes les chances de diverger à un moment donné. Jamais leur existence ne pouvait en faire qu’une seule et unique, ce n’étaient que leurs chemins qui se croisaient pour s’unir. Vouloir le préserver n’était là encore que la nature humaine de la trentenaire. Plus encline à défendre et protéger ceux qu’elle jugeait important à ses yeux. Elle ne pouvait pas garantir à Hans que ses traits de sa personnalités n’allaient pas ressurgir à son égard, parce que tout comme lui, Vicky ne pouvait pas tout maîtriser. Elle pouvait simplement lui promettre d’essayer. Le parfait exemple serait la réunion que Hans a provoquée avec Arthur. Malgré tout ce que la brune a pu dire, et malgré sa mise en garde répété, le jeune homme a choisi de ne pas suivre ce que l’Anglaise a demandé. Si ici elle en faisait de même, il ne pouvait pas lui en vouloir parce qu’elle a ses raisons, tout comme lui a les siennes.

Finissant de déboutonne son chemisier par elle-même, l’héritière Walker se redressa légèrement pour pouvoir s’en défaire. « Tu me dis cela comme si… », et au lieu de la suite de sa parole, c’est un soupir qui s’extirpa d’entre ses lèvres. Une réflexion que Victoria n’a même pas eu le temps de finir. Une pensée qui s’évapora bien trop vite de son esprit. Hans la désarmait, d’un mouvement à la fois, comme il savait si bien faire en lui arrachant un soupir après l’autre. Il parlait de choix mais en cet instant précis, les assauts de l’homme ne laissaient d’autres possibilités à l’Anglaise que de baisser les bras, entièrement éprise par ce qui se déroulait en ce moment pour penser à quoique ce soit d’autre. Laissant sa tête retomber en arrière, les yeux clos, la brune ne pensait plus, agissant par pur instinct elle aussi, de ses doigts fins qui se faufilaient jusqu’aux cheveux du blond. Ces coups de langues la rendaient dingue. Ce n’était qu’une arme parmi tant d’autres que Hans n’hésitait plus à utiliser contre elle. Un plaisir charnel immesurable qui rendait toute douleur que Vicky éprouvait fort ridicule en somme, tellement les deux sensations étaient incomparables. Pourtant, si le trentenaire lui laissait le temps de parler, elle avait son mot à dire sur tout ce qu’il avait prononcé. Comme toujours, Victoria se munissait d’une réponse toute faite. Pour une fois donc, elle mettait sa riposte de côté, se faisant happé de son plein gré par les tourmentes de cet érotisme pur, par cet homme qui lui promettait monts et merveilles. Une promesse tacite, inexprimée, qu’il ne manquait jamais de lui délivrer.

Revenir en haut Aller en bas
Strangers
avatar



- Statut : con comme ses pieds.
- Origines : Allemand d'Hambourg
- Relations : Victoria Walker - Son Yin
- Pseudo : //
- CELEBRITE : Ryan Gosling
- AGE : 28
- MESSAGES : 198
- CRÉDITS : calvaries
- PIEGE DEPUIS : 03/09/2017
- Clovers : 41
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3662-hans-wer-rastet-der-rostet http://lttp.forumactif.org/t3687-hans-joailler-et-trafiquant-de-
MessageSujet: Re: all comes down to trust (hans)   27.02.18 20:06

The crown must constantly earn citizens' appreciation, respect and trust.
Leurs réunions étaient toujours mouvementées, entrainaient toujours un chaos où seuls eux deux pouvaient y trouver un sens. Aux yeux de n’importe quel observateur ce qu’ils entretenaient était toxique et probablement à éviter. Une relation à éviter et même certains diraient à fuir tant elle était déconstruite et instable. Soufflant le chaud et le froid en l’espace d’un instant, remettant en doute les bases de ce qui les unissait en permanence. Des désaccords profonds sur la nature même de ce qui les amenaient à se côtoyer et échanger. Des visions différentes voir antinomiques à certains instants sur ce qui était et ce qui devait être. Des débats houleux qui les séparaient, qui les mettaient face à leurs contradictions si souvent. Et pourtant, malgré ce gap entre eux la complicité reprenait toujours sa place à un moment ou un autre, pour une période longue ou courte mais dans tous les cas elle était présente. Bien ancrée et si essentielle que l’allemand n’avait eu à aucun moment la volonté de se désengager de ce partenariat si fragile. Malgré ses réticences et ses doutes, Victoria avait toujours éveillé en lui suffisamment de confiance et de sécurité pour qu’il ne remette en question l’existence même de leur relation. Comme si les phases difficiles et de questionnement n’étaient présentes que pour the greater good. Chaque nouvel obstacle physique ou mental ne remettait jamais sa dévotion envers ce duo qu’il redoutait et en même temps souhaitait. Une contradiction n’en était pas une à ses yeux tant son passé lui avait offert à de nombreuses reprises ce type de lien. Cet aimant prit entre deux pôles qui trouvait son équilibre dans l’attraction et le repoussement.

Sauf que l’équilibre était rare et souvent ils tanguaient de façon très prononcée d’un côté comme de l’autre. Ce qu’il se déroulait en ce moment dans le bureau de la psychiatre en était la preuve. Catalysant tout ce que leur partenariat était, à tel point l’attirance pouvait succéder au rejet. Une attraction qui coupait court à tout questionnement, toute négativité. Laissant le monde des pensées et des interrogations derrière le souffle coupé et le ressenti autant physique que psychique. Une pause dans les tiraillements de l’allemand autant que dans celles de l’anglaise. Une pause relaxante, prenante, explosive au travers de laquelle leur dévotion était totale. Le brasier charnel de leurs échanges brulait à vivre flamme consommant tout l’oxygène nécessaire à celui de leurs différends. Des cendres qui pouvaient repartir en départ de flamme à tout moment mais qui restaient silencieuses dans ce moment de pure délectation. La bête la plus puissante, la plus sauvage et la plus instinctive effrayant toujours la plus maligne qui battait en retraite en attendant son heure.

L’instant était à celui du blond qui entre les guiboles de la londonienne faisait tout pour lui donner un moment unique. La voir s’abandonner totalement, se relâcher entièrement et juste ne laisser que son état le plus pur. Se délester de tout ce que les récents évènements leurs laissaient comme marques et saletés. Que ce soit ses coups de langues ou ses doigts cajoleurs tout était en ordre de bataille dans la seule optique de voir, sentir et entendre la brune apprécier au plus cet instant. Attentif à la moindre friction de son corps, à la moindre poigne de ses doigts, au moindre son que pouvait expulser ses lèvres. Tout un dispositif pour la voir se délivrer. Le bras du germain tendu pour que sa main libre atteigne sa poitrine et offrir un nouvel instrument de torture douce. De nouveaux mouvements qui lui permettait d’atteindre l’extase.

Les signes de la fin une fois perçus, l’homme recula finalement sa tête après un doux baiser. Gagnant le fond du siège de bureau de la psychiatre légèrement reculé de là où elle se trouvait. Siégeant face à elle dans un mutisme qui laissait place à tout le reste. A tout ce qui était au-delà des mots, de tout ce que le joailler appréciait tant. Laisser le temps au temps de savourer cet instant dans sa dimension la plus simple.


Revenir en haut Aller en bas
Strangers
avatar



- Statut : mère célibataire d'une petite de cinq ans
- Origines : anglaise, originaire de londres
- Relations : hans katzman ; son yang
- Pseudo : fatii
- CELEBRITE : alison brie
- AGE : 25
- MESSAGES : 745
- CRÉDITS : ranipyaarcreation
- PIEGE DEPUIS : 02/09/2017
- Clovers : 60
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3656-victoria-she-made-broken-look-beautiful-and-strong-look-invincible http://lttp.forumactif.org/t3678-victoria-nouvelle-dans-le-coin- http://lttp.forumactif.org/t3679-victoria-journal-des-rps
MessageSujet: Re: all comes down to trust (hans)   28.02.18 19:53



trusting you is my decision. proving me right is your choice.
— hans katzman, victoria walker




Du moment que cette relation qu’ils partageaient continuait à avoir du sens pour Victoria, cette dernière continuera à la maintenir, et ce peu importe ce que les autres pouvaient en penser. Leur équation était particulière en un sens, parce qu’elle était tellement facile, qu’elle en devenait compliquée. Une complicité profonde qui ne pouvait être décrite par de simples mots. Une attraction tout aussi mentale que physique, à vrai dire. En tant que psychiatre, l’Anglaise savait mieux que n’importe qui que ce genre de liaisons n’était pas toujours bénéfique. Une fois cette alchimie évaporée, tous ces questionnements qui ne les inquiétaient pas autant aujourd’hui reviendraient au galop, tous les doutes suivront rapidement. Elle en était parfaitement consciente, chose pour laquelle son action serait d’y remédier le plus tôt possible.

Pour l’instant, cependant, la brunette flottait sur son petit nuage. Allongée sur la surface de son bureau, elle reprenait graduellement son souffle, quand son partenaire s’éloigna d’elle, marquant une dernière fois son intimité avec sa douceur inhabituelle. La trentenaire ne se relève pas sur le champ, préférant profiter de la sérénité, et d’avoir l’esprit aussi léger pour remettre ses idées en ordre. Tant de choses à dire, et pourtant, pour une fois Victoria allait suivre les habitudes hansiennes de l’Allemand. Se redressant doucement, sans dire un mot, le regard cherchant celui du jeune homme. Parfois, il fallait bien un peu de quiétude pour mieux repartir. Les mains de la Walker finissent au bout du compte par enlever le reste de vêtements qu’elle portait encore, ainsi que son attelle pour ne plus s’en encombrer, toujours sans prononce la moindre syllabe. Puis elle se glisse loin du meuble, laissant délicatement la pointe de ses pieds toucher le sol.

« Je te respecte toujours. », la voix posée, le regard doux, elle s’approchait de lui, la distance étant assez courte, Vicky y arrivait sans trop de peine. Se posant finalement sur les genoux de Hans, elle commença à défaire la chemise de ce dernier, bouton après bouton, tout en reprenant la parole. « Cependant, si tes instincts t’ont poussé à ignorer un de mes souhaits, comment veux-tu réprimer à mes instincts d’en faire autant ? », ses lèvres capturaient celles de l’homme brièvement alors que la brune terminait ce qu’elle avait entrepris, défaisant entièrement le jeune homme du haut de sa tenue. « Si tu avais suivi ta propre logique, tu aurais dû respecter ma demande également. », le ton employé demeurait très calme car ses mots n’étaient en rien des reproches. Quelque part, la maman savait que le germain allait agir ainsi. Elle aurait bien aimé qu’il ne le fasse pas, mais c’était ce que c’était. Leur relation était ce qu’elle était. Forte sans pour autant être inconditionnelle. Elle avait confiance en lui, mais n’était pas aveuglé par ses agissements. Elle le respectait mais n’oubliait pas d’être elle-même avant tout. Les babines baladeuses de la brune s’égaraient sur l’épiderme du torse masculin, tandis que ses doigts cherchaient à défaire le reste des obstacles, rodant lascivement autour de la ceinture de son pantalon.

Revenir en haut Aller en bas
Strangers
avatar



- Statut : con comme ses pieds.
- Origines : Allemand d'Hambourg
- Relations : Victoria Walker - Son Yin
- Pseudo : //
- CELEBRITE : Ryan Gosling
- AGE : 28
- MESSAGES : 198
- CRÉDITS : calvaries
- PIEGE DEPUIS : 03/09/2017
- Clovers : 41
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3662-hans-wer-rastet-der-rostet http://lttp.forumactif.org/t3687-hans-joailler-et-trafiquant-de-
MessageSujet: Re: all comes down to trust (hans)   01.03.18 20:43

The crown must constantly earn citizens' appreciation, respect and trust.
Le regard plongé sur elle, l’allemand l’observait revenir à elle, s’éveiller de nouveau après la vague qui l’avait submergée. Bien ancré dans son siège il contemplait sa partenaire totalement libérée. Sans protection, sans retenue, juste lascive et sous le coup de ce qui venait de se dérouler. Loin de toutes les questions qui la taraudait, loin de toute cette pression qui s’exerçait jour après jour sur eux. L’atmosphère pesante de leur univers n’aidait pas quand il s’agissait de se vider l’esprit et garder les idées saines. L’allemand en était la première victime et c’est ce genre de moment qui lui permettait de ne pas sombrer dans ses pires travers. Dans ses contorsions et tiraillements permanents qui ne voulaient se taire. L’observer se mouvoir sous ses yeux dans son plus simple appareil, la contempler se délester de tout le superflu pour embrasser ce fameux mood dont ils avaient le secret. Doux moment où toute leur conversation passait à travers leurs regards qui se croisaient et ne se quittaient plus. Un silence seulement rompu par des mots tendres et rassurants, ce que l’anglaise tentait toujours de mettre en avant malgré les réticences du germain à entendre ce discours. Il l’écoutait mais ne l’acceptait pas et ne le comprenait pas têtu comme il était face aux discours qui n’entraient pas dans sa logique Hansienne.

Bien installée sur ses genoux, l’homme la laissait avancer son discours et ses caresses. L’un étant lié à l’autre comme toujours dans l’univers de la psychiatre. Les mains et les bras bien apposés sur les accoudoirs du siège, il la laissait dérouler tout son agenda. Réceptif à ses lèvres et à ses gestes mesurés qui parvinrent à finalement le délester de son haut qui vint s’écrouler au sol sans un bruit. Après que leurs lèvres se soient jointes une nouvelle fois avant de se quitter l’homme glissa une de ses mains dans le dos de sa comparse pour la tenir et la caresser doucement tout en lui répondant sur le même ton doux qu’elle employait. « Il y a des instincts qui n’entrainent que des accidents et des regrets. Je ne peux pas te laisser faire quelque chose qui n’apportera rien de bon. » lui aussi était happé par la tendresse de l’instant et l’ambiance qui se prêtait beaucoup moins à un discours dur et vindicatif. Tandis que Vicky se perdait sur la surface de son torse, l’homme poursuivi « C’est une question de résultat, pas de moyen. » L’objectif était toujours plus important que la méthode aux yeux du joailler et ici sa vision des choses ne divergeait pas de ce qu’il était. Peu importe ce qu’il devrait faire, Vicky ne chuterait pas avec lui. Même si pour cela il devait l’enfermer ou l’éloigner. Il mettrait tous les moyens en œuvre pour que sa volonté soit faite et que son naufrage soit seul avec le navire.

Les logiques se hiérarchisaient dans l’univers du blond. Elle n’avait pas tort dans le fait qu’il se contredisait et que sa logique était tordue en lui demandant de ne pas l’aider mais peu importe. L’homme avait cette idée en tête qu’il allait être difficile de lui retirer tant elle était encrée en lui. Bien installé au fond du siège, sujet à toutes les tortures douces de l’anglaise il conclut en utilisant l’argument ultime qu’il s’évertuait à utiliser quand il voulait justifier ses comportements les plus destructeurs et parfois immoraux. « Et tu le sais très bien, tu utilises la même logique quand il s’agit de protéger la prunelle de tes yeux. » Invoquer l’irrationalité de l’instinct maternel pour défendre quelque chose était bien malhonnête mais dans le fond, elle ne pouvait plaider autre chose. Hans ne le savait que trop bien.


Revenir en haut Aller en bas
Strangers
avatar



- Statut : mère célibataire d'une petite de cinq ans
- Origines : anglaise, originaire de londres
- Relations : hans katzman ; son yang
- Pseudo : fatii
- CELEBRITE : alison brie
- AGE : 25
- MESSAGES : 745
- CRÉDITS : ranipyaarcreation
- PIEGE DEPUIS : 02/09/2017
- Clovers : 60
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3656-victoria-she-made-broken-look-beautiful-and-strong-look-invincible http://lttp.forumactif.org/t3678-victoria-nouvelle-dans-le-coin- http://lttp.forumactif.org/t3679-victoria-journal-des-rps
MessageSujet: Re: all comes down to trust (hans)   02.03.18 21:14



trusting you is my decision. proving me right is your choice.
— hans katzman, victoria walker




Par ces mots et son attitude Victoria ne cherchait point à dissuader Hans ou à le changer. Il était ce qu’il était et l’Anglaise avait accepté cela avant même de venir à lui quand ils étaient à Londres. Elle respectait son être parce que c’est bien ce qu’il a mené à être qui il était aujourd’hui. C’était à prendre ou à laisser, avec tout le bon et tout le mauvais. Néanmoins, l’accepter tel qu’il est, et le laisser faire tout ce qui l’enchante sans tenir tête étaient deux choses complètement différentes, car à côté de tout cela, Vicky était ce qu’elle était. Sa personnalité, sa vie, sont ce qui la mettait aujourd’hui dans cette position et elle ne les changerait pour rien au monde. Peu importe le bon, peu importe le mauvaise. Son attitude vis-à-vis du germain pouvait être qualifiée des deux : bonne réaction et mauvaise réaction. Bonne, dans le sens où l’homme avait suffisamment de valeur aux yeux de la brune pour qu’elle le protège. Mauvaise, dans le sens où –comme le blond l’a souligné- cela peut lui coûter plus qu’elle ne croit.

Après ce passage de salvation, la conversation reprenait son court. Moins dure, moins brusque, moins rageuse. « Que proposes-tu alors ? », en un rien de temps, les deux partenaires étaient passés d’une discussion autour d’un acte sans scrupule, à savoir manipuler une petite fillette, à une discussion plus ancrée, et qui touchait directement leur façon d’être. « Que je te laisse tomber sans me retourner ? », la psychiatre se mit finalement à enlever délicatement la ceinture du jeune homme avant de le défaire de son pantalon. Elle délaisse les genoux de Hans un court instant pour pouvoir lui retirer ses bas, le regard ne quittant plus le sien. L’idée de l’abandonner ne lui semblait pas acceptable, que cela honore le souhait du blondinet ou non, et monsieur avait un long chemin à faire s’il voulait la persuader que c’était la bonne chose à faire.

Revenant à sa position initiale, Vicky se colla entièrement à lui, jouant de leur promiscuité physique, ondulant contre le corps masculin pour faire monter la température d’un cran et pour calmer ses ardeurs en éveillant justement ses ardeurs. « C’est toujours quand tu manques d’arguments que tu parles d’Alexandra. » Il n’avait peut-être pas tort mais, son prétexte était l’argument basic. Rien de transcendant, rien de révélateur. L’Anglaise approcha ses lèvres de celles de l’Allemand, l’embrassant doucement, un baiser à la fois. Du bout des babines seulement, puis de plus en plus sauvagement. Joueuse, taquine, aguicheuse, et d’une sensualité que le trentenaire lui connaissait. « D’ailleurs, je tiens à t’informer que mon bureau est sous surveillance. », ses mots prononcés, l’héritière Walker poursuivit le flow de ses envies, mêlant caresses et baisers pour préparer son partenaire à tout ce qui pouvait suivre.

Revenir en haut Aller en bas
Strangers
avatar



- Statut : con comme ses pieds.
- Origines : Allemand d'Hambourg
- Relations : Victoria Walker - Son Yin
- Pseudo : //
- CELEBRITE : Ryan Gosling
- AGE : 28
- MESSAGES : 198
- CRÉDITS : calvaries
- PIEGE DEPUIS : 03/09/2017
- Clovers : 41
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3662-hans-wer-rastet-der-rostet http://lttp.forumactif.org/t3687-hans-joailler-et-trafiquant-de-
MessageSujet: Re: all comes down to trust (hans)   04.03.18 19:17

The crown must constantly earn citizens' appreciation, respect and trust.
L’abandonner était bien la seule solution viable aux yeux du germain. Bien qu’elle soit réticente et que l’idée même de faire cet acte lui semblait inconcevable le joailler avait lui l’idée bien ancrée en tête. Cette décision entrainait le meilleur outcome possible. Tous les autres ayant Hans détruit ou destructeur tout en ayant Victoria ou Alexandra aux pieds du mur. Lui était déjà perdu à ses yeux, il était déjà une perte non significative tant son destin l’emmenait jusqu’à l’abysse quel que soit ses décisions. Faire des victimes en plus dans cette chute n’était pas nécessaire. Silencieux face à ces questions, l’homme avait pourtant au fond des tripes pour seule envie de lui crier la vérité. De lui dire à quel point elle devait juste se retourner et foncer tout droit. Pourtant il n’en était rien et l’observait juste défaire son pantalon et poursuivre leur danse érotique. Elle ne l’écouterait pas et chaque mot qu’il prononcerait ne ferait que la renforcer dans sa décision et sa détermination. Il allait vulgairement pisser dans un violon se disait-il et n’alimenter que sa volonté sans faille. Le mutisme restait la meilleure solution, tout du moins la moins pire. Dans le cas présent, la volonté de l’anglaise de parler avait l’effet inverse sur lui et se retournait contre l’objectif même de la psychiatre. Le blond avait pour impression qu’il ne lui restait qu’une seule solution : s’assurer qu’elle ne puisse pas l’aider ou qu’elle ne se rende même pas compte de sa chute. Une rétention d’informations ou de moyens d’actions qu’il allait planifier dorénavant. Il n’y avait aucun autre choix.

Un manque de choix qui définissait Hans quelque part. Lui qui justifiait ses actions et toutes ses erreurs par cette impression du moindre mal. Du choix le moins douloureux et par extension en pensant qu’il n’y avait pas vraiment de choix. Des dés pipés de base qui justifiait d’utiliser ses moyens. Tandis qu’elle se mouvait sensuellement contre lui, l’homme avait passé ses mains dans son dos pour accompagner ses mouvements et ses gestes. Pour onduler lui aussi contre sa peau dans cette promiscuité torride qui s’était invitée entre eux. Ses doigts parcouraient toute l’échine de l’anglaise et se baladaient dans cette montée en chaleur continuelle. Un contact, une peau collée l’une à l’autre qui lui permettait de susurrer à l’oreille de l’anglaise et faire baisser toujours plus le ton de leur conversation. « Car Alexandra est l’objectif final à tes yeux. » Les lèvres de la psychiatre emprisonnées entre les siennes pour un court instant avant de poursuivre. « C’est la pierre angulaire de tes actions, tout est dicté par ce lien. Tout doit donc être pris par ce prisme pour ne pas se tromper de route. » comme lui voyait tout par la victoire et sa propre défaite. Une dichotomie profonde entre ce qu’il voulait et ce qu’il redoutait. De légers baisers vinrent finalement s’échouer sur l’épaule de la londonienne avant de poursuivre dans une nouvelle série de baisers virevoltants initiés par sa partenaire.

Le tout avant un léger moment de flottement. Un bug d’une fraction de seconde où en une simple phrase l’anglaise aspira hors du corps de l’allemand son âme. Une remarque qui se voulait probablement aguicheuse et joueuse et qui entraina au fond de l’allemand juste son mécanisme de paranoïa et de crainte. Si elle disposait d’un système vidéo elle pouvait découvrir qu’il l’avait trahi en rencontrant son père. Une preuve qu’il ne pouvait pas laisser ainsi sur les lieux de son crime. Un petit instant d’interruption que le blond brisa en sur réagissant pour masquer sa déstabilisation. Une technique instinctive assez basique à agiter un chiffon pour détourner l’attention. Tout d’abord en venant s’emparer de ses lèvres d’une façon encore plus sauvage que précédemment. Soulevant légèrement son torse du dos du fauteuil tout en agrippant fermement le fessier de sa comparse. Baiser qu’il interrompu peu après en reculant légèrement « Quand on partira tu me donneras la vidéo comme souvenir. » et par la même occasion montrera l’emplacement des archives. L’homme devait absolument s’assurer de couvrir ses traces dans cette histoire. « Elle s’annonce de qualité. » dit-il avant de se ré-emparer de ses lèvres une nouvelle fois. Entre l’intuition et la réflexion dans ces derniers instants.

Revenir en haut Aller en bas
Strangers
avatar



- Statut : mère célibataire d'une petite de cinq ans
- Origines : anglaise, originaire de londres
- Relations : hans katzman ; son yang
- Pseudo : fatii
- CELEBRITE : alison brie
- AGE : 25
- MESSAGES : 745
- CRÉDITS : ranipyaarcreation
- PIEGE DEPUIS : 02/09/2017
- Clovers : 60
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3656-victoria-she-made-broken-look-beautiful-and-strong-look-invincible http://lttp.forumactif.org/t3678-victoria-nouvelle-dans-le-coin- http://lttp.forumactif.org/t3679-victoria-journal-des-rps
MessageSujet: Re: all comes down to trust (hans)   05.03.18 19:51



trusting you is my decision. proving me right is your choice.
— hans katzman, victoria walker




Alexandra était la raison derrière les motivations de sa mère. Il n’avait pas tort de le dire. « C’est le cas de le dire. », son approbation seulement interrompue par l’un des baisers de son partenaire, elle ne tenta plus de surenchérir suite à cela. Il était clair pour elle qu’une discussion devait avoir lieu, sauf qu’actuellement son esprit était absorbé par une toute autre activité. Une distraction qui s’était introduite entre les deux complices, sous les traits d’un moment des plus intenses, faisant plonger l’Anglaise dans une quête de pur plaisir.

La réaction soudaine de l’Allemand faisait sourire, intérieurement, Victoria qui ne laissait rien paraître d’autre en cet instant que son ardente humeur et ses torrides envies. Elle s’attendait à le faire réagir mais pas autant que cela. Pour être le parfait calculateur, Hans devait se doutait que la psychiatre avait un système pareil instauré dans son cabinet. S’il a pu avoir accès au bureau, avec un peu d’ingéniosité, l’homme pouvait avoir accès aux archives également. Pourtant, la trentenaire n’avait qu’une idée dans l’esprit ; il serait beaucoup plus simple au joaillier de la confronter. Clairement, en toute franchise et sans le moindre de détour. Son acte pouvait être décrit comme une trahison, certes, mais l’homme n’arrangeait pas son cas en gardant le silence. Peu importe son geste, s’il y avait une quelconque logique derrière, non Hansienne bien entendu, l’héritière Walker était prête à l’écouter.

Quoiqu’il en soit, la remarque ne manqua pas d’avoir son petit effet sur le blond qui s’empara une nouvelles fois de la bouche de sa partenaire, ses mains s’accrochant avec force à son postérieur, pour faire monter d’un cran encore leur échange charnel. Des mouvements qui s’accéléraient, qui se poursuivaient dans l’enchainement logique des évènements actuels. L’Anglaise gardait sa réponse pour elle, préférant se concentrer sur l’instant présent, cueillant à son tour les lèvres du germain pour l’embrasser, le mordiller, l’émoustiller plus qu’il ne l’était déjà tandis que son corps dansant n’était dédié qu’au plaisir du jeune homme. Usant de tous ses atouts pour le voir à son tour se relâcher, se libérer de toute négativité. Loin d’elle l’idée de penser à sa jambe endolorie, Vicky ne faisait qu’accélérer le rythme de cet échange sensuel, brisant le silence de la pièce par le son de leurs souffles saccadés, les opales maintenant accrochées à aux yeux bleus du blondinet, cherchant à savourer ce simple fait de le voir atteindre le point culminant de satisfaction. Séductrice, ou succube comme dirait Hans d’elle, la brune se recula légèrement de lui sans pour autant cesser ses mouvements, la tête vers l’arrière, la croupe cambrée sous les yeux d’un homme qu’elle voulait enflammer, la main posée sur la joue de Hans pour qu’il la fixe, pour qu’il ne rate pas une seconde de ce petit spectacle érotique, alors que Vicky ondulait gracieusement ses courbes, cherchant à hypnotiser l’allemand par la scène qui se joue sous son regard.

Revenir en haut Aller en bas
Strangers
avatar



- Statut : con comme ses pieds.
- Origines : Allemand d'Hambourg
- Relations : Victoria Walker - Son Yin
- Pseudo : //
- CELEBRITE : Ryan Gosling
- AGE : 28
- MESSAGES : 198
- CRÉDITS : calvaries
- PIEGE DEPUIS : 03/09/2017
- Clovers : 41
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3662-hans-wer-rastet-der-rostet http://lttp.forumactif.org/t3687-hans-joailler-et-trafiquant-de-
MessageSujet: Re: all comes down to trust (hans)   06.03.18 20:18

The crown must constantly earn citizens' appreciation, respect and trust.
L’adepte du mutisme se retrouvait ainsi pris à son propre piège. Tiraillé par cette absence de réponse immédiate que l’anglaise ne lui offrait pas. Sa solution instinctive ne fonctionnait pas et toute sa petite confrontation avec le patriarche Walker pouvait lui retomber dessus à tout moment avec cet œil de Sauron sur le bureau de la psychiatre. En cet instant il ne remettait à aucun moment son action en question mais sa méthode. Son plan était mauvais pour être mis en déroute par un détail aussi insignifiant qu’il aurait dû prévoir. Un manque de réflexion qui trahissait l’impulsivité dont il pouvait faire preuve sur le sujet d’Arthur. Un manque de discernement dans cette histoire qui au lieu de le remettre en question ne faisait qu’accroitre sa crainte du père de la Walker ironiquement. L’effet qu’il avait sur lui était dangereux. Chose nouvelle dans l’équation puisqu’au départ le blond ne redoutait que la présence de l’anglais au travers du prisme de Victoria. Maintenant sa présence avait aussi un effet sur ses propres erreurs. A vrai dire la remarque de Victoria avait eu pour effet de doubler le niveau d’alerte de l’allemand concernant le grand-père. Tous les voyants étaient définitivement au rouge. Un entêtement dans ses propres méandres qui n’étaient pas de bon aloi et risquait rapidement de déraper si rien n’était fait tant l’homme s’était auto-convaincu du danger imminent qui maintenant avait également des effets sur lui. Une perte de recul et de hauteur de vue qu’il redoutait.

Pour l’instant le bouc émissaire de sa faille était Arthur mais qui sait ce que les évènements allaient faire sur sa réflexion. A partir de ce point la cause pouvait très bien être déviée sur l’anglaise qui le rendrait bien trop [i]weak|/i], une démarche dangereuse qui n’était qu’à un pas tant l’esprit du germain avait déjà fait un long parcours. Un cheminement de sa pensée heureusement interrompu par ce qu’était leur duo. Par cette ambiance torride qui s’était installée et par ces lèvres qui le happait et l’émoustillait. Par ce corps blotti contre lui l’appelait à tous les péchés et à se vider l’esprit pour se contenter de l’instant qui se déroulait. Délaisser tout le superflu pour se concentrer sur les sensations offertes par ce corps de la psychiatre qui se déhanchait et s’amusait à l’envouter. Le regard totalement captivé par cette crinière brune qui vibrait au rythme de ses mouvements, de ce spectacle qu’elle lui offrait. Si la main de l’anglaise l’empêchait de se détourner de ce spectacle lui y plongeait totalement sans même qu’elle ne l’incite plus que de raison. Ses mains parcourant ce corps dénudé qui se mouvait, glissant sur cette peau douce et délicate, remontant ces hanches et ce ventre pour venir s’emparer de sa poitrine ainsi offerte à ses yeux. Les saisissant vigoureusement avec envie avant de briser la distance qu’elle avait remis entre eux pour venir dévorer ces mamelons qu’elle lui exposait.

Hypnotisé le spectateur ne pouvait s’empêcher de faire partie du petit tour de magie qu’elle fomentait. Attiré inexorablement par ce corps dont elle se servait pour l’envouter. La respiration saccadée entre deux petits baisers ou morsures sur les appendices de chair mis à sa disposition. La folie dont elle faisait preuve le rendait fou, une folie totale qui étirait l’espace et la pensée pour qu’à part leurs deux corps cohabitant dans leur danse lascive ne fassent irruption dans ce monde qui tournait seulement autour d’eux à cet instant.


Revenir en haut Aller en bas
Strangers
avatar



- Statut : mère célibataire d'une petite de cinq ans
- Origines : anglaise, originaire de londres
- Relations : hans katzman ; son yang
- Pseudo : fatii
- CELEBRITE : alison brie
- AGE : 25
- MESSAGES : 745
- CRÉDITS : ranipyaarcreation
- PIEGE DEPUIS : 02/09/2017
- Clovers : 60
Voir le profil de l'utilisateur http://lttp.forumactif.org/t3656-victoria-she-made-broken-look-beautiful-and-strong-look-invincible http://lttp.forumactif.org/t3678-victoria-nouvelle-dans-le-coin- http://lttp.forumactif.org/t3679-victoria-journal-des-rps
MessageSujet: Re: all comes down to trust (hans)   07.03.18 21:37



trusting you is my decision. proving me right is your choice.
— hans katzman, victoria walker




Victoria aurait bien aimé que Hans arrive par lui-même à accepter une simple évidence. Peu importe son expérience, les échanges qu’il a eus avec des hommes comme Arthur, ou comment il est parvenu à dépasser tous ses vieux obstacles, quand il s’agit du patriarche Walker, l’homme doit faire bouger ses pions d’une manière rondement calculée. C’était bien ce qu’il a l’habitude de faire, sauf que face au grand-père d’Alexandra, le blond semblait oublier de cadrer tout son périmètre. Est-ce à force de sous-estimer Arthur ou à force de le surestimer ? Peut-être l’un, peut-être l’autre, peut-être un peu des deux, et peut-être aucun de ces facteurs. Le résultat demeurait le même, et l’Anglaise craignait le pire : à force de s’entêter, comme il a si bien l’habitude de faire, le joaillier fonçait droit vers un mur. Elle ne doutait pas de lui, connaissant tous les talents cachés de son père. Or, si ce n’est pas Vicky qui doute, ça sera Hans. Le but étant de prouver que ce duo n’est pas fait pour durer, peu importe qui des deux craquerait en premier. Si le blondinet continue sur sa lancée, la réponse à cette question non-prononcée était claire.

L’Anglaise avait d’ailleurs déjà pris la décision de lui en parler. Tourner autour du pot a suffisamment duré comme ça à son gout. La réaction de l’Allemand serait imprévisible, car il peut se brusquer tout comme il peut faire preuve de plus de maturité, mais dans les deux cas, la trentenaire allait lui faire savoir. Arrêter cette torture silencieuse parce que c’était un premier pas en avant. Ils devaient recadrer leurs grandes lignes, même si Hans n’était pas prêt à laisser le soin à Vicky de s’occuper de son paternel.

Ainsi, au lieu de lui donner un retour direct à ses propositions farouches, la brunette préféra s’occuper à lui infliger une autre forme de supplice. Sensuelle, charnelle et luxueuse, elle laissait son rodéo s’enchainer, enflammant le germain par tous les moyens possibles, éveillant ses sens et ses envies, tout en étant elle-même sujette aux folies de son partenaire. Victime de l’habilité de ses caresses. De la fermeté de sa poigne. De ses dents qui marquaient l’épiderme de ses seins. De ses lèvres qui l’aguichaient plus qu’elle ne l’était déjà. Les gestes de Vicky n’étaient nourries que par l’effet que cet homme savait provoquer chez elle. Sa main réagissant instinctivement en refermant ses doigts sur la chevelure du blondinet, qui gardait son visage parfaitement placé contre sa poitrine à laquelle il continuait de gouter avec fougue.

Soupirante, acharnée, frémissante, dans une frénésie palpitante qui ne s’arrêta que quand l’Anglaise arriva à ses fins. Blottie de tout son corps contre Hans, immobile sur le siège qui ne laissait pas plus d’espace que cela. Le souffle anarchique, le regard perdue, elle le fixait revenir à ses esprits lui aussi sans dire un mot. Ces instants de salvation seulement interrompus par une réponse que l’Allemand chérissait et attendait depuis le début. « Je te donnerai ce que tu veux... », et avec ses mots, Victoria parlait plus de l’entrevue que les deux men in her life ont eu sans elle que de ce qui se déroulait actuellement. La tête de la brunette reposant finalement sur l’épaule de Hans, elle continua sa réflexion. « Avant de tout supprimer. »

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: all comes down to trust (hans)   

Revenir en haut Aller en bas
 
all comes down to trust (hans)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» "Dr Hans im Schnockeloch" ou...
» Graaf Spee
» Au revoir les enfants
» Au jour le jour
» REMORQUEUR L'ACHARNÉ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Look through the pain :: this is dublin :: Smithfield village-
Sauter vers: